au lac de Pont, la saison touche déjà à sa fin à cause du manque d’eau


3 semaines après l’ouverture, le club nautique du lac de Pont (Côte d’Or) va fermer dimanche 19 juillet. Le niveau de l’eau baisse de 7 à 8 centimètres par jour. L’interdiction de la baignade devrait suivre. Un problème récurent ces dernières années pour ce lac qui alimente le canal de Bourgogne.

« On ferme la mort dans l’âme« , se désole Frankline Cusey, la présidente du club nautique des Terres d’Auxois. « Quand vous travaillez toute une année pour une saison de 3 semaines, c’est malheureux. La situation ne fait que se dégrader d’années en année. »

Après un début de saison empêché en raison du Covid-19, dimanche 19 juillet, l’association qui gère les activités nautiques sur le lac de Pont sortira ses installations de l’eau. Finis donc le ski nautique, le wakebord et autres activités de loisir. 

« Le niveau de l’eau baisse de 7 à 8 centimètres par jour » constate-elle. Ce mercredi 15 juillet, la cote du lac est à 18.93m. Elle devrait rapidement attendre le seuil de 18.75 mètres. En dessous de ce seuil, dans ce lac très encaissé, un arrêté préfectoral interdit la navigation sur le lac. Pour la baignade, le seuil est fixé à 17.70 mètres. Il devrait donc être atteint d’ici une dizaine de jours. 

 

6 saisons noires

En 2015, le barrage fait l’objet de travaux. C’est une première saison blanche pour les activités autour du lac. « Les travaux devaient permettre la remise en eau pour 2016, ce qui n’a pas été possible, faute d’une remise en eau suffisamment rapide » déplore Frankline Cusey. Deuxième saison blanche pour le club.

En 2017 et 2018, en raison du manque d’eau, la baignade est arrêtée fin juillet. La communauté de commune décide alors d’engager d’importants travaux afin de pouvoir garantir une saison plus longue. La plage qui devenait trop pendue avec un niveau d’eau faible est reprofilée. Le chantier permet d’abaisser le seuil de baignade d’1,50 mètres. Mais les activités nautiques ne sont pas concernées

Conséquence, l’an dernier, l’activité glisse est à nouveau interrompue de manière prématurée le 3 août en raison du manque d’eau. Les locations de bateaux électriques ou de kayaks sont prolongées quelques jours de plus. 

 

La base nautique du Lac de Pont le 14 juillet 2020

La base nautique du Lac de Pont le 14 juillet 2020

© Frankline Cusey

 

Alimenter le Canal de Bourgogne

Historiquement, le barrage de Pont a été construit pour alimenter le canal de Bourgogne. Il est géré par Voies Navigables de France (VNF). C’est toujours le cas avec des lachés d’eau durant la saison estivale. « Mais le canal a la même finalité que nous, plaide Frankline Cusey, le tourisme. On met à mal un site plus local pour un tourisme fluvial plus important, surtout sur la partie dijonnaise. »

Cette année, « une demande a été faite à la nouvelle sous-préfête de Montbard d’abaisser la cote ». Une réunion d’avant-saison a eu lieu le 18 juin. « On nous a dit que le temps administratif ne nous permettait pas d’avoir un nouvel arrêté pour cette saison. On verra pour l’année prochaine mais sans garantie que ce soit possible » se désole la présidente du club nautique. 

Elle s’interroge aussi sur l’avenir du club. « Un club sportif avant d’être un club de loisirs » defendent ses adhérents. Ces trois dernières semaines; la dizaine de jeunes sportifs qui pratique le ski nautique n’a pratiquement pas pu s’entrainer. Ils ont donc annulé leur participations à des compétitions. Impossible également de procéder à la campagne de détection qui était prévue. 

 

 



Source France 3

Autres articles

alors que l’Autriche entre en confinement le 26 décembre, elle va ouvrir…ses stations de ski dès ce 24

adrien

à Reims, les touristes étrangers reviennent mais timidement

adrien

les loueurs de ski des stations des Pyrénées se sentent eux aussi dans l’impasse

adrien

Gabriel Attal : « la situation épidémique en Corse est moins préoccupante que dans d’autres territoires »

adrien

un jeu de cartes pour découvrir Nantes

adrien

Les saisonniers touristiques, victimes collatérales du Covid-19 en Bretagne

adrien