800 millions d’euros de perte en 2020 pour la Corse


Cela ne faisait de doutes pour personne. Le bilan touristique de la saison 2020 allait faire mal. On a désormais une idée plus précise de l’ampleur des dégâts. Même s’il reste encore à affiner quelques chiffres.

Vendredi 8 janvier, le secrétaire d’Etat au Tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, a tiré le Z. C’était l’heure des comptes, et sans surprise, ils sont mauvais. Très mauvais. 

Les recettes du secteur se sont élevées à 89 milliards d’euros en 2020. Durant les 12 derniers mois, le Covid19 a donc coûté à la France la modique somme de 60 milliards d’euros, une somme vertigineuse. Qui représente une chute de 41 % par rapport à 2019.

Fermeture des frontières, réouverture des frontières, refermeture, quasi-réouverture…

Confinement, couvre-feu, déconfinement…

Mesures sanitaires, distanciation sociale…

On ne voit pas comment tous ces bouleversements, à répétition, auraient pu épargner le secteur. 

Un tiers de recettes en moins pour la Corse

L’Ile-de-France (comprenez Paris…) est tout en haut de la liste avec 23,1 milliards d’euros de perte. La Corse, elle, doit faire face à un manque à gagner de 800 millions d’euros. 

Des affiches telles que celle-ci balisaient les promenades des touristes, cet été.

© Ophélie Perroux / France 3 Corse

Une somme spectaculaire pour un secteur qui s’est imposé, et de loin, comme le poumon économique de l’île (31 % du PIB contre 7 % pour l’ensemble de la France – source INSEE). La Corse, qui compte 330.000 habitants, accueille habituellement près de 3,5 millions de visiteurs par an, le tourisme représente 17 % des emplois de l’île (sans compter les saisonniers). Et tire l’ensemble du secteur tertiaire dans son sillage…

Les professionnels du secteur s’attendaient à une catastrophe pour 2020. Beaucoup tablaient sur une baisse des deux tiers de l’activité.

Ce n’est pas le cas, à en croire le ministère du tourisme. Reportés à la moyenne de 2,5 milliards d’euros donnée par l’Agence de tourisme de la Corse, ces 800 millions d’euros de perte représentent une chute d’un tiers du chiffre d’affaires. 

Les touristes étaient là, cet été. Mais moins nombreux. Moins lontemps. Et avec moins d’argent. 

Les perspectives demeurent inquiétantes

Désormais, pour avoir une vision plus précise de la situation, il faudra attendre d’avoir réuni l’ensemble des données 2020, le nombre de nuitées, la totalité du trafic aérien et maritime, l’origine par nationalité des touristes…

2021 n'a pas vraiment débuté dans un climat plus serein, propice aux vacances... (Aéroport de Poretta, Bastia, première semaine de janvier)

2021 n’a pas vraiment débuté dans un climat plus serein, propice aux vacances… (Aéroport de Poretta, Bastia, première semaine de janvier)

© Jean-André Marchiani / FTV

Mais si la dégringolade est moins vertigineuse que prévue, pas vraiment de quoi être rassurés du côté des professionnels du tourisme. Malgré l’arrivée des vaccins, rien ne leur laisse vraiment espérer que la saison 2021, elle, sera celle du retour à la normale.





Source France 3

Autres articles

Réouverture des cafés, bars et restaurants : une nouvelle épreuve à surmonter pour les professionnels

adrien

CCIF, remontées mécaniques, Covid-19… Ce qu’il faut retenir de l’interview d’Eric Piolle à France Info

adrien

ce que l’on sait (et ce que l’on ne sait pas encore) sur l’ouverture des stations de ski cet hiver

adrien

Une cure d’austérité pour Amélie-les Bains et le Vallespir

adrien

les réservations pour les vacances de Noël ne décollent pas dans les stations de ski

adrien

les touristes français nombreux dans la cité médiévale de Carcassonne

adrien