le choix des vacanciers donne un premier bilan très contrasté


La saison est sauvée ! C’est le constat d’une majorité de professionnels du tourisme dans les Landes. Après un printemps nul, un mois de juillet en retard, la seconde partie de l’été affiche complet. Le déficit de la clientèle étrangère est comblé par les vacanciers français en quête de calme.

Le constat est inattendu mais s’il est encore trop tôt pour tirer un bilan définitif. Mais les grandes tendances de cet été 2020 si particulier se dessinent dans les Landes. Dans un département où l’activité touristique génère plus d’un milliard d’euros et près de 9 000 emplois permanents, la grande angoisse était une saison blanche. 

Au départ, nous étions inquiets pour l’hôtellerie traditionnelle, mais c’est l’hôtellerie de plein air qui rencontre des difficultés.

Sandy Causse, Directrice du Comité Départemental du Tourisme Landes

Après un printemps gâché et la perte d’environ 80 % du chiffre d’affaires des professionnels du secteur, les premiers chiffres de la haute saison sont plutôt encourageants. Pour Sandy Causse, directrice du Comité Départemental du Tourisme : « Nous n’avons pour le moment qu’une vision sur le mois de juillet. C’est une saison correcte globalement, mais très contrastée. Le littoral sort son épingle du jeu, c’est beaucoup plus compliqué à l’intérieur des terres. Au départ, nous étions inquiets pour l’hôtellerie traditionnelle, mais c’est l’hôtellerie de plein air qui rencontre des difficultés. Quant aux meublés, il y a un véritable engouement cette année. »

Retour de plage à Vieux Boucau quand l'orage s'apprête à gronder

Retour de plage à Vieux Boucau quand l’orage s’apprête à gronder

© Clement Alet

Un mois du juillet difficile pour les campings

Premier mode d’hébergement touristique dans les Landes, les campings (64 % de l’hébergement marchand) payent les conséquences de la COVID 19. D’après les retours de juillet, 73 % estiment une baisse de fréquentation pour ce début de période. Sandy Causse analyse ce chiffre en liaison avec la situation sanitaire même si toutes les mesures de protection sont prises : « Ce qui fait l’atout des campings, c’est la convivialité, le vivre ensemble et les animations. Avec la COVID, il y a la peur de se croiser. Il y a malgré tout du monde dans les campings, mais moins que d’habitude. Il faut attendre la fin du mois d’août pour tirer le bilan définitif ». 

Tous ne participent pas aux animations. C’est l’esprit camping donc il est parfois difficile de faire appliquer le port du masque, mais on y arrive ! 

Magali Tonneau, Directrice du camping Capfun Lila

Après une première quinzaine de juillet mitigée, pour Magali Tonneau, Directrice du camping 4 étoiles Capfun Lila à Linxe, la tendance est positive : « L’année blanche n’a pas eu lieu. On ne savait pas où on allait début juillet, mais les vacanciers ont réservé le plus tard possible dans la saison. Nous faisons le plein jusqu’à la fin du mois d’août. Nous retrouvons notre clientèle de fidèles, mais aussi de nouveaux vacanciers français. Tous ne participent pas aux animations. C’est l’esprit camping donc il est parfois difficile de faire appliquer le port du masque, mais on y arrive ! »

Les gîtes et les chambres d’hôtes affichent complet

Avec une météo au beau fixe tout l’été, il suffit de se balader dans les stations balnéaires landaises pour observer que les touristes sont au rendez-vous. Une tendance qui se confirme dans les commerces et sur la location de meublés qui fait le plein. Dès l’ouverture de la circulation dans la zone des 100 kilomètres, le réflexe des vacanciers s’est porté vers ce type d’hébergement. Un quart des réservations est à la hausse par rapport à l’an dernier.

Les chambres d’hôtes et les gîtes sont vraiment les produits plébiscités pour leur caractère indépendant et isolé. Un boom qui s’accompagne de la satisfaction du regain de la clientèle française et plus jeune qui change d’idée sur ce mode d’hébergement.

Philippe Latry, Directeur de Gîtes de France

Cette orientation se confirme chez le label Gîtes de France. Pas la peine de chercher une chambre d’hôtes ou un gîte dans le département pour cette fin du mois d’août ! Il n’y a rien de disponible ! Un taux d’occupation de 100 % après un mois de juillet déjà exceptionnel où l’activité avait bondi jusqu’à 10 points de plus par rapport à l’an dernier. La consultation de site internet du label a augmenté de 40 %. 
Philippe Latry, le Directeur des Gîtes de France dans les Landes ne cache pas sa satisfaction : « Dès le déconfinement, nous avons observé un frémissement dans les réservations. Les chambres d’hôtes et les gîtes sont vraiment les produits plébiscités pour leur caractère indépendant et isolé. Un boom qui s’accompagne de la satisfaction du regain de la clientèle française et plus jeune qui change d’idée sur ce mode d’hébergement. »

Malgré cette embellie, le chiffre d’affaires de Gîtes de France est en recul pour la première fois depuis 20 ans avec une perte de 7 % du volume d’affaire perdu au printemps, mais aussi avec la perte d’activité liée au thermalisme. 

L’activité du thermalisme au ralenti freine le tourisme vert

Près de 76 000 curistes sont accueillis chaque année dans le premier département thermal de France. Avec une reprise partielle de l’activité observée seulement depuis le début du mois de juillet dans les cinq stations thermales, c’est toute l’activité touristique de l’intérieur des terres qui marque le pas.
À cela s’ajoute l’annulation des grands rassemblements populaires des Férias de Dax et Mont-de-Marsan ainsi que l’annulation des rendez-vous culturels comme Le Festival Flamenco et Musicalarue à Luxey.
L’office du tourisme de Mont-de-Marsan estime une baisse de 46% de la fréquentation de la préfecture landaise avec seulement 8% de visiteurs étrangers contre 13% en 2019 à la même période. L’annulation des animations phares du printemps et de l’été a fait chuter les promeneurs originaires de la région.

Les inquiétudes pour l’arrière saison

Dans le contexte de reprise annoncée de la circulation de la COVID 19,  ce sont maintenant les perspectives de l’arrière-saison, habituellement très appréciée par les personnes âgées et les étrangers, qui inquiète les professionnels landais. Pour Philippe Latry : « Le discours ambiant de reprise du virus nous plonge dans beaucoup d’interrogations. Notre clientèle en septembre est principalement des primo-séniors, une catégorie de public dite plus sensible. Les projections sont à la baisse. Ce sera de la réservation de dernière minute ».

La page Facebook des gîtes de France dans les Landes met en lumière les locations saisonnières proposées. Il faut séduire la clientèle des semaines à venir > 

 



Source France 3

Autres articles

Déconfinement : la double peine des propriétaires de mobil-home

adrien

le tourisme de mémoire normand frappé de plein fouet par la crise

adrien

un chassé-croisé sous le signe de la chaleur entre juilletistes et aoûtiens en Occitanie

adrien

Coronavirus : une société catalane met au point une machine à désinfecter le sable par traitement d’eau et d’ozone

adrien

Coronavirus : une soixantaine de seniors bloqués au Nord de l’Afrique depuis 50 jours

adrien

Premier pont déconfiné sous le soleil en Limousin

adrien