Image default
Tourisme

Après le confinement, faites du tourisme solidaire en Bourgogne Franche-Comté !



Didier Martin, député (LREM) de la Côte-d’Or, est intarrissable sur le sujet.  » Bon nombre de Bourguignons et de Franc-Comtois ne connaissent pas tous les trésors de leur région. Pourtant elle regorge de paysages naturels, de sites protégés, des sites remarquables, du patrimoine bâti, des sites classés à l’ Unesco, des églises romanes en Saône-et-Loire… « .  

A la Commission des Affaires Economiques de l’Assemblée Nationale, il a été chargé d’une mission d’information sur le tourisme. Il est le co-auteur, avec Elisabeth Duprez-Audebert (Député du Modem), du rapport « Industrie touristique : dans quel sens progresser ?« .

Les deux députés sont à l’initiative d’une tribune parue le 20 avril dans Le Figaro, appelant les français à soutenir le secteur touristique après le confinement.

 

Un secteur sinistré

La part du tourisme dans le PIB est de 7,2%.  L’industrie touristique induit environ 2 millions d’emplois directs et indirects en France. Un secteur figé depuis le début du confinement de la population le 17 mars 2020. Les professionnels du tourisme n’ont jamais vécu une telle situation, aussi dévastatrice que soudaine. 

Il est nécessaire d’établir un plan économique pour le tourisme français, un plan Marshall d’urgence pour sauver le secteur. Didier Martin

Aucune rentrée de trésorie, pas de réservations, aucune certitude sur l’avenir, des investissements à rembourser… Les garanties du gouvernement, compensation de perte de chiffre d’affaires, report de charges, recours au chômage partiel, ne suffiront probablement pas pour sauver de nombreuses entreprises du naufrage.

« Le manque à gagner pour la filière est colossal, en particulier pour l’hôtellerie et la restauration qui ont déjà perdu la totalité du tourisme d’affaires et de la consommation locale. »

« Ce sont au total 40 milliards d’euros qui pourraient manquer si la situation devait durer un trimestre et 400 000 personnes qui sont actuellement sans emploi dans ce secteur phare de l’économie, » écrivent les parlementaires dans la tribune qu’ils ont  publié.
 

90% des familles disent vouloir rester en France cet été

Les français vont devoir repenser leurs vacances. Pour l’heure il est impossible de prévoir comment va évoluer la situation. Le virus est toujours là. Confinement, déconfinement, distanciation sociale, crainte d’une deuxième vague de contamination… On nage dans le flou. Pour les eaux turquoises tropicales qui vont rêver, il faudra patienter.

Didier Martin rappelle que la région possède 8 sites Unesco : Vézelay, l’abbaye de Fontenay, la saline royale d’Arc-et-Senans et la grande saline de Salins-les-Bains, La Charité-sur-Loire, le fort Vauban de Besançon, les lacs du Jura, les Climats de Bourgogne, la chapelle Notre Dame du Haut, oeuvre de Le Corbusier, à Ronchamp.

Nous savons que les Français qui partiront en Juin et cet été resteront en France : ce sont près de 9 millions de clients additionnels potentiels qui ne partiraient pas à l’étranger/ Loïc Niepceron – Président de Bourgogne-Franche-Comté Tourisme
 

 Le Comité Régional du Tourisme se mobilise

Tout comme Didier Martin, le Comité régional du Tourisme est en alerte sur la situation et se préoccupe de la suite à donner.

Dans un billet adressé à l’ensemble des professionnels et acteurs du tourisme, intitulé  « Courage et imagination dans l’épreuve », Loïc Niepceron, le Président de Bourgogne-Franche-Comté Tourisme, écrit : « Nous avançons pas à pas : le déconfinement progressif et prudent n’évitera pas forcément cette deuxième vague que chacun redoute ».

Il mesure le défi à relever : « La reprise de la vie économique, des déplacements, la réouverture des structures d’accueil se feront avec des contraintes qui vont demander à tous à la fois le respect strict des consignes de l’Etat et une vigilance accrue pour les faire respecter« .

Loïc Niepceron ajoute « le Comité travaille à des programmes de communication de relance pour positionner notre tourisme dans les « fenêtres » sans doute limitées de demain« .

C’est le moment de communiquer

De son côté, Didier Martin encourage la promotion touristique de la région.

« Tous les supports sont intéressants : presse, affichage, réseaux sociaux, blogs ». Je pense qu’il faut y consacrer des moyens humains et financiers, acheter des encarts publicitaires. C’est le moment ».

« Les annonceurs ont peu de clients, les prix sont en baisse, il faut en profiter et communiquer dans les départements limitrophes : la région est vaste et peu peupléeLe flux touristique des régions parisienne et lyonnaise est important« . 

Les nouveaux arrivants qui n’ont pas encore eu le temps de découvrir région, pourront en devenir les ambassadeurs et ainsi donner envie à d’autres personnes de venir. Didier Martin – Député de Côte-d’Or (LREM)

« Pour ce qui concerne les ados et les jeunes, de 15 à 20 ans, il serait judicieux, précise Didier Martin, de leur proposer des sorties à la journée, des excursions ou des activités de rénovation du patrimoine. Il y en a beaucoup pendant la période estivale. C’est aux acteurs locaux et aux  associations, de présenter ce genre de programme« .

Tout cela, bien sûr, dépendra des mesures qui seront annoncées mardi sur le déconfinement et de l’évolution de la situation dans les semaines prochaines.





Source France 3

Related posts

Des vols réguliers Pau-Paris avec ASL Airlines France dès le 10 juin

adrien

Déconfinement : mode d’emploi pour aller en Espagne et en Andorre

adrien

Ou aller à 100 kilomètres de chez soi en Limousin ?

adrien