démographie disparate dans les Pyrénées-Orientales


Plus de 470 00 habitants. Les Pyrénées-Orientales sont classées 4ème département de l’Occitanie avec une hausse sensible de 0,7% de la population en 5 ans. Mais certaines villes, comme Collioure, perdent des habitants pendant que d’autres, comme Cabestany, connaissent un boom démographique.   

476 357 habitants. Les Pyrénées-Orientales attirent toujours de nouveaux habitants : 0,7 % de hausse démographique entre 2013 et 2018 selon le dernier recensement publié en décembre dernier. Une hausse qui reflète la tendance globale de l’Occitanie, dans laquelle les Pyrénées-Orientales se classent en 4ème position, juste après le Gard, alors que la Haute-Garonne reste le département le plus peuplé de la région devant l’Hérault. Mais cette hausse démographique globale cache des disparités de taille. Certaines communes se dépeuplent pendant que d’autres attirent de plus en plus de nouveaux habitants. Comparaison dans les Pyrénées-Orientales entre Collioure l’inaccessible et Cabestany l’attractive.

Collioure : une carte postale qui coûte cher

Un cadre rêvé pour passer des vacances ou un week-end, un site patrimonial remarquable vanté par les tour-opérateurs internationaux. Nous sommes à Collioure. Son port, ses vieilles pierres, ses maisons colorées….et ses habitants de plus en plus rares en dehors de l’afflux touristique.

Adossé à la montagne face à la mer, le port de Collioure n’est pas « extensible ».

© F3 Pays catalan

C’est l’envers du décor. Une population qui tombe en dessous des 2 500 habitants et un Colliourenc sur deux est âgé de plus de 65 ans. La commune a perdu plus de 600 habitants en 5 ans. Ici quelques 270 « lits » sont disponibles pour les séjours touristiques. Mais vivre à Collioure à l’année est devenu inaccessible pour de nombreux jeunes ménages.

« C’est assez dur de vivre ici à l’année » confirme un jeune Colliourenc. « Il faut trouver quelqu’un qui veut bien louer même l’été, sinon on doit partir en mai et après c’est loué aux touristes. Donc, si on n’est pas propriétaire, ici c’est très compliqué »

Entre 6 mille et 10 mille euros le mètre². A Collioure, 70% de l’habitat est constitué de résidences secondaires. Il y a encore quelques constructions nouvelles, mais ce sont les dernières, promet le nouveau maire. Car la réserve foncière est épuisée : Collioure est implantée sur une côte très découpée (et c’est ce qui fait son charme! ) où le relief limite la bétonisation.

Il va falloir développer la reconquête des habitations en centre ville qui sont fermées pour les 2/3. Car les propriétaires préfèrent louer en saison qu’à l’année!

Guy Llobet. Maire de Collioure (sans étiquette politique)

Cabestany : le charme flou d’une réserve foncière accessible 

A Cabestany, pas de cadre idyllique même si le centre historique qui a donné son nom au plus grand tailleur de pierres du Moyen-âge garde son charme. Une zone commerciale, des entreprises en plein essor et un centre médical parmi les plus importants du département. La dynamique économique est certaine pour cette commune non loin de Perpignan. Et les terrains constructibles ne manquent pas.

 » Il doit y avoir 2 à 3 000 jeunes qui n’ont pas envie de partir de Casbestany et il faut pouvoir leur offrir des terrains pas chers. » explique le maire de Cabestany.

On « sort » un terrain communal dans les prochains jours. Ici, il y a 4 000 emplois et les gens qui travaillent à Cabestany veulent y vivre. 

Jean Vila. Maire de Cabestany (communiste)

Voisine de Perpignan, la commune de Cabestany s'urbanise à vue d'oeil.

Voisine de Perpignan, la commune de Cabestany s’urbanise à vue d’oeil.

© F3 Pays catalan

Grâce à sa forte réserve foncière et un prix du bâti de 2 mille euros le m², la commune a franchi allègrement la barre des 10 000 habitants au dernier recencement. Soit près de 2 000 Cabestanyencs supplémentaires en 10 ans.

Le reportage à Collioure et Cabestany de Dorothée Berhault, Sarah Kamara et Joan Lopez pour France 3 Pays catalan.

 



Source France 3

Autres articles

visite au fil de l’eau de la petite Venise du Trégor avec Jacques Jacopin

adrien

quand des photos de skieurs agglutinés dans la station de ski de Verbier « écornent » l’image de la Suisse

adrien

en Nouvelle-Aquitaine, la quarantaine britannique inquiète les professionnels du tourisme

adrien

Déconfinement: Il faudra encore patienter pour monter en train à la Rhune

adrien

impacté par le confinement Covid-19, l’aquarium du Cap d’Agde ne rouvrira pas

adrien

Un constructeur chinois choisit la Corse pour lancer sa voiture électrique

adrien