et si vous passiez la nuit dans une cabane au-dessus de l’eau, dans le Morvan ?


Pendant les vacances d’été, France 3 Bourgogne vous propose de découvrir certains sites incontournables de la région. Aujourd’hui, Antoine et Nathalie vous envoient leur carte postale d’une cabane sur pilotis, à St-Didier-sur-Arroux, en Saône-et-Loire.

Bonjour à tous ! Nouvelle carte postale aujourd’hui depuis notre cabane. Avec Nathalie, nous avons entendu parler de cabanes suspendues au-dessus de l’eau, à St-Didier-sur- Arroux, en Saône-et-Loire. Alors nous nous sommes dit qu’il fallait tester. Nous en rigolons encore.

Une traversée épique de l’étang

Avant tout, il faut trouver St-Didier-sur-Arroux. Puis, les cabanes. Artus et Mathilde sont les propriétaires. Depuis 2009, Artus et Mathilde proposent ces cabanes sur pilotis à la location pour une ou plusieurs nuits.

Ils sont originaires du coin et ne se voyaient pas installer leur projet ailleurs. Ils promettent déconnexion et retour au calme… C’est le moins que l’on puisse dire. Artus nous emmène au bord de l’eau. La cabane est bien-là… mais en plein milieu de l’étang. Je ne peux pas cacher ma surprise. En fait, je remarque qu’il y a qu’une barque sur la digue. Ce qui veut dire qu’on doit ramer jusqu’au milieu de l’étang. Le calme, ça se mérite !

Pour profiter de son logement éphémère sur l'eau, il faut d'abord ramer... au sens propre comme au sens figuré.

Pour profiter de son logement éphémère sur l’eau, il faut d’abord ramer… au sens propre comme au sens figuré.

© Antoine Marquet / France 3 Bourgogne

Alors nous prenons place à bord de la barque et Artus nous emmène jusqu’à notre cabane. Si vous êtes habitués, comme lui, il vous faudra un peu moins d’une minute pour faire la traversée. C’est court me direz-vous ? Cela dépend de la place que vous occupez à l’intérieur de la barque… De ma place, je trouve ça très long. J’ai la (mal)chance de faire la connaissance d’une sauterelle, à la taille non-réglementaire, qui décide de s’installer sur mon épaule. Les images floues dans mon téléphone s’en souviennent encore…

Arrivés à la cabane, il faut « amarrer ». Oui, même un engin de si petite taille, on l’amarre. Nathalie saute alors sur le ponton de la cabane pour y attacher la corde. Est-ce vraiment nécessaire de vous avouer qu’à ce moment-même, je me vois déjà au fond de l’eau ?

Mais le risque en vaut la peine. Artus nous fait visiter la cabane. Assez grande pour y passer une soirée et une nuit à deux. Elle est équipée du matériel de première nécessité : des couverts, des affaires de toilette, des draps et… des bougies. Car oui, qui dit cabane au milieu de l’étang dit pas d’électricité. Heureusement, nous avons déjà rechargé nos téléphones. D’ailleurs, c’est étonnant mais il y a du réseau sur l’eau ! Artus nous explique ensuite le système des toilettes sèches. La démarche est écolo ! Dans la cabane, il n’y a d’ailleurs pas de douche. Elle se trouve sur la digue, et elle est solaire. Pas d’inquiétude, personne ne peut vous voir… (Bon, mis à part les moutons, avec qui Nathalie a d’ailleurs bien discuté quand nous sommes arrivés.) 

Pas d'électricité mais des bougies dans les cabanes et tout le matériel de première nécessité. Il y a même des livres sur les espèces d'arbres et d'oiseaux...

Pas d’électricité mais des bougies dans les cabanes et tout le matériel de première nécessité. Il y a même des livres sur les espèces d’arbres et d’oiseaux…

© AM et NZ / France 3 Bourgogne

Une soirée avec nos voisins les animaux de la forêt

A chaque locataire son étang. Avec Nathalie, nous devions être dans deux cabanes différentes. Mais vu le mutisme dans lequel je suis enfermé depuis que j’ai découvert que j’allais devoir repartir seul en barque, nous décidons de passer la nuit dans la même. Il y a deux couchages à l’intérieur. Disons que je ne me suis pas vraiment préparé à cette façon de vivre ma soirée… Soirée que nous passons à jouer au scrabble, éclairés par une bougie, et à écouter les chants des oiseaux laissant place petit à petit aux coassements des grenouilles. On est bien là. Puis, tout comme le ciel, on enfile nos robes de nuit. Et débarbouillage… Au lavabo (plutôt à la cuvette et au broc) ! Se laver les dents face à l’horizon qui se perd dans l’obscurité… Presque un rêve. Mais quand on est habitué à un certain confort, c’est toujours un peu déstabilisant de déroger à nos habitudes. Surtout aussi radicalement !

Une fois installés, nous avons pu pleinement profiter du calme et nous ressourcer. Seul le bruit des poissons qui sortent de l'eau et les chants des oiseaux ont accompagné notre soirée.

Une fois installés, nous avons pu pleinement profiter du calme et nous ressourcer. Seul le bruit des poissons qui sortent de l’eau et les chants des oiseaux ont accompagné notre soirée.

© Antoine Marquet / France 3 Bourgogne

Après avoir soufflé sur toutes les bougies, nous nous décidons à aller nous coucher… Quel grand moment. Nathalie veut bouquiner. Elle n’a que son flash de téléphone pour s’éclairer. Elle dort dans la mezzanine et moi, sur la banquette en-dessous. J’ai oublié mon pyjama pour dormir. Je me vois déjà grelotter. Ma mère m’a pourtant prévenu que les nuits sont fraiches… Au milieu d’un étang, en pleine nuit, vous entendez les renards, les grenouilles et bien d’autres sons.

Café et croissants au bord de l’eau

Quoi de plus beau que de prendre son petit-déjeuner au bord de l'eau ?

Quoi de plus beau que de prendre son petit-déjeuner au bord de l’eau ?

© Antoine Marquet / France 3 Bourgogne

A 7h, réveil en même temps que les premiers rayons du soleil. Et sortir sur le ponton pour profiter de la lumière de l’aube et des premières mélodies de la nature qui s’éveille… c’était assez magique. Je crois que ce n’est qu’à ce moment qu’on réalise qu’on est vraiment au milieu de l’eau, seuls, et que tout est très calme. Même si le réseau passe, on se sent déconnectés.

Le petit-déjeuner arrive à 8 heures sur la digue : croissants, thé, café, jus de pommes. Forcément, nous le prenons sur le ponton, face à l’étang. C’est un beau moment.

Même si nous avons parfois eu l’impression de participer à un célèbre jeu d’aventure, nous avons passé un super moment. A tous ceux qui rêvent d’être au calme, de s’extraire du monde réel, montez dans une barque…

Retour en vidéo de notre escapade

Hébergement insolite : passez la nuit dans une cabane au-dessus de l’eau, dans le Morvan

Nous on retourne sur la terre ferme, pour de nouvelles aventures (sans sciure de bois) ! Bonnes vacances et à bientôt

Antoine et Nathalie

D’autres idées de vacances en Bourgogne ?

 

Que faire autour de Saint-Didier-sur-Arroux ?

Lorsque vous êtes à Saint-Didier-sur-Arroux, le village d’Uchon n’est plus très loin. Vous pouvez ainsi vous rendre à la Pierre-qui-Croule ou faire les quelques randonnées proposées par l’office du tourisme  :

  • Le petit circuit d’Uchon : La balade (de 3 heures environ, sur 8 kilomètres) peut se faire en été sans difficulté puisqu’elle est à l’ombre pour 85 % du trajet. Le petit circuit vous propose de découvrir les différents étangs d’Uchon ainsi que ses paysages granitiques. Passage incontournable par l’auberge de la Croix Messire Jean.

     

  • Uchon, le pays des rochers : Venez avec vos meilleurs chaussures. 7 heures de randonnées sur 20 kilomètres vous attendent. Vous traversez le village d’Uchon, admirez son église,  traversez plusieurs hameaux, découvrez la fontaine miraculeuse, pique-niquez face à un magnifique panorama, avant de revenir à l’incontournable auberge de Messire Jean.


 A quelques kilomètres, il est aussi possible de visiter Bibracte et de gravir le Mont Beuvray pour y découvrir les vestiges des nos ancêtres gaulois.



Source France 3

Autres articles

des touristes découvrent les vendanges

adrien

+ 35 % d’entrées aux Jardins de Marqueyssac en Périgord noir, « les vacanciers sont là! »

adrien

Dordogne : redécollage compliqué pour les agences de voyage

adrien

vacances gratuites pour « les héros du Covid »

adrien

Coronavirus : à quelques jours du déconfinement, les camping-caristes dans les starting-blocks

adrien

Déconfinement : en Auvergne, le camping-car a la cote

adrien