Dans l’Hérault, les restaurants de bord de mer jonglent entre affluence et problèmes de recrutement



Depuis la réouverture des terrasses le 19 mai dernier, les restaurateurs font face à une forte demande. Mais la crise sanitaire est passée par là et certains établissements peinent aujourd’hui à recruter du personnel pour la saison.

Restaurant cherche serveur et cuisinier désespérément. Depuis la reprise de l’activité le 19 mai dernier, la pénurie de personnel se fait sentir dans le milieu de l’hôtellerie-restauration.

Selon une étude réalisée par les organisations patronales du secteur et dévoilée par le journal Les Echos en avril, il manquerait aujourd’hui 100 000 salariés en salle et en cuisine pour assurer la saison estivale.

« On va même jusqu’à recruter des professionnels sur Paris »

« Au niveau du recrutement, c’est une catastrophe », confie Michel Litton, patron du restaurant Beach Coffee à Carnon, dans l’Hérault. Dans son établissement, il manque aujourd’hui deux cuisiniers et trois serveurs. Résultat : le restaurateur ferme le soir et fait des journées à rallonge pour pallier les manques, en attendant de trouver une solution durable.

On va même jusqu’à recruter des professionnels sur Paris, car les CV que nous recevons ici ne correspondent pas toujours. Il faut résoudre le problème rapidement, car on ne peut pas se permettre de louper le client et la saison.

Michel Litton, patron du restaurant Beach Coffee à Carnon.

Joël Ortiz comprend bien le désarroi de ses confrères. Le président de l’association des plages aménagées, qui est aussi propriétaire de plusieurs paillottes, reçoit de nombreux appels depuis quelques jours. « Mes confrères me demandent si j’ai des connaissances parce qu’ils ont du mal à boucler leur planning pour l’été. Comme la crise dure depuis plus d’un an, certains salariés dans la restauration se sont tournés vers d’autres corporations », constate-t-il. 

Le professionnel n’exclut pas une option : peut-être faudra-t-il à terme se tourner vers la main d’oeuvre étrangère pour faire fonctionner les restaurants.  

La crise sanitaire en toile de fond

Jusqu’à présent, seules les terrasses des établissements ont pu rouvrir, à 50 % de leur capacité et avec une limite de six personnes par table. À compter du 9 juin, les salles intérieures des bars et restaurants pourront à leur tour accueillir partiellement du public. 

Malgré tout, Joël Ortiz redoute toujours une mauvaise surprise. 

Ma plus grande peur, c’est d’avoir monté et ouvert mon établissement – ce qui représente un certain coût – pour le refermer dans un mois parce qu’il y a une quatrième vague.

Joël Ortiz, patron de la paillotte La Voile Bleue à la Grande-Motte.

Le restaurateur a pu trouver du personnel. Il est cependant confronté à d’autres difficultés au quotidien. « C’est très compliqué avec le couvre-feu à 21 heures. Du coup, on commence à servir dès 11h30 le midi et 18h30 le soir : on essaie de faire des semi-services pour ne pas que la clientèle se dilue », explique-t-il.

Michel Litton attend quant à lui des jours meilleurs et souhaite pouvoir rapidement rouvrir pour le service du soir. « Avec le couvre-feu repoussé à 23 heures le 9 juin, j’espère que ce sera jouable », conclut-il.





Source France 3

Autres articles

elles sont de retour sur les côtes normandes

adrien

Déconfinement : le casse-tête du littoral et de l’accès aux plages

adrien

Loiret : la navigation sur le canal de Briare a repris mais avec des restrictions et la menace du manque d’eau

adrien

Quand certaines discothèques parisiennes se transforment en bars et restaurants de nuit pour rouvrir leurs portes

adrien

Déconfinement : les bars et restaurants du Centre-Val de Loire vont rouvrir, “on est contents, mais on attend de voir”

adrien

à la découverte du Cézallier par la boucle de Jassy

adrien