Au moins 20 avalanches ce dimanche dans les Alpes, les skieurs de randonnée appelés à redoubler de vigilance



Avec un manteau neigeux fragile et moins de déclenchements préventifs en raison de la fermeture des domaines, les avalanches se multiplient dans les Alpes. Les skieurs de randonnée pratiquant le hors-piste sont particulièrement vulnérables.

Rien que pour la journée du 13 décembre, une vingtaine d’avalanches ont été signalées en Savoie, Haute-Savoie et Hautes-Alpes. En ce mois de décembre, le manteau neigeux recouvrant les crêtes alpines est extrêmement fragile. « Il a peu neigé en début de saison, avant les grosses chutes de neige, explique Alain Duclos, guide et expert en neige et avalanche. Le manteau neigeux est en « millefeuille », c’est-à-dire qu’il est stratifié et instable« .

En plus de cette instabilité, les déclenchements préventifs d’avalanches se font de manière moins régulière à cause de la fermeture des pistes de ski alpin. Le danger est donc d’autant plus grand pour les amateurs de ski de randonnée qui voudraient emprunter les pistes fermées ou décider de faire du hors-piste. « Les gens vont en profiter, il ne faut pas se voiler la face, explique Dominique Létang, directeur de l’Association Nationale pour l’Etude de la Neige et des Avalanches (ANENA). Mais ils doivent se rendre compte qu’ils peuvent être surpris par des accumulations de neige qu’ils n’ont jamais vues auparavant« .

Selon lui, sur dix paires de ski vendues actuellement, 8 à 9 seraient des skis de randonnée. « Dans le lot, il y a des gens qui sont des débutants. Or, on ne peut pas se mettre à faire du ski de randonnée comme ça, sans apprendre à déceler les pièges de la montagne« .


Prendre toutes les précautions

 

« Le meilleur signe de danger d’avalanche, ce sont les avalanches, résume Alain Duclos. En ce moment, personne ne peut ignorer le risque d’avalanche vu le nombre de signalements ce week-end« . Le spécialiste recommande donc aux skieurs de randonnée de rester sur des pentes moins raides pour rester hors de danger : « Il y a un seuil de 30 degrés à respecter car les avalanches ne partent pas depuis des descentes de moins de 30 degrés« .

De son côté, Dominique Létang recommande aux skieurs de consulter systématiquement les bulletins d’estimation du risque d’avalanches émis chaque jour à 16 heures par Météo France. « Il faut aussi respecter les consignes de bases comme porter un détecteur de victime d’avalanche, avoir une pelle et une sonde dans le sac à dos, ajoute le directeur de l’ANENA. Il faut aussi garder une longue distance entre les skieurs. Cela n’évitera pas l’avalanche mais évitera que plusieurs personnes ne se fassent entraîner« .

Le respect de cette règle de sécurité a justement permis d’éviter un drame ce dimanche, comme le rapporte le site Data-avalanche. En Haute-Tarentaise dans le secteur grapillon des merles, une avalanche a partiellement enseveli un skieur qui remontait une pente avec six autres personnes. Le reste du groupe a pu rapidement dégager la victime, qui s’en sort avec une fracture de la rotule. 

 





Source France 3

Autres articles

sans surprise, la crise du Covid-19 a eu un impact négatif sur la saison 2020 en Centre-Val de Loire

adrien

Post-COVID : les hôtels de Champagne-Ardenne situés en zone rurale font grise mine

adrien

le phare solaire du cap Cerbère bientôt réparé

adrien

VIDEO. Dans le Puy-de-Dôme, le succès du ski de randonnée

adrien

un test PCR négatif demandé pour accoster dans un port de plaisance

adrien

une semaine avec les soigneurs du zoo de la Palmyre

adrien