La station de ski des Bagenelles fête ses 50 ans : « que de bons souvenirs »


La station de ski Les Bagenelles, dans le Haut-Rhin, fête ses 50 ans. Un appel a été lancé pour l’occasion sur la page acebook de la station dans le but de recueillir souvenirs et photos. Pour les habitués de cette petite station familiale, c’est avant tout une histoire de coeur.    

La petite station de ski des Bagenelles, dans le Haut-Rhin, fête cette année ses 50 années d’existence. Une page de l’histoire du Val d’Argent qui méritait bien d’être célébrée. C’est chose faite avec Sophie Parmentier, elle qui a appris à skier aux Bagenelles et qui est la fille du gérant du téléski. Sur un post Facebook (voir ci-dessous), elle lance un appel destiné à tous les habitués de la station.

 

Aujourd’hui le téléski fête ses 50 ans. ☃️🍾⛄

Partagez vos souvenirs et photos de ses 50 dernières années 🎉

Publiée par Station de ski des Bagenelles sur Dimanche 10 janvier 2021

 

« Ceux qui veulent mettre des photos, des commentaires ou des souvenirs, voila qui pourrait être sympa« , s’est dit Sophie. Les réactions démarrent tranquillement: une dizaine de commentaires et quelques photos en 24 heures, mais à chaque fois, de petites tranches de vie pleines de bons souvenirs. Des souvenirs évoquant l’histoire de cette station familiale, la plus petite des Vosges, paraît-il. De quoi mettre un peu de baume au cœur à tous les enfants du pays qui fréquentent habituellement la station, malheureusement inaccessible pour l’instant à cause de l’épidémie de Covid-19.

Le bon vieux temps

« De beaux moments en famille entre amis, mes premières descentes à ski » ou « la grande descente le soir, des souvenirs inoubliables » ou encore « le bon vieux temps« ,  peut-on lire dans les commentaires. Des noms reviennent d’un commentaire à l’autre: Jules Fréchard, Lucien Didierjean, François Lehmann. Des moniteurs de ski, explique Sophie Parmentier, qui exerçaient au tout début, quand la station a créé son premier téléski en 1971. Jules Fréchard a donné son nom à la piste verte. Il a aussi donné son nom à la Fête à Jules, un rendez-vous annuel où les skieurs se déguisent et font une retraite aux flambeaux, notamment.

 

Les skieurs déguisés à l’occasion de la « Fête à Jules » en 1999.

© Sophie Parmentier

« Moi, j’ai appris avec Lucien Didierjean », confie Sophie Parmentier. Elle avait alors 8 ans, c’était en 1985. Lucien, lui, va aujourd’hui sur ses 90 ans. « J’ai appris à skier sur ces pistes, à l’ancienne, il fallait monter en escalier, en canard, les conversions dans les pentes« , toute une époque…

Sophie Parmentier avec sa soeur au bas des pistes, en 1986.

Sophie Parmentier avec sa soeur au bas des pistes, en 1986.

© Sophie Parmentier

Une histoire de famille

Le père de Sophie Parmentier, Marcel Didierjean  (dont le père est le cousin de Lucien), était gérant de l’auberge La Graine Johé, auberge devant laquelle part le téléski qui porte le nom. Jusqu’au jour, en 2007, où il prend la gestion du téléski, propriété de la Communauté de communes du Val d’Argent. Un travail saisonnier qui l’occupe encore aujourd’hui, alors qu’il est à la retraite depuis 2 ans. « Mon père aime le contact avec les gens, il fait ça pour le plaisir », explique sa fille, Sophie. Enfin, qui pourrait l’occuper cet hiver, puisque la station est fermée jusqu’à nouvel ordre. « Mon mari et mon frère lui prêtent main forte de temps en temps aux perches », ajoute Sophie.

Marcel Didierjean, le gérant du téléski, ne se sépare jamais de son chat.

Marcel Didierjean, le gérant du téléski, ne se sépare jamais de son chat.

© Sophie Parmentier

Une station de proximité

Une station familiale dans tous les sens du terme. Ici, pas d’embouteillages au tire-fesse, le trafic est toujours fluide. On vient en famille. « On est là pour l’ambiance conviviale, la bonne neige » nous confiait une skieuse lors d’un reportage de France 3 Alsace en 2015 à la station des Bagenelles. Sainte-Marie-aux-Mines, petite commune du Haut-Rhin, de quelque 5.000 habitants, est à une demi-heure des pistes de ski. « On est attachés à cette station où tous les Sainte-Mariens se retrouvent, c’est très sympa« , ajoute une fidèle des Bagenelles.

Un anniversaire un peu spécial

« Ça aurait pu être une belle fête d’anniversaire » et « hâte d’y retourner » peut-on lire dans les commentaires. Un anniversaire particulier, en effet, que le coronavirus a un peu gâché. Les fidèles de la station ont malgré tout bon espoir de pouvoir dévaler à nouveau les pentes des Bagenelles avant ce printemps. 

 





Source France 3

Autres articles

Les restaurateurs haut-viennois sans assurance, dans tous les sens du terme !

adrien

Les campings de la côte atlantique restent globalement optimistes pour cet été

adrien

Avant l’arrivée des vacanciers dans les Alpes, les secouristes appellent à la prudence en montagne

adrien

le Conseil d’Etat rendra sa décision ce jeudi 10 décembre

adrien

un cocktail explosif et angoissant pour les affaires des tours opérateurs anglais en Haute-Savoie

adrien

Le village de Kruth se prépare à l’été

adrien