Corse et Covid19 : ce que contient la feuille de route territoriale du tourisme


Ce mardi 27 avril, la feuille de route territoriale spécifique au tourisme a été le sujet principal d’une table ronde entre la ministre de la Cohésion des territoires, le secrétaire d’Etat en charge du tourisme, des élus locaux et des professionnels. Voici ce que contient le document.

En Corse, la crise sanitaire du Covid19 a sévèrement impacté le secteur touristique. À l’issue des deux confinements, les pertes s’élèvent à 1,5 milliard d’euros et des milliers d’emplois ont été détruits. Des pertes d’autant plus inquiétantes que le secteur représente à lui seul 33 % du PIB – produit intérieur brut- insulaire contre 7,4 % pour la moyenne nationale.

Dans l’espoir d’une relance et face à une saison estivale encore incertaine, l’agence du tourisme de la Corse (ATC), les socioprofessionnels et les services de l’Etat travaillent depuis quelques mois à l’élaboration d’une « feuille de route territoriale du tourisme« .

Marie-Antoinette Maupertuis, présidente de l’agence du tourisme de la Corse lors de la présentation de la « feuille de route territoriale du tourisme corse », mardi 27 avril, à Ajaccio.

© Axelle Bouschon / FTV

Cinq mesures prioritaires ont ainsi été présentées, ce mardi 27 avril, à la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, Jacqueline Gourault, et au secrétaire d’Etat en charge du tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, lors d’une table ronde organisée à Ajaccio.

  • Accentuer le soutien à l’investissement et l’accompagnement des TPE-PME

Ce dispositif prendra la forme d’un appel à projets. Selon l’ATC, il s’agit de prendre en compte l’adaptation de ces entreprises aux nouveaux besoins et demandes des consommateurs. Une action de six millions d’euros qui figure au volet « Salvezza » du plan « Salvezza è Rilanciu » de la collectivité de Corse. Selon l’ATC : « le préfet de Corse et le président du conseil exécutif de Corse pourraient convenir de mobiliser 4,25 millions d’euros au titre du volet économique du programme exceptionnel d’investissement (PEI).

  • La création d’une « foncière tourisme »

Ce projet repose sur deux leviers : permettre par l’injection de fonds propres, ou quasi-propres le rachat des murs de propriétaires exploitants et l’aide à la réalisation de travaux d’amélioration et/ou développement.

  • Renforcer l’accompagnement des projets touristiques

Sur ce point, l’ATC souhaite prolonger le partenariat associant la collectivité de Corse, l’ATC, Atout France et la banque des territoires afin d’obtenir de nouveaux apports en ingénierie. Le but : poursuivre les études de la « mise en tourisme » des sites naturels et historiques comme la citadelle de Corte, la citadelle de Bonifacio, le château de la Punta ou encore le couvent Saint-François à Bastia.

  • La mise en place d’un « CDI 4 saisons »

Le concept de ce « CDI 4 saisons » serait d’étudier à partir d’un groupe d’employeurs volontaires, les conditions de sécurisation des parcours sur le modèle du « CDI intermittent ». Parallèlement, l’apprentissage et l’alternance des jeunes seront encouragés sous la forme de partenariats. Pour rappel, chaque année, en Corse, entre 16.500 et 20.000 saisonniers sont dénombrés en Corse contre 6.700 emplois réguliers.

Pour l’agence du tourisme de la Corse le tourisme responsable sera « un nouveau marqueur de l’offre insulaire dans les années à venir ». Une enveloppe de cinq millions d’euros dédiée à cette forme de tourisme dans l’île devrait être débloquée dans le cadre du Plan France Relance.

En septembre dernier, une première table ronde portant déjà sur les mesures de la « feuille de route territoriale du tourisme » s’est déroulée à Bonifacio en présence, notamment, d’Emmanuel Macron et du secrétaire d’État en charge du tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne. 

 





Source France 3

Autres articles

l’oenotourisme au secours des vignerons frappés par la crise sanitaire

adrien

« Il manque au moins 4 milliards d’euros d’aides », estime le maire de la Plagne

adrien

Coronavirus et tourisme en Corse : des professionnels de santé réclament une “régulation des flux de personnes”

adrien

le tourisme fluvial va-t-il tirer avantage de l’épidémie de coronavirus ?

adrien

Sur le Larzac, la famille Arnal élève des chevaux dressés pour le spectacle équestre

adrien

Valentin informe les touristes tout l’été dans le Cantal

adrien