Déconfinement, phase 2 : le secteur de l’hôtellerie corse toujours aussi inquiet


La mobilisation se voulait symbolique. 
Demain, les restaurateurs, hôteliers, paillotistes, patrons de bar ou de discothèque, salariés et saisonniers devaient se retrouver, à 10 heures, sur le port de commerce de Bastia. 
Pour déposer les attributs de leur métier…
Vestes de cuisiniers, plateaux de serveurs, clés d’établissement…
 

La manifestation a été reportée à une date ultérieure / © DR
La manifestation a été reportée à une date ultérieure / © DR

Finalement, l’Union Régionale des Métiers et des Industries de l’hôtellerie de Corse a décidé de reporter la manifestation. 
La raison, « un contexte confus engendré par des communications contradictoires créant une situation délétère »
 

Un secteur dans le flou le plus total

En clair, les professionnels du secteur restent dans le brouillard, et les récentes communications du monde politique, au plan national comme régional, n’ont pas vraiment dégagé l’horizon. 
Le plan Marshall promis par Edouard Philippe, à ce titre, a largement déçu….
 

Pour l’UMIH, « nous n’en sommes qu’aux prémices de la crise économique sans précédent que va subir la Corse »
Et les mesures envisagées pour permettre au secteur de franchir avec le moins de dégâts possibles la saison estivale qui s’annonce, et sur laquelle repose la plus grande partie de leur activité annuelle, n’ont pas été suivies d’effets. 

« Le Président de l’exécutif de la Collectivité de Corse déclarait “il faut construire une offre touristique attractive et sécurisée au plan sanitaire pour les touristes comme pour les résidents”, cette offre n’existe toujours pas.
Nous sommes passés dans la phase 2 du déconfinement, et à l’heure où les autres régions enregistrent des réservations pour la saison estivale, la Corse n’a toujours pas clairement défini sa stratégie. Les destinations se livrent à une âpre concurrence tarifaire, allant jusqu’à offrir des bons d’achat, seule l’île de beauté reste hors course ! Les conséquences seront désastreuses ». 

 

Habituellement, le ballet des bateaux qui relient la Corse et les rives alentours est incessant, durant l'été / © Pascal Pochard-Casabianca / AFP
Habituellement, le ballet des bateaux qui relient la Corse et les rives alentours est incessant, durant l’été / © Pascal Pochard-Casabianca / AFP

 

Des signaux encourageants, mais insuffisants

Le problème, c’est qu’il est difficile de savoir où en sera l’épidémie dans les mois qui viennent. 
Et quelle latitude elle laissera aux gens pour planifier leurs vacances sans risques…

Une incertitude à laquelle toutes les décisions des pouvoirs publics restent liées. 
Quant aux propositions, elles suscitent leur lot de polémique. 
A l’image du Green Pass soutenu par Gilles Simeoni et décrié par une bonne partie des professionnels insulaires. 
 

Il reste pourtant des points positifs.
Les derniers indicateurs sont plutôt rassurants. 
La Covid-19 semble reculer en France, et la deuxième vague redoutée n’est pas au rendez-vous. 
 

Les professionnels voient se profiler la saison avec inquiétude / © FTVIASTELLA
Les professionnels voient se profiler la saison avec inquiétude / © FTVIASTELLA

Les mesures annoncées le 28 mai par le gouvernement vont dans ce sens. 
La disparition de la limite des 100 kms, la réouverture des bars et des restaurants, sont des signaux forts, qui devraient inciter les gens à réserver leurs billets l’esprit plus léger.
Et la réouverture d’Orly dès la fin juin est un autre signe rassurant concernant la saison touristique à venir. 
 

 

Une question de survie

Mais, selon l’UMIH, tout ne réside pas dans les trois mois qui viennent. 
Des dégâts profonds ont déjà été faits par l’épidémie, et le confinement.

 » Les entreprises touristiques corses sont principalement des structures familiales, et la casse sociale sera catastrophique. Le PGE [Prêt Garanti par l’Etat – NDLR] n’est pas une réponse à la hauteur de l’impact de la crise économico-sociale que subit l’île. Il faut amortir le choc avec des aides directes. La responsabilité sanitaire a été prise, il faut une responsabilité économique avec des mesures fortes« .
 

Faire revenir les touristes en Corse cet été. Un défi difficile à relever. / © Christian Giugliano / FTVIASTELLA
Faire revenir les touristes en Corse cet été. Un défi difficile à relever. / © Christian Giugliano / FTVIASTELLA

Au bord du gouffre, le secteur touristique insulaire attend avec impatience les touristes. 
Mais pas seulement…

 



Source France 3

Autres articles

après un mois de juillet morose, les stations des Alpes s’attendent à une hausse de fréquentation en août

adrien

le massif du Jura mise tout schuss sur son atout, le ski nordique

adrien

Pyrénées-Orientales : le cri d’alarme des professionnels du tourisme pour élargir d’urgence la limitation des 100 km

adrien

A Lyon, le secteur du tourisme soulagé après un été meilleur que prévu

adrien

Déconfinement : sur le littoral héraultais la reprise du tourisme se fait de manière très progressive

adrien

Ardèche: la réouverture annoncée de la grotte Chauvet 2 est très attendue

adrien