Aux assises de la relance en montagne à Méribel, Christian Clot raconte ses explorations des milieux les plus extrêmes



L’explorateur et chercheur franco-suisse Christian Clot a participé aux assises de la relance en montagne à Méribel ce jeudi. Il y a notamment relaté son expérience : 30 jours en solitaire dans quatre des endroits les plus hostiles de la planète.

C’est un conférencier qui détonne dans les débats. Christian Clot n’est pas un professionnel de la montagne, c’est un explorateur franco-suisse. Invité des assises de la relance en montagne à Méribel (Savoie) jeudi 23 juillet, il a livré son regard sur l’évolution de notre environnement et notre capacité à s’y adapter. Sa parole est celle d’un chercheur et explorateur qui, depuis 30 ans, sillonne la planète pour se frotter aux milieux les plus extrêmes.

Il a notamment passé 30 jours dans chacun des quatre endroits les plus chauds et les plus froids du globe. En solitaire, de +60°C à -60°C, de 2% à 100% d’humidité, et face à plus de 150 km/h de vent. Du désert du Rub Al Khali qu’il a parcouru à pieds, jusqu’aux canaux marin de Patagonie, traversés en kayak, en passant par la Sibérie orientale nord, à skis en plein hiver. L’explorateur s’est frotté aux endroits les plus hostiles du globe dans un voyage presque surhumain. Le tout sans aucun contact avec le monde extérieur.

 

 

« Il faut que tout le monde s’empare de ces sujets »

De cette mission, sont nées les premières études sur la capacité humaine d’adaptation, et un livre : Au cœur des extrêmes. Braver les quatre milieux les plus hostiles de la planète pour éprouver les capacités humaines d’adaptation. (éd. Robert Laffont). Christian Clot s’attache désormais à partager son expérience.

« La notion d’exploration, c’est aller comprendre des choses nouvelles, des choses qu’on n’a pas encore exploré, estime-t-il. Mais il faut les partager, il faut faire comprendre, sinon elles ne servent à rien si je ne les garde que pour moi, ça n’apporte rien. Surtout, il faut que tout le monde s’empare de ces sujets. Aujourd’hui, le changement est partout, il est permanent, il va être très prégnant dans nos vies futures, il faut que tout le monde s’empare de ce sujet pour essayer de voir comment il peut se dédier à ce changement qui va arriver dans le futur. »

 

Assises de la relance en montagne : Christian Clot raconte ses explorations des milieux extrêmes

Au fil de ses voyages, l’explorateur s’est mué en chercheur. Il a créé un institut de l’adaptation humaine en s’entourant de scientifiques pour comprendre les mécanismes physiques et psychiques qui permettent aux humains de s’adapter aux milieux extrêmes et aux changements. « On est tous conscients que les choses changent. Climatiquement, on doit vivre avec des températures plus ou moins élevées, mais aussi dans la vie de tous les jours, dans la structure fonctionnelle de notre société humaine, et on arrive à le comprendre mieux grâce à ces situations extrêmes », ajoute Christian Clot.

Christian Clot prône un modèle de développement durable pour la montagne, cette même montagne qui lui a donné le goût de l’aventure lorsqu’il était enfant. Selon lui, la crise sanitaire doit nous inciter à nous préparer au monde de demain pour mieux y vivre.

 



Source France 3

Autres articles

les réservations pour les vacances de Noël ne décollent pas dans les stations de ski

adrien

le secteur du tourisme est en mode « pilotage à vue »

adrien

Déconfinement phase 2 : ce qui change (ou pas) en Corse à partir du 2 juin 

adrien

Déconfinement : réouverture d’une trentaine de sites touristiques en Indre et Loire dès le 11 mai

adrien

240 000 tonnes récoltées aux Salins d’Aigues-Mortes, premier producteur français

adrien

une manne financière mais un piège budgétaire pour les communes normandes

adrien