Image default
Tourisme

face à la règlementation anti-cluster de plus en plus sévère, les mairies annulent les fêtes votives



Par peur d’être à l’origine de nouveaux foyers épidémiques, les maires de nombreux villages renoncent à organiser leur festival ou fête votive. D’autant que les préfectures, redoublant de prudence, multiplient les obligations sanitaires et sécuritaires pour les événements rassemblant du public.

Les tables tonneaux devaient rester tout l’été sur la place de Pérols… Mais ce mardi matin, les services municipaux les ont toutes enlevées.
Emblèmes des mercredis du terroir, elles ont été remisées jusqu’à nouvel ordre et la ville jouxtant Montpellier n’organisera plus de festivité cet été.

Une décision radicale qui intervient alors qu’il y a quelques jours encore, les toros et le public arpentaient les rues de la commune pour la feria des étangs. Mais face à l’affluence de ces différentes manifestations, la mairie a dû jeter l’éponge. Impossible pour elle de garantir les mesures de sécurité sanitaire imposées par la préfecture de l’Hérault.

Nous avons dû faire face à des records de féquentation, d’autant plus cette année, que beaucoup de manifestations alentours étaient annulées. Et surtout avec beaucoup de jeunes.

Jean-Pierre Rico, maire de Pérols.

La fréquentation en juillet a donc été au-delà des espérances des organisateurs. Conséquence, le maire ne pouvait plus assurer la sécurité physique et sanitaire des manifestations, il a donc décidé d’annuler toutes les fêtes en août craignant pour la responsabilité de la mairie en cas d’accident ou de foyer épidémique de Covid.
 

Les jeudis masqués de Nîmes… pour maintenir la feria des vendanges

A Nîmes, la ville le revendique, les jeudis de l’été sont le rendez-vous incontournable des touristes de passage dans la région. Mais dans le dédale des rues de l’Ecusson, la promiscuité a inquiété les autorités. Alors le préfet du Gard a décidé de rendre obligatoire le port du masque à partir de cette semaine. Il en sera de même pour les jeudis d’août mais aussi pour le mois de septembre et la feria des vendanges qui se profile.
Ici, donc pas question de jeter l’éponge, l’enjeu économique est trop important.
 

La tenue de la feria des vendanges se joue en ce moment. Nous devons montrer cet été que quand il y a des rassemblements importants nous pouvons respecter les gestes barrières et la sécurité sanitaire de tous.

Julien Plantier, premier adjoint au maire de Nîmes.


Stop ou encore ? Avec le durcissement des mesures sanitaires, la question se pose de plus en plus aux organisatreurs de festivités. Ceux de Fiesta Sète viennent par exemple d’annuler une soirée DJ sur la plage, faute de pouvoir maitriser le nombre de participants.

L’interdiction des rassemblements de plus de 5.000 personnes se poursuit jusqu’au 31 août 2020. Et pour tous les autres, masque obligatoire et mesures barrières en vigueur. Plus des restrictions locales, si la préfecture du département l’exige.
Toutes les règles sanitaires selon les zones sur le site Covid du gouvernement.
 



Source France 3

Related posts

Déconfinement, acte II. “On va revoir les clients !” : les campings des Hauts-de-France prêts à enfin lancer leur saison

adrien

l’oenotourisme au secours des vignerons frappés par la crise sanitaire

adrien

Brittany Ferries reprend progressivement son service passager à partir du lundi 29 juin

adrien