Image default

des rues du centre-ville égayées par un ciel de parapluies


« Un p’tit coin de paradis sous un ciel de parapluies » c’est le nom de l’opération lancée cette année encore à Aurillac.  Un ciel de parapluies colorés flotte dans deux rues de la capitale cantalienne.

Pour la cinquième année consécutive, un bel arc-en-ciel accompagne les passants dans 2 rues du centre ancien d’Aurillac. Pas moins de 1 259 parapluies colorés ont été installés mi-mai par les équipes du centre technique municipal dans les rues Emile Duclaux et Victor Hugo. Les couleurs retenues sont bleu, rose bubble gum, vert sapin, mauve et jaune. Cette opération s’intitule « Un p’tit coin de paradis sous un ciel de parapluies ».

 

Cette année encore, deux rues d’Aurillac se parent de jolis parapluies colorés.

© Lydie Ribes / FTV

Egayer les rues du centre-ville

Elle avait été lancée pour la première fois en 2017, avec au départ, une seule rue concernée et 350 parapluies. Pour la municipalité, elle répond à  une volonté d’égayer les rues du centre-ville et de renforcer l’attractivité du centre ancien. L’opération est menée en collaboration avec la Maison Piganiol, célèbre fabricant de parapluies à Aurillac. Ce dernier a aussi offert 99 parapluies afin de décorer la place du Salut. Les couleurs retenues sur cette place sont celles du drapeau tricolore : bleu – blanc – rouge.

Ces 99 parapluies sont offerts par la Maison Piganiol.

Ces 99 parapluies sont offerts par la Maison Piganiol.

© Lydie Ribes / FTV


Compte-tenu de la situation sanitaire et de la décision gouvernementale d’autoriser la réouverture des commerces au 19 mai, la Municipalité d’Aurillac a décidé d’avancer d’un mois l’installation des parapluies afin que tout soit prêt pour le 19. Les derniers parapluies seront installés ce mardi 18 mai. Avec la météo, les parapluies s’avèrent être un accessoire de saison.

 

Aurillac, capitale du parapluie

Avec cette initiative, Aurillac rappelle son attachement au parapluie. Au XIXe siècle, plusieurs fabriques de parapluies se sont développées dans la cité cantalienne. Au XXe siècle, la ville est même parvenue à devenir la première productrice de France. L’histoire du parapluie d’Aurillac a enregistré des sursauts, alternant phases d’essor et de déclin, marquée par certaines luttes sociales, notamment la question de l’émancipation féminine au début du XXe siècle. Mais c’est une tradition toujours d’actualité, perpétuée aujourd’hui par trois entreprises locales. L’opération coûte 20 000 euros à la municipalité d’Aurillac. Les parapluies colorés devraient rester en place jusqu’à mi-septembre, car les conditions météorologiques font souffrir les toiles de ces accessoires.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets





Source France 3

Autres articles

Premier pont déconfiné sous le soleil en Limousin

adrien

Guides-conférenciers : les oubliés du patrimoine

adrien

à Angers, le virus contraint la clientèle des voyagistes à la sédentarité, ils innovent !

adrien

la fermeture des remontées mécaniques en passe d’être prolongée en février

adrien

4 nouveaux restaurants étoilés au Guide Michelin 2021

adrien

À Montreuil, des passionnés veulent sauver un patrimoine local : les murs à pêches

adrien