Déconfinement : sur le littoral héraultais la reprise du tourisme se fait de manière très progressive



Dans la quatrième région la plus touristique de France, la saison peine à démarer cette année. En cause : l’épidémie de coronavirus venue mettre à l’arrêt total ce secteur pendant deux mois. 

 

Des touristes absents 

Mais alors qu’aujourd’hui, tous les voyants sont au vert pour une reprise de l’activité du tourisme – excepté la météo semblable aux giboulées de mars – le bilan du premier week-end de déconfinement « total » est très migigé. 

 

La semaine on n’a pratiquement personne, on comptait sur ce week-end pour vraiment bien travailler et finalement c’est un week-end qui ressemble à un week-end d’hiver, 

 

se désole Stéphanie Arnolin, co-gérante d’une crêperie-glacier à La Grande-Motte. Dans les rues de cette station balnéaire, ce week-end, les touristes se sont faits attendre. 

 

Déconfinement à La Grande-Motte : fréquentation touristique très mitigée

 

« Si on fait un bilan de la fréquentation à ce jour, ça montre que les choses se mettent en route par petits paliers progressifs. On s’attendait à ce que les réservations dans les hébergements arrivent d’un coup mais en réalité elles arrivent très progressivement. Dans les restaurants c’est la même chose, on s’attendait à un boum et en réalité on a vu que les clients étaient prudents« , explique Jérôme Arnaud,  directeur de l’office de tourisme de La Grande-Motte. 

Selon  le directeur, la fréquentation serait de 50% inférieure à celle de l’an dernier à la même période. 

Beaucoup de rideaux encore fermés

En ce premier week-end de juin, si les touristes n’étaient pas au rendez-vous, de nombreux professionnels ont également conservé le rideau fermé. « Ce week-end à la Grande-Motte il y avait trois hôtels ouverts sur douze. Dans ces trois hôtels on a eu un taux d’occupation de 90%, ce qui était très bien mais il faut considérer que c’est un effet d’entonnoir« . 

Pour l’un de rares hôtel ouverts à Carnon, le bilan du week-end est donc en revanche très positif, bien que peu révélateur d’une importante reprise réelle de l’activité. « Les gens sont très contents de revenir, très contents de sortir de chez eux et d’être là en bord de mer, on a eu pas mal de monde. Malgré les masques, malgré la distanciation, les gens sont vraiment contents et il y a un petit sentiment de liberté qui redonne le sourire à l’ensemble des clients« , affirme Hakima Joannides, co-gérante d’un hôtel.

Bilan mitigé

Du côté des campings, seulement deux sur six étaient ouverts. Règles sanitaires trop strictes ? Craintes d’une reprise de l’épidémie ? Difficile pour l’heure de déterminer les causes de cette lente reprise du tourisme sur le littoral de l’Hérault. 

Malgré tout, la limite des 100 km pour les déplacements enfin levée, pour les quelques touristes présents ce week-end, l’évasion a été appréciable : « Ne pas pouvoir se déplacer, ne pas pouvoir faire un tour, venir voir la mer, sentir les embruns, ça nous manquait donc une fois qu’on a su qu’on pouvait la première destination qu’on a choisi c’était la mer« , confie une touriste venue de Savoie. 

Secteur pourvoyeur de nombreux emplois – 100 000 environ en Occitanie – le tourisme subit aujourd’hui de plein fouet le revers de cette crise sanitaire qui semble encore laisser de nombreux stigmates… 

Les chiffres clés du tourisme en Occitanie en 2019 :

 

  • 14 milliards de consommation touristique, soit 10 % du PIB régional et 4ème rang au niveau national. Le tourisme fait partie des trois industries phares de la région. 
  • 108 000 emplois dans les activités liées au tourisme. 
  • Dépense touristique moyenne : 48€/nuit/personne.



Source France 3

Autres articles

Réouverture mardi des terrasses des cafés et des restaurants. Certaines pourront s’étendre sur les trottoirs

adrien

pour le sculpteur Jean-Patrick Poiron, « Dinan mérite le détour »

adrien

Les parcours d’accrobranche accrochent la clientèle

adrien

Hunspach, le nouveau village préféré des Français, fait connaissance avec ses premiers touristes

adrien

Cap Sud Ouest : Bassin d’Arcachon, un trésor si fragile

adrien

sans eau chaude, sans électricité, ni réseau, « l’accueil écologique, c’est aussi du social »

adrien