Emmanuel Macron premier Président de la République à visiter le sanctuaire


Emmanuel Macron sera le premier président de la Ve République à visiter le sanctuaire de Lourdes. Il suit ainsi des personnalités apolitiques comme Maradona ou Shakira. Une visite économique car la cité mariale a subi la crise mais aussi politique pour tenter de séduire l’électorat chrétien.

Deux jours de visite dans les Hautes-Pyrénées et un passage le vendredi 16 juillet au sanctuaire de Lourdes, Emmanuel Macron repart en campagne. Officiellement, il vient rendre compte des avancées du plan de relance prévu pour venir soutenir la ville de Lourdes en proie à des difficultés économiques avec la crise du Covid. Mais il va surtout rentrer dans l’histoire du sanctuaire en étant le premier président de la République à s’y rendre.

Un président au sanctuaire : une première pour la Ve République

Nicolas Sarkozy s’est bien rendu à la grotte de Massabielle de Lourdes mais il était alors simple ministre de l’Intérieur. En 2013, son successeur à l’Elysée François Hollande est venu à Lourdes juste après les inondations mais il n’est pas passé par le sanctuaire.

Si l’on remonte un peu plus loin dans le temps, François Mitterrand (1982) et Jacques Chirac (2004) sont venus à la cité mariale pour accueillir les papes en exercice mais toujours pas de passage à la grotte. Ni Valéry Giscard-d’Estaing, ni le général de Gaulle, pourtant fervents catholiques, n’ont honoré ce haut lieu de pèlerinage de leur présence. 

Mathias Terrier, directeur de la communication et des ressources du sanctuaire de Lourdes confirme cette première. « Nous avons appris cette visite très récemment, en tout début de semaine. Nous avions déjà reçu plusieurs ministre ces derniers temps par rapport au plan de relance signé entre l’État, la ville et le sanctuaire, mais c’est un honneur d’accueillir Emmanuel Macron. Il ne pourra pas aller dans la grotte pour des raisons sanitaires mais il est bien prévu qu’il passe devant ».

Le Président de la République actuellement dans les Hautes-Pyrénées arrivera vendredi 16 juillet 2021 vers 15h. Il sera accueilli par le délégué apostolique Monseigneur Antoine Hérouard et le recteur du sanctuaire Mgr Olivier Ribadeau Dumas qui le guideront. Une visite symbolique qui devrait durer une heure environ.

Une visite symbolique

Au-delà de toute connotation politique, Mathias Terrier se réjouit de ce passage : « La sanctuaire est très heureux d’accueillir le président. Nous y voyons deux grands signes : un soutien au plan de relance et l’attention portée aux personnes les plus fragiles. Le président vient dans le lieu spirituel de France qui reçoit les personnes vulnérables et les petites gens comme on dit. C’est pour nous un grand message. »

En langage religieux, on pourrait parler de Providence, dans des termes plus païens, ça pourrait ressembler à une opération politique. La date du 16 juillet n’est sans doute pas anodine.

Le sanctuaire de Lourdes lors de la fête de Notre-Dame de Lourdes en février 2021

© Pierre Vincent

En 1858, le même jour, c’était la 18e et dernière apparition de la vierge Marie à Bernadette Soubirous dans la grotte de Massabielle. Plus qu’une simple coïncidence pour un Président qui veut renouer le dialogue avec les Français et tendre une main aux catholiques en plein doute face à des espoirs déçus.

En avril 2018, Emmanuel Macron s’était rendu au collège des Bernardins (Paris) où il avait été accueuilli déja par Mgr Ribadeau Dumas. Il avait alors promis de réparer le lien entre l’Eglise et l’Etat. Depuis, l’électorat catholique a été quelque peu contrarié, notamment par le vote de la loi de bioéthique.

La visite prévue ce vendredi 16 juillet prend donc des allures de rachat face aux catholiques, histoire aussi de prêter l’oreille aux plus démunis dont le sanctuaire est le symbole.

Lourdes United in Prayer

Le 16 juillet connaîtra aussi l’opération « Lourdes United in Prayer », un pèlerinage digital mondial effectué depuis Lourdes diffusé dans le monde entier. La première édition en 2020 avait rassemblé près de 80.000 de personnes. Une retransmission en direct de la grotte, 17 heures de live dans 12 langues pour garder le lien avec les chrétiens et leur redonner l’envie de venir en pèlerinage maintenant que les conditions sanitaires le permettent à nouveau.

Les organisateurs ont choisi cette date du 16 juillet par rapport à la dernière apparition de la vierge et non en raison de la visite du président. Mais cet événement mondial permettra sans doute indirectement au chef de l’État de donner un retentissement encore plus important à sa visite.

Pas de président français mais d’autres personnalités au sanctuaire

Pas de président de la Ve République depuis 1958 mais en cherchant bien, on retrouve le passage de chefs de l’Etat sous la IVe, voire auparavant.

D’autres personnalités extra-politiques sont aussi venues sur les lieux d’apparition de la Vierge. La dernière en date n’est autre que le chanteur Vianney lors de son concert le 9 juillet à l’espace Robert Hossein de Lourdes. 

On peut citer aussi de manière très éclectique les footballeurs Diego Maradona (1989) ou Yohan Cabaye, dans la famille princière de Monaco les Princes Rainier III et Albert II, Caroline, Grace Kelly. Juste après sa libération, l’otage Ingrid Bétancourt est venue se recueillir.

Côté « people », la chanteuse Shakira en 2019, les acteurs Morgan Freeman lors d’un tournage en 2018, Gad Elmaleh qui a coproduit la comédie musicale consacrée à Bernadette, Jean-Paul Belmondo, Zac Efron…

On retrouve évidemment des personnalités religieuses comme le Dalaï-Lama ou l’abbé Pierre…





Source France 3

Autres articles

l’ouverture des remontées mécaniques en Suisse est « une erreur », pour l’épidémiologiste Didier Pittet

adrien

Malgré le Covid-19, les stations de ski suisses accueillent les skieurs

adrien

Notre sélection des cinq meilleures randonnées à vélo à faire en Bretagne. #UneIdéePourLété

adrien

Hossegor se prépare à l’été après avoir enflammé les réseaux sociaux

adrien

la bambouseraie d’Anduze attend sa réouverture

adrien

avec plus de 200 cas positifs pour 100 000 habitants, à quand le retour du port du masque obligatoire ?

adrien