Déconfinement, acte II. “On va revoir les clients !” : les campings des Hauts-de-France prêts à enfin lancer leur saison


Comme l’ensemble de l’activité touristique, la crise sanitaire a lourdement touché les campings. L’avant-saison a été de fait annulée, ce qui a fragilisé les établissements. Le secteur s’est néanmoins mobilisé pour rouvrir au plus vite et dans les meilleurs conditions possibles.

Vacances de printemps, Pâques, week-ends prolongés du mois de mai : le manque à gagner est colossal pour les campings qui profitent habituellement de cette période pour bien lancer leur saison. Leurs emplacements sont restés cette année désespérément vide. La phase 2 du déconfinement telle qu’annoncée ce jeudi après-midi par le Gouvernement autorise enfin à compter du 2 juin une réouverture de ce mode d’hébergement prisé des Français mais aussi de nos voisins européens. Les touristes vont pouvoir planifier leurs vacances.
 

Mais le soulagement est surtout pour les gérants de camping. A l’instar de Gaëlle Sergente, adjointe de direction du camping de la Licorne à Dunkerque : « C’est un poids qui part. On est content, on va revoir les clients, travailler, reformer l’équipe ! ».

Plexiglas à l’accueil, équipements de sécurité pour les employés : cet établissement dunkerquois se dit prêt à accueillir ses campeurs et s’attend à une bonne affluence. « Beaucoup de gens de la région ont déjà pris la décision de ne pas se diriger vers le Sud mais de rester près de chez eux », explique Gaëlle. La réouverture probable des frontières au 15 juin rassure également alors que le camping accueille de nombreux Belges, mais aussi des Allemands, des Néerlandais voire des Anglais. Seul bémol pointé : « Avec la distanciation sociale, l’ambiance sera particulière, ce ne sera pas un été comme les autres ».
 

Si une note du gouvernement aux préfets du 22 mai permettait déjà l’ouverture des campings « lorsqu’ils constituent un domicile régulier ou une résidence secondaire, à moins de 100 km », certaines situations n’ont pas manqué de créer de la colère chez les professionnels de l’hôtellerie de plein air. Le sang de Jacqueline Brebion, co-gérante du camping-caravaning du Château à Condette, par exemple, n’a fait qu’un tour lorsqu’elle a constaté, peu après le début du déconfinement, qu’une aire de stationnement était bondée de camping-cars à Hardelot, alors que son établissement devait lui rester fermé. « C’est aberrant et irresponsable », s’exclame la co-gérante. Son mari, Henri, dit avoir « perdu deux mois intéressants sur sept que compte la saison ». « Ce n’est pas rattrapable même si beaucoup de clients ont reporté leur réservation, et le camping devrait être quasi-complet de juin à août », poursuit-il, optimiste.

Protocole sanitaire

47% des Français déclaraient vouloir partir en vacances malgré les incertitudes du moment dans un sondage IFOP réalisé à la mi-mai. Destination privilégiée: la France. Proximité, convivialité, économique, nature : le camping, solution d’hébergement particulièrement populaire dans l’Hexagone, a de solides cartes à jouer dans ce contexte. A conditions de pouvoir rassurer les touristes sur les conditions sanitaires.
 

Pendant le confinement, ces professionnels du camping se sont donc mobilisés aux côtés des autres acteurs du tourisme pour définir avec le gouvernement « un protocole sanitaire de nature à apporter la meilleure garantie possible aux vacanciers et qui constitue un point de référence commun pour les professionnels et les autorités publiques », explique dans un communiqué la Fédération nationale de l’hôtellerie de plein air.
 

Tourisme durable

Hébergements locatifs, parties communes, équipements de loisirs, services, activités : tout a été passé à la loupe. Les clients seront par exemple sensibilisés à apporter leur propre linge, drap et couette. Les gestionnaires devront maximiser une bonne rotation des hébergements afin de les laisser vacants le plus longtemps possible entre deux réservations. La fréquence de nettoyage des sanitaires pourra être renforcée, du matériel de désinfection mis à disposition des clients pour les encourager à nettoyer eux-mêmes. Le nombre de clients en simultané sur les équipements de loisirs sera limité. De nouvelles activités permettant de respecter les mesures de distanciation sociale seront proposées.

Un large panel d’adaptations en plus d’une réflexion pour améliorer les pratiques en vue d’un tourisme plus durable. Le camping doit jouer son rôle dans le « Monde d’après ».

 



Source France 3

Autres articles

Déconfinement : les vacances en camping-cars séduisent en Occitanie

adrien

En Bourgogne, les réservations dans les hôtels peinent à redémarrer

adrien

La Bretagne vue de chez moi, balades immobiles, épisode 11

adrien

comment les stations de ski tentent de rassurer les touristes inquiets

adrien

Pavillon bleu : pourquoi les plages labellisées du Grand Est ont disparu de la carte 2020

adrien

Insolite : à Préfailles, un magasin musée à voir absolument

adrien