Le chorégraphe international Hervé Koubi en résidence à Calais


Ce n’est pas un inconnu sur la Côte d’Opale. Depuis une dizaine d’années déjà, le chorégraphe Hervé Koubi travaille sur le territoire, mais en mars dernier, à l’invitation de la mairie, il s’est installé de façon plus perenne à Calais, le temps d’une résidence de 3 ans.

Dans la salle du BCMO (bureau central de la main d’oeuvre) de Calais, les danseurs de la compagnie Hervé Koubi répètent masqués leur répertoire, sous les yeux du chorégraphe. 

Il y a quelques années, c’est ici que les dockers venaient chercher du travail, c’est ici aussi que venaient se réfugier les exilés. Aujourd’hui, la ville de Calais veut en faire un lieu de danse et de création chorégraphique. Et c’est au chorégraphe cannois Hervé Koubi qu’a été confiée cette mission pendant au moins 3 ans.

L’ancienne salle du BCMO reconvertie en espace chorégraphique

© M. Mohammad/FTV

Hervé Koubi a déjà travaillé sur le territoire depuis près de quinze ans, en proposant des spectacles qui ont tourné dans le monde entier, en animant des ateliers dans les écoles et il est tombé sous le charme de la région.

« Je suis très heureux, dit-il enthousiaste, d’aller plus loin dans la complicité qui nous unit à Calais, au Calaisis et à la Côte d’Opale plus généralement. »

 

« Rassembler avec la danse »

« Mon propos depuis 20 ans, déclare Hervé Koubi, c’est de danser ensemble. Ça parait très banal dit comme ça, mais danser ensemble, ce n’est pas forcément danser à l’unisson, avec tout le monde qui fait le même mouvement. »

« Dans ma compagnie, j’ai des danseurs qui ont des identités très différentes, des influences différentes, beaucoup viennent de l’étranger, du bassin méditerranéen. J’envisage mon art comme un moyen de rassembler au-delà des barrières des langues, des appartenances culturelles. » 

Et effectivement depuis 20 ans, Hervé Koubi a créé un langage chorégraphique singulier, un métissage culturel qui prend tout son sens à Calais. 

« Dans cette ville qui est un lieu de passage, où se posent des questions brûlantes d’actualité, je pense que nous, artistes, nous avons un rôle à jouer ! »

L’homme ne croit pas si bien dire : alors que ses danseurs évoluent dans la salle du BCMO, quelques jeunes exilés regardent admiratifs depuis l’extérieur le travail des artistes.

Les danseurs d’Hervé Koubi en dentelles de Calais sur la plage

Un travail ancré sur la Côte d’Opale

S’inscrire dans le territoire à travers de multiples projets pour le faire rayonner à travers le monde, telle est l’ambition d’Hervé Koubi. Les grands espaces de notre littoral , la dentelle de Calais ou les chevaux Boulonnais seront autant de sources d’inspiration. Avec Hervé Koubi, Calais ne pouvait trouver meilleur ambassadeur !

 





Source France 3

Autres articles

Cet été à Rouen, la traditionnelle « Cathédrale de lumière » continue d’émerveiller le public

adrien

Vacances d’été : comment le Pays basque s’adapte pour devenir une destination de choix

adrien

« les curistes nous manquent », Vals-les-Bains a des airs de ville morte

adrien

la circulation du virus augmente, le point dans les Pays de la Loire

adrien

L’arrivée d’un navire de croisière sur l’île de Ré suscite une levée de boucliers

adrien

cet « ascenseur urbain » va relier les stations d’altitude à la vallée

adrien