des vacances de la Toussaint en demi-teinte pour les campings de la côte



Dans le pays royannais, les gérants de camping avaient misé sur le besoin de grand air des habitants des grandes villes mais les touristes restent peu nombreux à avoir choisi ce mode d’hébergement pour les vacances de la Toussaint.

De nombreux propriétaires et gérants de campings ont choisi de rester ouverts jusqu’à la fin du mois d’octobre. Ils sont nombreux, en effet, à espérer que ces quinze jours de vacances de la Toussaint viennent un peu combler le manque à gagner accumulé pendant les longs mois de confinement et un été chaotique, mais beaucoup se déclarent déjà déçus. Certains, cependant, réussissent mieux à s’en sortir, notamment les grands établissements.


Un besoin de liberté et de grand air

Echapper au couvre-feu ou tout simplement retrouver une ambiance plus sereine, les motivations des vacanciers venus des grandes villes se rejoignent toutes, d’autant que la Charente-Maritime est l’un des départements parmi les plus épargnés par l’épidémie de Covid-19 dans l’ouest. 
« On a l’impression que les gens veulent s’échapper des grandes villes pour venir au grand air et être tranquilles » constate Enrick Poitevin, gérant du camping « Les Pins de la Coubre » aux Mathes.
Mais ce besoin de grand air ne débouche pas toujours, évidemment, sur la location d’un mobil-home dans un camping. On le constate par exemple sur l’île de Ré, les résidences secondaires occupées par leurs propriétaires ou louées à la semaine sont privilégiées car elles permettent de recréer la cellule familiale. Autre tendance qui se confirme, le succès des campings cars ou autres combis Volkswagen, à l’achat ou à la location. Ils ont fleuri sur les routes cet été et ces vacances de la Toussaint surfent sur la même vague. Ils jouent sur l’envie de mobilité et donnent un sentiment de sécurité sanitaire accru.

Malgré tout « certains campings s’en sortent pas trop mal » constate Enrick Poitevin mais c’est loin d’être le cas pour tous.

Après le confinement, certains confrères comme les petits campings, surtout les campings qui font de l’emplacement nu, vont avoir du mal à se relever et on craint même pour l’année prochaine, vu les annonces du gouvernement.

Enrick Poitevin, gérant du camping « Les Pins de la Coubre » aux Mathes.


Des réservations de dernière minute

Quelle que soit la taille des structures, le mot d’ordre est le même : il faut s’adapter rapidement car les réservations se font quasiment toutes au dernier moment et pour des périodes de plus en plus courtes. La location à la nuitée se généralise et, selon les professionnels, elle a sauvé de la ruine certains campings depuis le printemps.

Comme ça a été le cas pendant toute la saison, ce sont des réservations de dernière minute. Les gens appellent et ils arrivent même parfois dans la journée. Suivant le trajet, ils peuvent faire leurs valises et arriver trois heures après.

Enrick Poitevin, gérant du camping « Les Pins de la Coubre » aux Mathes.

Ces réservations au dernier moment sont fortement liées à l’épidémie de Covid-19 mais elles dépendent aussi beaucoup de la météo et après une belle période ensoleillée sur la côte, le temps, lui aussi, pourrait bien décourager nombre de touristes et plomber encore un peu plus le moral des gérants des campings. D’autant qu’ils sont nombreux à avoir dû annuler des réservations de groupes prévues pour cette automne.
« On a fait la saison, on s’en est sortis mais il ne faut pas que ça continue. » conclue Enrick Poitevin.

Le reportage dans le pays royannais de Léa Wolber, Laurent Pelletier et Alexia Rouy :

Saint-Georges-de-Didonne (17) : camping ouvert pour rattraper la saison après Covid 19

 



Source France 3

Autres articles

Du Bergeracois au Bordelais, les vignobles proposent de profiter des premiers week-ends de déconfinement

adrien

Attirer les Parisiens pour un jour ou pour toujours : Nevers fait sa promotion à la télévision

adrien

à Fougères, Marie-Paule Tellier a deux passions, la photo, et sa ville

adrien

Premier pont déconfiné sous le soleil en Limousin

adrien

avec le  » pass tourisme  » la région Bourgogne-Franche-Comté veut séduire touristes et bourguignons cet été

adrien

Au coeur du Parc Naturel Régional du Luberon dans Chroniques Méditerranéennes [NATURE]

adrien