Image default
Tourisme

bonne nouvelle ou pas ? Les réseaux sociaux s’emballent pour les eaux turquoises des lacs de Guizengeard.


C’est un coin tranquille du sud Charente qui jusqu’au printemps n’accueillait chaque jour que quelques promeneurs. Mais aujourd’hui, sa fréquentation a été multipliée par 40. C’est une conséquence de la viralité des réseaux sociaux où les eaux turquoises des lacs de Guizengeard tournent en boucle.

Tout débute avec quelques photos postées sur Instagram, on y voit les eaux turquoises des lacs qui se sont formés dans d’anciennes carrières de kaolin (de l’argile blanche). La couleur de l’eau fait penser à celle des lointains lagons et pourtant les lacs de Guizengeard sont situés en sud Charente à proximité de Bordeaux et d’Angoulême. Très rapidement le hashtag #lacdeGuizengeard devient très populaire sur Instagram et autres réseaux sociaux. À chaque fois, il renvoie sur des images idylliques montrant des eaux turquoises bordées par des falaises d’argile blanche surmontées de pins.


Des couleurs qui font rêver

Ces lacs se sont formés après l’arrêt de l’exploitation d’anciennes carrières d’argile blanche, ils se sont peu à peu remplis d’eau. Cette eau fait rêver et donne envie de venir sur place pour les découvrir, en vrai. Quitte a être parfois un peu déçues car la réalité ne correspond pas toujours tout à fait aux photos. C’est le cas pour ces trois jeunes amies bordelaises venues faire une séance au bord de l’eau.
« On a été étonnées car l’eau est moins bleue que sur les photos que nous avions vues » confient-t-elles.
L’explication est simple : sous l’effet des différences de luminosité, les eaux peuvent changer de couleur et passer du bleu turquoise au vert émeraude. D’autres visiteurs, en revanche, repartent comblés par le spectacle qu’offre le site.


Un site « instagrammable »

Pour le meilleur ou pour le pire, le site des lacs de  Guizangeard est « instagrammable » comme l’affirme Jean-Hubert Lelièvre, le co-président de Charentes tourisme, cherchant à expliquer le succès soudain de la destination. Une aubaine pour le développement du nombre de visiteurs et du tourisme local mais aussi un danger pour la préservation des lieux, classés site naturel protégé. Le Conservatoire Régional d’Espaces Naturels s’inquiète des éventuels dégâts sur l’environnement, la flore et la faune qui comprend quelques espèces remarquables. Le Conservatoire redoute les conséquences des incivilités de certains qui jettent des déchets dans la nature ou même qui allument des barbecues au bord de l’eau. La réussite de la reconversion de ces carrières en site naturel protégé pourrait être compromise.

Les lacs de Guizengeard vont-ils être victimes de leur succès sur les réseaux sociaux.

Les lacs de Guizengeard vont-ils être victimes de leur succès sur les réseaux sociaux.

© Jérôme Deboeuf – France Télévisions


« Impossible de mettre un territoire sous cloche »

Les deux lacs charentais vont-ils être victimes de leur succès sur les réseaux sociaux ? Pour Jean-Hubert Lelièvre et les responsables du tourisme charentais qui ont participé à ces campagnes sur internet, « il est impossible de mettre un territoire sous cloche » mais il faut communiquer pour expliquer la fragilité des lieux et le nécessaire respect des règles de sécurité.

« L’objectif est de mettre en valeur notre territoire. Le Sud Charente a connu cet été un regain d’attractivité mais il faut continuer à préserver le site. Il faut insister pour dire que c’est dire un site de contemplation, un site que l’on regarde avec les yeux. On n’a pas le droit de s’y baigner. »

Jean-Hubert Lelièvre, co-président de Charentes tourisme

Barrière d’un des chemins d’accès aux lacs cassée pour laisser passer une voiture, des restes de foyers allumés sur le sol, les dégâts aujourd’hui restent encore limités mais qu’en sera-t-il à l’avenir si la fréquentation continue à croître de façon exponentielle. Les visiteurs sont aujourd’hui quarante fois plus nombreux qu’avant le déconfinement et la proximité avec la métropole de Bordeaux pourrait devenir dommageable pour la préservation du site. Des aménagements vont être envisagés mais la baignade, elle, restera interdite, pour des raisons de sécurité, dans ces eaux à la couleur si attrayante.

 

Lacs de Guizengeard : un lagon bleu en Charente





Source France 3

Related posts

Effet confinement : moins de maladies tropicales liées au moustique tigre

adrien

Les petits paradis du Limousin : Collonges-la-Rouge et Beaulieu-sur-Dordogne

adrien

Déconfinement : le casse-tête du littoral et de l’accès aux plages

adrien