c’est le pass ou l’impasse


Les annonces de Jean Castex aujourd’hui confirment la stratégie du gouvernement : pas de vaccination obligatoire, la vie va juste singulièrement se compliquer pour les réfractaires. Les pros du tourisme apprécient moyennement leur nouveau rôle de contrôleurs sanitaires.

On a beau chercher dans le dictionnaire, le mot « pass » n’est pas français. Ou du moins pas encore. Mais après sa fulgurante promotion gouvernementale, ça ne saurait tarder. L’anglicisme pourrait être traduit en français par « permis de passer », « permis de circulation » ou encore « laissez-passer ». Mais Pass passe sans doute mieux. Mieux en tout cas qu' »Ausweis Sanitaire ».

L’ombre du Delta plane

Les annonces de Jean Castex sur TF1 l’affichent clairement, nous sommes dans la quatrième vague. Les contaminations repartent à la hausse, et seulement 4% des nouveaux contaminés étaient vaccinés. Ce n’est donc pas le moment de mollir de l’aiguille, et le pass (laissez-passer) sanitaire, c’est le moyen de convaincre les réticents.

Il est désormais obligatoire dans les lieux culturels et de loisirs. Une bonne nouvelle tombée sous les toiles de tentes, entre la baignade et la sieste, en même temps que le projet de loi de vaccination obligatoire pour les soignants. De quoi fournir un sujet de discussion relaxant à l’heure de l’apéritif.

Rester libre… de ne plus rien pouvoir faire…

Entrée interdite sans contrôle d’identité et des données médicales associées

© France 3 Périgords – Julie Chapmann & Pascal Tinon

Petit rappel si, par extraordinaire, l’information vous avait échappée : Depuis le 21 juillet 2021, le « pass sanitaire » (laissez-passer sanitaire) est obligatoire pour les lieux de loisirs et de culture rassemblant plus de 50 personnes (salles de spectacle, parcs d’attractions, salles de concert, festivals, salles de sport, cinémas…). Début août, il le sera également dans les cafés, restaurants, centres commerciaux, hôpitaux, maisons de retraite, établissements médico-sociaux, ainsi que pour les voyages en avion, trains et cars pour les trajets de longue distance. Bref, tous types de lieux peu fréquentés pendant les vacances.

… voire encore moins

Pour parer à tout oubli, le gouvernement précise que « d’autres lieux pourront s’ajouter à cette liste par la suite si nécessaire selon la situation épidémique » et qu’en outre, les préfets auront localement le droit de durcir le ton partout où ils l’estimeront nécessaire (fermetures d’établissement, retour du port du masque). Nous voilà parés : chacun reste libre de ne pas se faire vacciner (hormis les soignants), il lui suffira d’éviter les quelques contraintes énumérées ci-dessus.

Nécessité fait loi

Parmi les heureux gagnants, les responsables de ces fameux sites touristiques de loisirs se réjouissent déjà des perspectives du reste de la saison. Exsangues après un an et demi de saisons cahotiques, ils doivent jouer les agents de sécurité au guichet et demander à leurs clients de révéler une information personnelle qui relève du secret médical. C’est ça, ou la fermeture rappelle Jean Castex. Car  » Il ne faudrait pas que l’alternative soit la fermeture de ces lieux« . Pas de panique, la formule reste douce pour l’instant « le temps est à la pédagogie. Viendra l’heure des sanctions après ».

Bon, en tout cas, pas le choix. Au château des Milandes on s’exécute en bon élève, avec les moyens du bord…



durée de la vidéo: 03 min 16

Au château des Milandes, l’application de l’obligation du test PCR



©France 3 Périgords

Tour de passe-pass au gouffre pour éviter le fond du trou

Autre politique au gouffre de Proumeyssac. Un petit test en ligne rapide a vite révélé qu’à peine un peu plus de la moitié des visiteurs potentiels pouvait remplir les conditions de visite. Le gérant des lieux a donc tout simplement baissé sa jauge de visiteurs à 49, pour éviter d’exiger le pass (laissez-passer) sanitaire. Résultat, 3 à 400 visiteurs/jour en moins, mais l’assurance de pouvoir recevoir tout le monde… pour l’instant



durée de la vidéo: 04 min 09

Au gouffre de Proumeyssac, le tour de passe-passe d’Alain Frances pour contourner le pass



©France 3 Périgords

 





Source France 3

Autres articles

La saison touristique en Poitou-Charentes ne ressemble décidément à aucune autre

adrien

REPLAY. Culminant à 1912 m d’altitude, le Mont Ventoux offre un panorama sans égal sur les Alpes et la Provence

adrien

Le Sénat vote un dispositif de soutien au tourisme de montagne

adrien

Covid. Pas de touristes en Espagne jusqu’à la fin de l’été 2021. Pas si évident !

adrien

Face à l’afflux des camping-cars autour d’Etretat, les communes s’organisent

adrien

à Font-Romeu, une descente aux flambeaux pour alerter sur les difficultés des professionnels de la montagne

adrien