la tentation de la fête est grande dans les gîtes à louer



La petite fête clandestine, ça a le goût savoureux de l’interdit. Après quatre semaines de (re)confinement et une année de restrictions, la tentation va être grande, en mai et en juin, d’organiser des petites fêtes le week-end dans des gîtes loués pour l’occasion. Les plateformes veillent. 

On se souvient de la règle ? On peut inviter trente personnes au baptême ou à son mariage, enfants compris mais … pour le reste: la recommandation ou le bon usage, c’est six à table. 

Cette règle est à peu près connue de tous mais pas toujours bien respectée. La tentation est grande après des mois de frustration loin de ses amies ou de sa famille, de se retrouver tous ensemble dans une grande et belle maison au cadre idyllique. Et, il ne faut pas s’étonner, si des fêtes sont organisées, plus ou moins clandestinement, depuis des mois. Il y a eu des arrestations à Rouen l’hiver dernier dans un garage transformé en piste de dance ou ces derniers jours dans une maison bourgeoise du centre-ville de la capitale normande.

Le gîte : un cadre idéal

Mais la location des gîtes se multiplient. Il faut le dire, souvent, c’est un plan qui se déroule sans accroc : personne ne constatera le bruit et personne n’en saura rien. Mais parfois, ça vire au cauchemar, les gendarmes viennent arrêter tous les participants pour mise en danger de la vie d’autrui. 

Les fêtards écopent alors d’une amende de 135 euros en raison du non respect manifeste des restrictions sanitaires liées à la pandémie de coronavirus.

Airbnb dit traquer les « fêtards »

A y regarder de plus près, il y a de quoi craquer. Voici l’annonce pour un magnifique château romantique du 19ème siècle restoré, près de Trouville : 8 chambres et 13 lits, 5 salles de bain. En septembre 2020, une cliente laisse un message d’appréciation : « Nous sommes venus fêter mon anniversaire à 16 adultes et des enfants et tout le monde (…) a apprécié (…) le jacuzzi. « 

 

Que penser de ce type de « réunion » entre amis (donc issus de foyers divers)? Peut-être avaient-ils pris les précautions nécessaires, fait un test au préalable, etc. Le propriétaire n’aura pas manqué de leur rappler et de laisser sur place le matériel de désinfection. La plateforme Airbnb ne manque pas de le rappeler à ses « hôtes ». « Nous voulons être un bon partenaire pour le Gouvernement et avons récemment annoncé une série d’engagements forts pour soutenir la relance d’un tourisme durable. »

 

Après quelques histoires médiatiques, Airbnb est passé à l’action en octobre 2020 : « Près de 900 annonces en France ont été supprimées ou suspendues suite à l’interdiction des fêtes sur la plateforme », explique Maxence Lepinoy. Certaines de ces adresses avaient déjà été dénoncées ou montrées du doigt.

« Par ailleurs, on vise les moins de 25 ans qui sont statistiquement les plus « à risque », les plus fêtards. Aujourd’hui tout nouveau loueur de moins de 25 ans qui n’a pas au moins 3 avis positif de moins de 6 mois est bloqué au moment de passer à la réservation. », poursuit-il.

300 000 demandes ont déjà été refoulées depuis octobre 2020. Bien sûr, toutes n’étaient pas pour frauder mais dans le doute, le système informatique est réglé sur ces paramètres.

Maxence Lepinoy, porte-parole AirBnb France

 

Des alarmes pour décibels chez les propriétaires

Tout un arsenal a été prévu pour aider les propriétaires à faire respecter l’ordre chez eux, en leur absence. Le locataire n’est pas toujours aussi « seul » qu’il le croît.

« Nous vendons à nos hôtes des alarmes à décibels. Elles fonctionnent sur le même principe que l’alarme incendie et prévient le propriétaire si du bruit important et anormal est détecté dans le logement. C’est très efficace. Celui-ci peut aussi se faire aider 24/24 par un service en ligne qui l’accompagnera s’il doit faire face à des loueurs indélicats, appeler les forces de l’ordre, etc. On l’a écrit sur le site : les fêtes sont interdites et les loueurs sont plus qu’invités à le faire respecter. » 

Toutefois, les annonces pour logements de 16 personnes sont encore en vigueur sur le site, en toute légalité. Un appel au regroupement? « La jauge maximum  de 16 personnes maximum, par location, a été retenue depuis août 2020. C’est donc normal de trouver ces annonces autorisées « 

 

Devant cet ensemble de pare-feux mis en place par la célèbre plate forme internationale, Gites de France semble un peu plus désarmé. « Nous avonc une jauge maximum de 10 personnes par logement et c’est contractuel. C’est écrit noir sur blanc et signé par toutes les parties. Ce document servira aux propriétaires pour rappeler les règles aux locataires qui voudraient y déroger », explique la personne qui prend les appels pour les gîtes à louer dans l’Orne.

Dans ce département normand, un beau corps de ferme restauré est à louer dans le Perche. Une grande maison intégrée dans une propriété de 70 hectare, avec jacuzzi dehors. Cinq chambres peuvent accueillir les visiteurs. « Environnement très calme, trés bien pour se retrouver entre amis. Maison bien chauffée et une bonne confiture maison offerte », précise un commentaire pour un séjour entre amis, mi-mars. 

La représentante de Gîte de France explique qu’il y a peu de risque de débordements. « Les propriétaires habitent sur place et peuvent réagir de suite si le nombre de voitures sur le parking augmente anormalement. C’est notre grande force, la plupart des locations sont près de l’habitation principale. »

Mais c’est vrai que c’est déjà arrivé au moins une fois ces derniers mois. Des propriétaires à deux doigts d’appeler les gendarmes pour déloger des locataires qui commençaient à se rassembler bien au-delà du nombre. On sent bien que les gens respectent moins bien qu’avant les consignes.

Représentante Gîtes de France, Orne

Le Calvados très prisé en mai

Dans un autre gîte de Suisse-Normande, on se lamente de voir la salle de mariage à l’abandon pour la deuxième année consécutive. « Une catastrophe. Tout à été annulé en deux mois. Il ne me reste qu’ un seul mariage à 50% de la capacité, soit 75 personnes, pour le 19 mai. On attend les consignes, si c’est impossible, ils annuleront eux aussi. »

Cette professionnellle du tourisme rural ne veut pas se plaindre, elle s’en sort pas si mal car le domaine est « payé », comparé à d’autres qui se sont lancés récemment.

Heureusement, il lui reste ses petites maisons, véritables gîtes, qui servent d’habitude aux amis et familles des mariés. 

« Ils sont réservés pour tous les week-end de mai Beaucoup de parisiens nous appellent.« Une bonne nouvelle pour les affaires. « Je sais que j’aurai, samedi et dimanche, au moins 12 personnes de la même famille. Des gens qui se retrouvent après le confinement, certainement. C’est légal, je leur dirai de bien porter le masque et de respecter un mètre de distance. » C’est donc de la responsabilité de chacun, les gestes barrières sont toujours de rigueur et restent un bon moyen de lutte contre le coravirus.

 

Airbnb confirme le succès de la Normandie pour ces prochains week-end : « dans les 4 jours qui ont suivi les annonces, les recherches effectuées sur la plateforme Airbnb pour des séjours en France ont augmenté de plus de 25 %. Cette tendance positive suggère que les Français se projettent et se préparent à passer l’été auprès de leur famille et de leurs amis. Surtout, nos données montrent que la majorité des voyageurs français cherchent à planifier leurs séjours pour les mois de mai et de juillet.  40 % des recherches de séjours en mai concernent des destinations rurales. »

Parmi les destinations les plus populaires recherchées par les voyageurs  Airbnb, en mai, on retrouve : le Calvados en tête, suivi du Var, de La Charente-Maritime, du Vaucluse. La Seine-Maritime arrive en septième position. 

 





Source France 3

Autres articles

à la découverte des villages nichés au creux des vallées

adrien

Sur l’île d’Aix, le port du masque pourrait devenir obligatoire pour éviter la fermeture des commerces

adrien

Nos coups de cœur à faire avec vos enfants en région Centre-Val de Loire

adrien

le fort de Tournoux retenu par la mission Bern

adrien

à la Chaussée des Moines, ces chênes et marronniers qu’on doit abattre

adrien

La plage de Saint-Martin-d’Ardèche pourrait disparaître au profit de la biodiversité de la rivière

adrien