l’Ardèche n’est pas en zone rouge, alors que la fréquentation touristique a explosé cet été



Même si le taux de propagation du virus augmente régulièrement en Ardèche, et notamment chez les jeunes, les 20-30 ans, la situation sanitaire reste assez stable. Quelles sont les raisons qui expliqueraient « ces bons chiffres »?

La situation sanitaire en Ardèche reste stable pour le moment même si les chiffres liés à la propagation du virus augmentent régulièrement. Selon le dernier point Covid transmis par la Préfecture de l’Ardèche le 25 septembre 2020, l’incidence pour 100.000 habitants était de 36 en Ardèche contre 107 pour Auvergne-Rhône-Alpes.

Pour le moment, seuls trois départements en Auvergne-Rhône-Alpes n’ont pas atteint le seuil d’alerte, le Cantal, la Haute-Savoie et l’Ardèche.

Le préfet de l’Ardèche Françoise Souliman revient sur les nombreux arrêtés préfectoraux qu’elle a pris depuis la fin du confinement obligeant le port du masque cet été sur les marchés, dans les fêtes votives et les rassemblements de personnes.

Depuis le 11 septembre, ces mesures se sont encore durcies demandant aux scolaires de respecter le port du masque aux abords des établissements scolaires. Elle rajoute  » Nous avons pris des restrictions sanitaires assez tôt sachant que beaucoup de gens allaient circuler en juillet et en août dans le département… On a eu une politique de gestes barrières beaucoup plus offensive que dans d’autres départements ».

Un tourisme sous haute surveillance

Cet été, le département de l’Ardèche a fait partie des dix départements les plus prisés par les Français en matière de tourisme.

Une hausse de 6% de la fréquentation à l’échelle du département a été calculée. Il était évident que cet afflux massif de touristes durant l’été allait être dans la ligne de mire des autorités sanitaires qui craignaient le pire. Mais la situation est restée stable. Il n’y a pas eu de cluster hormis récemment celui du commissariat de Guilherand-Grangestouchant 11 policiers ardéchois.

 

Gil Breysse, directeur de l’Agence de Développement Touristique d’Ardèche (ADT) revient sur cet été. Il explique que les grands espaces et les sports de plein air n’ont pas été un facteur de propagation du virus. Et rajoute aussi que « C’est un respect à la lettre du protocole sanitaire par les professionnels du tourisme qui savaient bien que si ça se passait mal, si cluster il y avait, alors que la notoriété de l’Ardèche était bonne, les destinations rurales étaient des destinations secure, refuge, çà se passerait mal et que le territoire allait se vider ».


Un hôpital toujours en alerte

Un seul patient infecté Covid est actuellement hospitalisé au Centre Hospitalier d’Aubenas-Vals-les-Bains. Aucun patient n’est en réanimation et aucune unité Covid n’est mise en place. Même si l’activité des Urgences a été soutenue cet été, elle n’a pas entraîné un afflux de personnes contaminées par le virus.

Joseph Haddad, Président de la commission médicale de l’hôpital, précise néanmoins que l’hôpital reste en vigilance permanente: « Nous avons une cellule de crise. On sait aujourd’hui si il y a un afflux de patients Covid comment gérer cela. On a eu jusqu’à 4 unités Covid, avec 49 malades. Il suffit de la réactivité immédiate des services… tout un planning de gestion est établi ».

Même si l’Ardèche paraît épargnée comparé à d’autres départements, il n’en reste pas moins que la situation reste fragile et peut basculer très rapidement au niveau d’un seuil d’alerte. Tous les intervenants rencontrés ce jour s’accordent à penser que cette situation « favorable » reste très relative. 

 



Source France 3

Autres articles

Nos coups de cœur à faire avec vos enfants en région Centre-Val de Loire

adrien

les vacances de la Toussaint à Vallon-Pont-d’Arc en Ardèche s’annoncent positives

adrien

La Bretagne vue de chez moi, balades immobiles, épisode 10

adrien

Ma région vue du ciel – Les Sables-d’Olonne et les Alpes Mancelles

adrien

Coronavirus : le département de l’Ardèche soutient l’idée d’un chèque tourisme pour cet été, une démarche solidaire

adrien

Plages dynamiques : bilan positif au Pays Basque

adrien