Image default
Tourisme

à Bécherel Yvonne Prêteseille est l’une des pionnières de la cité du livre


La Bretagne regorge de trésors, de sites à découvrir et qui mieux que ceux qui y vivent toute l’année pour nous servir de guide ? A Bécherel, Yvonne Prêteseille fait partie des quelques passionnés qui ont transformé avec succès une petite cité endormie en Cité du Livre. 

Située à une trentaine de kilomètres au nord de Rennes, perchée sur une colline à plus de 175 mètres de hauteur, Bécherel est une ancienne place forte et une petite Cité de caractère. Quelques vestiges témoignent encore de ce passé guerrier, et dans son centre un bel ensemble de maisons datant des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, aux noms évocateurs : La maison du Gouverneur, la maison de la Filanderie.

Pourtant, comme de nombreuses communes rurales, au début des années 80, Bécherel n’a pas échappé aux difficultés liées à la désertification des campagnes. Les uns après les autres, commerces traditionnels, marchés et foires disparaissent. Dans son centre, deux maisons sur trois sont à vendre. Jusqu’au jour où une association décide d’en faire la première Cité du Livre en France. 

Yvonne Prêteseille est l’une des pionnières et membre toujours active du projet. Institutrice, elle s’est installée à Bécherel en 1982 avant d’ouvrir, 7 ans plus tard, le premier café-librairie du village. Un saut dans l’inconnu qu’elle justifie volontiers.

« Le livre, c’est vraiment une passion pour moi. Quand j’ai quitté l’éducation nationale, j’ai pris un risque, mais en même temps, c’était tellement de bonheur que je n’ai jamais regretté. En 30 ans, on a fait du chemin. Les gens nous envient aujourd’hui. Bécherel est vraiment devenue un petit village où il fait bon vivre ou venir se promener ».

 

Les remparts, vestiges de l’ancienne place forte

 

Vue sur les environs depuis la promenade des remparts.

Vue sur les environs depuis la promenade des remparts.

© Yvonne Prêteseille

« Bécherel est une petite commune en superficie, à peine 56 hectares et ne compte que 700 habitants. C’est une ancienne place forte, on y trouve des vestiges des remparts avec une promenade, et dans son centre ancien, des libraires se sont installés. C’est ce qui fait son originalité. En 1989, Bécherel est devenue une Cité du Livre. La première en France. »

 

Une Cité du Livre

 


© Yvonne Prêteseille

« Cette cité a été créée par l’association Savenn Douar (terre-plein en Français) qui à l’époque cherchait un lieu en Bretagne pour implanter un projet culturel en milieu rural qui soit aussi générateur d’emplois et de développement. Aujourd’hui, Bécherel compte 13 librairies, de livres neufs, de livres anciens ou d’occasion, deux café-librairies, une librairie brocante. Des professionnels du métier du livre sont également venus s’installer ici. Un relieur, deux calligraphes, deux illustrateurs de bandes-dessinées, une céramiste, un peintre…»

 

Un village qui revit

 

La fête du livre à Bécherel

La fête du livre à Bécherel

© Freddy Rapin


 

« Quand je suis arrivée ici en 1982, pour raison familiale, j’étais institutrice, il restait à peine deux boutiques dans le centre, la population était assez âgée, l’ambiance était un peu triste. Toute cette activité autour du livre a redonné vie au village. Moi-même, j’ai quitté l’Éducation nationale après avoir enseigné pendant 20 ans pour ouvrir ma propre librairie, et je ne le regrette vraiment pas. Le 31 décembre 2019, j’ai pris ma retraite, c’est une amie qui a pris le relais. » 

 

Le lavoir

 


© Yvonne Prêteseille

 

« Il y a aussi de belles balades à faire à Bécherel. Le tour des remparts, le jardin du presbytère. Et en contrebas du village, le chemin de la Couaille mène à un étang et un lavoir restauré récemment. Il servait autrefois à blanchir le lin qui était cultivé aux alentours. Il témoigne d’un temps où cette économie du lin et du chanvre était prospère en Bretagne. Certains noms de rues aussi. Moi, par exemple, j’habite rue de la Chanvrerie, et il y a aussi une rue de la Filandrerie. » 

 

L’étang

 

 

« Il en est de même pour l’étang appelé étang de la teinture. Pendant toute cette période, il servait à tremper le lin et le chanvre pour séparer les fibres. À cet endroit, se trouve une ancienne maison de tisserand qui aujourd’hui est habitée par des particuliers. Au 19e siècle, quand l’activité de tissage a été abandonnée, l’étang a servi au trempage des peaux pour le tannage. Depuis, le site a été aménagé et c’est un endroit très agréable pour se promener et pique-niquer. » 

Accompagné d’un bon livre, cela va de soit !

Pour plus d’informations sur Bécherel, cliquez ici.

 



Source France 3

Related posts

Dans le Cantal, les acteurs du tourisme attendent le déconfinement

adrien

Ou aller à 100 kilomètres de chez soi en Limousin ?

adrien

Charente-Maritime : feu vert pour les locations touristiques !

adrien