comment les départements de Franche-Comté font-ils pour attirer les vacanciers ?

Table des matières


Un été pas comme les autres. Deux mois après la sortie du confinement, du Doubs au Jura en passant par la verte Haute-Saône, les comités du tourisme tentent de remplir hébergements, activités sportives et culturelles. Promo, pub, appli… quel est le mode d’action ici et là ? 

DOUBS


Faire venir les vacanciers à la Saline Royale d’Arc-et-Senans, à la Citadelle de Besançon classée elle aussi au patrimoine mondial de l’Unesco, le comité départemental du tourisme y travaillle avec deux opérations de promotion en cours pour cet été 2020. 

150.000 « Billets Doubs »

Ces billets offrent des réductions sur 45 sites touristiques. 100.000 ont été distribués aux hébergeurs pour leurs clients, 30.000 sont accessibles aux habitants du Doubs qui peuvent en faire la demande en ligne. Le reste est offert dans les offices du tourisme ou comme lot de jeux-concours.

« Le tourisme c’est 5.500 salariés dans le Doubs » explique Philippe Lebugle, directeur de Doubs Tourisme, le comité départemental du tourisme. « L’idée est que les hébergeurs se servent de ces billets Doubs pour attirer de nouveaux clients ou d’offrir un plus, voire prolonger certains séjours » ajoute le responsable. « Il ne suffit pas d’un hébergement pour faire venir des vacanciers, une destination doit avoir du contenu (paysages, sites naturels, activités…), nous avons voulu axer notre soutien cet été sur le contenu » précise Philippe Lebugle. Les billets Doubs, c’est une entrée gratuite ou jusqu’à 10 euros de réduction sur certains sites. 

300 « Doubs séjours » à des prix promotionnels

Dans le Doubs, des séjours sont accessibles cet été à petits prix. 80 euros, un séjour pour deux comprenant la nuitée, dîner, petit-déjeuner, activités, visites…. Le nombre a été limité à 300 offres Doubs Séjours. Il en reste à vendre.

 


© Doubs Tourisme

Une campagne pour faire revenir les autocaristes

Comme les autres comités départementaux, le Doubs communique sur ces promos de l’été, et il travaille aussi à réconquérir une clientèle qui fait défaut depuis le mois de mars. Celle des autocaristes.

975 opérateurs de voyages se sont vu proposer des formules de séjours dans le Doubs avec une réduction de 300 euros pour un groupe de 20 personnes avant le 31 octobre 2021.
« Un groupe de 50 personnes qui séjourne 6 jours chez nous, ce sont tout de suite 300 nuitées, et cela, à un fort impact sur l’économie locale » précise Philippe Lebugle. 

 

Un été qui s’annonce comment dans le Doubs ? 

Pour le directeur du comité départemental du tourisme, en ce début de mois de juillet, les réservations sont en train d’arriver. « Ce qui a été perdu de mars à juin, cela ne se rattrapera pas, heureusement, il y a eu des aides qui permettent de passer ce cap…Sur cet été, je reste positif, car je pense que les gens ont envie de sortir et de se retrouver. Nous ne sommes pas une destination avec une clientèle internationale nombreuse. Cela ne nous pénalisera pas à priori » ajoute Philippe Lebugle. 

►  Envie de passer des vacances dans le Doubs : www.doubs.travel

 

JURA

Une campagne de communication intensive

Dans le Jura, c’est dès le confinement que le comité départemental du tourisme a mis le paquet. Une campagne de communication sur la presse nationale. Des reportages de TF1, France 2, à la radio ou dans la presse magazine. Le Jura, destination nature a été vite été identifié par les vacanciers comme un eldorado possible pour l’été. Des montages, des lacs, du patrimoine….
« Avec la crise sanitaire, on a modifié notre plan d’action, notamment avec une campagne d’affichage sur le bassin lyonnais, et on a eu une stratégie de relations presse très intense » explique Jean-Pascal Chopard, directeur du comité départemental du tourisme du Jura.

 

Des pass découverte solidaires

Cet été, les vacanciers trouveront dans les offices du tourisme un pass de réductions. « On avait un pass malin, qui offrait beaucoup de réductions sur la restauration » ajoute Jean-Pascal Chopard. Ce pass a été retravaillé pour offrir un peu moins de réductions sur la partie alimentaire, et plus sur les activités ou les hébergements ou les produits locaux.

Un été qui s’annonce comment dans le Jura ? 

Dans le Jura, les taux de réservation pour le mois de juillet sont à ce jour entre 80 et 90 % » précise le directeur du tourisme. Ils étaient de 85 % en juillet 2019. L’été 2020 pourrait donc faire mieux. « On a constaté une hausse des demandes de séjours dans les campings et les locations, l’hôtellerie elle est moins demandée » constate Jean-Pascal Chopard. 

►  Envie de passer des vacances dans le Jura ? www.jura-tourism.com

 


HAUTE-SAÔNE

« Étonnante Haute-Saône » 

La campagne de communication a été le principal outil du comité départemental du tourisme pour préparer cet été post-covid. « Du 15 juin à début juillet, on a lancé une campagne de communication sur la clientèle de proximité, sur des territoires à une heure de route de la Haute-Saône » explique Damien Pagani, directeur de Destination 70. « Une campagne à travers la presse régionale dans laquelle on a essayé de flécher des prestataires touristiques pour leur apporter des contrats, par exemple, les loueurs de bateaux, ou de nouveaux hébergeurs » ajoute Damien Pagani. « On a doublé sur une campagne radio sur les mêmes cibles géographique et la Cote-d’-Or ». Sans compter une campagne sur les réseaux sociaux.

 


© Destination 70

Une appli MyHaute-Saône

Les vacanciers de l’été ont aussi pu se renseigner via la nouvelle application touristique mis en place par le comité départemental. Le projet d’appli était déjà en route et son déploiement est bien tombé en cette année de covid-19. 

Un été qui s’annonce comment en Haute-Saône ? 
« Notre clientèle est à 80% française. On pâtit sans doute moins que d’autres de la clientèle étrangère venue d’Europe. Les Belges, les Allemands, les Hollandais sont là. Des sites comme la chapelle de Le Corbusier à Ronchamp qui attire des Japonais pourrait souffrir un peu plus cet été » estime Damien Pagani. Dans un contexte économique difficile, le comité départemental du tourisme a mis en place quelques réductions offertes par les partenaires de l’opération « Étonnante Haute-Saône ». « Dans ce contexte, l’idée n’était pas de « saigner » les prestataires » sur le plan financier ajoute Damien Pagani. Pour certains secteurs comme le tourisme fluvial, la clientèle allemande qui n’est pas venue au printemps a engendré des pertes financières pour les structures de locations de bateaux. 

►  Envie de passer des vacances en Haute-Sapone ? www.destination70.com

TERRITOIRE DE BELFORT

Un travail axé sur la communication

C’est le plus petit des départements de Bourgogne-Franche-Comté. Aux portes de l’Alsace, le Territoire de Belfort a travaillé sur la communication. Avec l’opération #sortezchezvous de la Région Bourgogne-Franche-Comté. 
« On a été pro actifs pendant le confinement pour mettre en valeur les prestataires touristiques du département, on a toujours continué à travailler » explique Christelle Coulon, directrice de Belfort Tourisme.
« On invite les gens à redécouvrir leur département s’ils ne partent pas en vacances » ajoute la responsable du comité départemental du tourisme. 

Le département a prévu également une campagne d’affichage en Franche-Comté, un concours photo cet été pour faire gagner quelques prestations touristiques.

 

Un été qui s’annonce comment dans le Territoire de Belfort ? 

Pour Christelle Coulon, difficile de faire un pronostic sur le bilan de l’été. « On commence à voir les Allemands, les Belges, il nous manque encore des Néerlandais par rapport à l’été dernier » dit-elle. Autre constat, des réservations plus que jamais à la dernière minute. « Je ne pense pas que ce sera un été catastrophique, la clientèle de proximité, venue de Bourgogne-Franche-Comté ou du Grand Est, c’est notre clientèle, je ne pense pas qu’on va la perdre » conclut-elle. 

► Envie de passer des vacances dans le Territoire de Belfort ?  www.belfort-tourisme.com





Source France 3

Autres articles

A Antibes, le « Quai des milliardaires » fait les frais de l’épidémie de Covid-19

adrien

Jura : pas de réouverture prévue sans label sanitaire pour les thermes de Salins et Lons-le-Saunier

adrien

Jobs d’été : les jeunes corses sont inquiets

adrien

Le Vaucluse hors des sentiers battus : le paradis des sorties déconfinées

adrien

Les cathédrales de la région

adrien

Le tourisme à l’arrêt depuis l’épidémie de Covid-19, les guides en danger

adrien