et si vous partiez à la découverte des oiseaux de l’estuaire de la Loire ?


Si l’été n’est pas la meilleure saison pour observer les oiseaux, le département de Loire-Atlantique offre une belle diversité d’espèces. Dans les marais de Lavau-sur-Loire, l’office du tourisme Estuaire et Sillon organise tout l’été des sorties ornithologiques. Prochain rendez-vous le 30 juillet.

Ils sont une petite dizaine à s’être donné rendez-vous sur le parking du port à Lavau-sur-Loire. Accompagnés d’une animatrice de la Ligue pour la protection des oiseaux, Marie-Paule, Pascale, Patrick et les autres ont décidé de partir à la découverte des oiseaux des marais de l’estuaire de la Loire. Au total plus de 230 espèces recensées dans le secteur. Alors il y a de quoi faire. 

J’habite à Malville, tout à côté. Je me balade très fréquemment ici parce que le lieu est idéal pour découvrir les oiseaux mais je n’ai pas les connaissances. Je voyais souvent des échassiers que je ne savais pas nommer, maintenant je saurais les reconnaître et je pourrais en parler à mes petits-enfants et faire mon érudite.

Marie-Paule

Comme elle, Pascale habite à quelques kilomètres. Pour elle, pas besoin de faire des milliers de kilomètres pour déconnecter. « Y’a tout ce qui faut à notre porte. Les oiseaux sont au rendez-vous. On les observe, ils nous observent et on a beaucoup à apprendre d’eux. Certains ont des techniques très écolos. C’est une grande inspiration ».  

Une aigrette garzette dans le Morbihan.

© PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP

Aigrettes garzettes, martinets noirs, hirondelles, aujourd’hui, les visiteurs sont gâtés. Marie Gergereau est animatrice pour la LPO. Originaire de Bordeaux, elle est arrivée dans la région il y a deux ans. Depuis, elle prend plaisir à découvrir le coin. 

La Loire-Atlantique, c’est super parce qu’on a à la fois la campagne, le fleuve qui draine beaucoup d’espèces, et puis on a le littoral donc il y a des choses à voir toute l’année. 

Marie Gergereau, animatrice à la LPO 44

Prendre le temps d’observer

En une heure et demi, la jeune-femme donne beaucoup d’informations. Pour les retrouver, elle conseille un guide ornithologique, la Bible pour les passionnés d’oiseaux. Mais le plus important selon elle, c’est la patience. « Il faut être attentif aux sons, explique Marie. Ça permet d’orienter notre vision. Souvent, les oiseaux se cachent. Si on en voit un, on s’arrête et on prend le temps d’observer. Si on a une paire de jumelles, c’est mieux, comme ça on n’a pas besoin de trop s’approcher. » Repérer les oiseaux grâce à leurs chants, c’est ce qui intéresse le plus Marie-Hélène. « Je suis passionnée d’oiseaux. Ce que j’aimerais, explique-t-elle, c’est réussir à les reconnaître avec leurs chants. Se dire, tiens là on est en présence d’un cisticole des joncs ou d’un bruant des roseaux, et puis après on se pose et on se dit qu’on va peut-être réussir à l’observer. »  

Dans l'estuaire de la Loire, plus de 230 espèces d'oiseaux sont recensées.

Dans l’estuaire de la Loire, plus de 230 espèces d’oiseaux sont recensées.

© France Télévisions/Amélie Lepage

La prochaine sortie ornithologique est prévue le 30 juillet. D’autres sont organisées les 3 et 10 août prochain. Inscriptions par téléphone au 02 28 01 60 16, au sein de l’Office du tourisme Estuaire et Sillon. La Ligue pour la protection des oiseaux organise elle aussi d’autres sorties pour découvrir les oiseaux du département. Le programme ici. 

 





Source France 3

Autres articles

des vacances de la Toussaint en demi-teinte pour les campings de la côte

adrien

un « classement stigmatisant », Olivier Richefou en veut à l’ARS

adrien

La tempête Alex a peut-être sauvé le « train des Merveilles » dans la Vallée de la Roya

adrien

Le Parc Naturel Régional du Verdon dans Chroniques Méditerranéennes [NATURE]

adrien

un jeu de cartes pour découvrir Nantes

adrien

La Normandie à l’honneur ce soir sur France 3 avec “Des racines et des ailes”

adrien