Image default

la cathédrale de Rouen retrouve ses dorures du XVIème siècle


Après des mois de travaux, les sublimes dorures de la cathédrale Notre-Dame de Rouen (Seine-Maritime) peuvent être contemplées par les habitants et les touristes.

La magnifique cathédrale de Rouen brille désormais plus que le gros Horloge. Elle sera certainement autant photographiée que le précieux cadran.

Les curieux pourront se rendre sur le parvis pour connaître la signification des parties hautes du chœur de la cathédrale. Sur le faitage, une ribambelle de séraphins, de croix et de vases habillent l’édifice.

En figure de proue s’impose une splendide statue représentant Saint-Georges combattant un dragon ailé.

Les meilleurs points de vue pour admirer ce tableau sont les quais rive gauche et le pont Corneille.

Ces ornements, réalisés en métal (plomb, cuivre, et bronze) en majeure partie dorés, sont aussi bien visibles depuis la place de la Calende (rive droite).

Ces œuvres avaient d’abord vu le jour au XVIème siècle. Déployés en 1540 sur la toiture, elles disparaissent en 1822 lors d’un incendie causé par la foudre qui les détruit. La commission supérieure des monuments historiques a souhaité rétablir ces décors à l’identique. L’entreprise Giordani (rive gauche à Rouen) a travaillé sur les dorures, ainsi que la Fondation de Coubertin (Yvelines), sur les sculptures. Dans la statue de Saint-Georges, un parchemin contenant le nom de tous les artisans qui sont intervenus sur le chantier a été caché. La reconstruction à l’identique a été possible grâce à des gravures de l’époque.

Le site Rouen.fr précise la signification des œuvres : « Il y a le plus visible, qui représente saint Georges sur son cheval cabré en train de tuer le dragon à ses pieds. Il est entouré de personnages qui devaient être les prochaines victimes de l’animal. En détaillant le faitage, l’on aperçoit, disposés tel un ruban, des séraphins, des vases et des croix représentant les armes des cardinaux d’Amboise, commanditaires de ces ornements ainsi que le blason de la Normandie. »    

Cette cinquième tranche des travaux du choeur de la cathédrale a nécessité 12 mois de chantier. Elle a coûté 825 000 euros (sur les 4 725 000 euros TTC financés à 100% par le ministère de la Culture et de la Communication. La prochaine tranche concernera la restauration des voûtes du choeur (1,1 million d’euros).





Source France 3

Autres articles

la station d’Ancelle fait skier les jeunes licenciés sur une piste à prix d’or

adrien

pour qui, quand, quelles conséquences si le pass sanitaire n’est pas validé ? #OnVousRepond

adrien

naissances exceptionnelles de 2 bébés condors de deuxième génération au rocher des aigles à Rocamadour

adrien

Déconfinement : dans l’Oise et l’Aisne, hôteliers et restaurateurs préparent la reprise

adrien

5 ans plus tard, quel est le bilan de l’inscription au patrimoine mondial ?

adrien

24 artisans et acteurs du tourisme labellisés dans le Parc National de Forêts

adrien