Bloquée au Nigeria à cause du Covid-19, l’Orléanaise Florence Renault parcourt le globe en stop depuis sept ans


Originaire d’Orléans et ancienne journaliste à France 3, Florence Renault a parcouru plus de 250 000 kilomètres et visité une soixantaine de pays à la force du pouce. Il y a quelques mois, son voyage a toutefois pris un nouveau tournant à cause de la pandémie de Covid-19. 

À 35 ans, Florence Renault a vu du pays. Originaire d’Orléans, cette ancienne journaliste reporter d’images à France 3 a décidé il y a 7 ans de tout quitter pour réaliser un tour du monde en stop. 

« C’était un rêve que j’avais depuis hyper longtemps. J’étais habituée à voyager en stop et je me suis dit : « Pourquoi pas ? » J’ai repoussé l’idée d’années en années, je me disais toujours que j’allais le faire plus tard. Et puis j’ai eu 27 ans, j’avais fini mes études, j’avais déjà un peu travaillé et j’ai décidé de partir. »

Initialement, le voyage devait durer deux ans. Mais la globe-trotteuse a finalement pris goût à l’évasion. Depuis son départ, elle a parcouru plus de 250 000 kilomètres et visité une soixantaine de pays en Amérique, en Asie, en Océanie et en Afrique.

Ses aventures, elle les raconte sur les réseaux sociaux mais aussi sur son blog « Le Monde sur le Pouce » qu’elle a créé dès 2013. Dans ses articles, agrémentés de photos et de vidéos, elle parle de ses lieux favoris, de ses rencontres ou encore de ses petits boulots.

L’itinéraire de Florence Renault, de la France au Nigeria en passant par l’Amérique, l’Océanie et l’Asie.

© Le Monde sur le Pouce

Voyager en stop

Avant de partir, l’Orléanaise n’avait pas d’itinéraire très précis en tête. Elle s’était en revanche imposé une contrainte : voyager uniquement en stop, c’est-à-dire en auto-stop, en bateau-stop ou encore en avion-stop. 

Ce qui me plaît en stop, c’est l’inconnu : on ne sait jamais quand et où on va arriver et qui on va rencontrer. On apprend beaucoup de choses en parlant aux gens : ça me permet d’avoir une idée de la façon dont ils vivent.

Florence Renault, globe-trotteuse.

L’immersion va même encore plus loin : dans les pays qu’elle visite, Florence Renault est souvent logée chez l’habitant. Le reste du temps, elle fait du camping ou prend des hôtels.

La voyageuse vit au gré de ses envies : elle n’hésite jamais à modifier son itinéraire et aime ne pas savoir de quoi demain sera fait. « La vie nomade, c’est le style de vie que j’ai choisi. Je ne vais pas mentir, ce n’est pas que du bonheur tous les jours, il y a parfois des difficultés. Mais j’aime vivre ma vie de manière intense », résume-t-elle.

En 2020, la crise du Covid-19 s’invite 

Après plusieurs années de vadrouille, l’apparition de la pandémie a perturbé les plans de la voyageuse. Elle qui prévoyait de revenir à Orléans en juin 2020 se retrouve finalement bloquée au Cameroun en mars. « Je suis arrivée dans le pays quelques heures avant qu’ils ne ferment la frontière », se rappelle-t-elle.

Quelques mois plus tard, après une longue attente, elle parvient finalement à gagner le Nigeria où elle se trouve aujourd’hui. « Mais pareil, je suis bloquée. Les frontières terrestres sont fermées partout en Afrique de l’Ouest en ce moment », explique-t-elle. La globe-trotteuse pourrait bien regagner la France par les airs, mais elle préfère aller jusqu’au bout de son projet.

Mon retour risque de prendre 6 mois à un an de plus, mais tant pis j’attends. J’aimerais finir mon voyage en stop : il ne me reste que 8000 kilomètres donc ce serait triste d’abandonner si proche du but.

Florence Renault, globe-trotteuse.

Florence Renault a hâte de rentrer pour retrouver sa famille et ses amis et se lancer dans de nouveaux projets. « J’aimerais notamment retrouver un travail dans l’audiovisuel et habiter en France », sourit-elle. L’Orléanaise n’exclut pas non plus de raconter son expérience dans un livre… ou pourquoi pas dans un film. 

 



Source France 3

Autres articles

5 destinations avec des hébergements insolites à découvrir autour du Grand Est, de la Belgique à la Champagne-Ardenne

adrien

Réouverture de l’aître Saint-Maclou, l’un des plus étonnants monuments de Rouen

adrien

des touristes découvrent les vendanges

adrien

on vous raconte l’histoire légendaire du célèbre vin du Jura

adrien

Vacances d’été en France : on vous explique pourquoi la Franche-Comté est une région à visiter

adrien

Hôtels, restaurants, transports : en Corse, les professionnels du tourisme désabusés face à l’instauration du couvre-feu

adrien