Image default

le défi des professionnels vers un « tourisme plus qualitatif »



Jean Castex a prôné samedi « un tourisme plus qualitatif », en présentant un plan de relance doté d’1,9 milliard d’euros, vers plus de valeur ajoutée, de valorisation de notre patrimoine, tout en assumant une transition numérique et écologique. En Aquitaine, on entend cette incitation.

La crise sanitaire est passée par là. Les professionnels de l’hôtellerie ont vécu différemment les fermetures, réouvertures et différentes injontions sanitaires qui ont rythmé leur activité depuis plus d’un an. Aujourd’hui, ils doivent pouvoir se projeter vers un futur plus radieux. Mais il va falloir s’améliorer pour reconquérir la clientèle touristique.

C’est pourquoi ce plan d’incitation du premier ministre n’est pas sans susciter quelques interrogations.

750 millions d’euros seront alloués à la modernisation des petits hôtels. C’est l’une des trois mesures du plan Destination France annoncé hier par Jean Castex. Un coup de pouce salutaire qui ne règle pourtant pas complètement la crise du secteur. Comme à Bordeaux, dans cet hôtel du centre-ville qui a choisi notamment d’assumer sa transition écologique.

Regardez le reportage de Julie Chapman et Sylvie Tuscq-Mounet.



durée de la vidéo : 01min 31

Gironde : le défi des professionnels vers un « tourisme plus qualitatif »

Le plan « Destination France »

« La crise nous l’a dit encore plus qu’avant : il nous faut proposer un tourisme plus qualitatif« , a lancé le chef du gouvernement lors d’un déplacement au château du Clos Lucé, à Amboise (Indre-et-Loire), où Léonard de Vinci a vécu les dernières années de sa vie.

« Il faut être en mesure de proposer des expériences avec davantage de valeur ajoutée, ce qui suppose non seulement de mieux valoriser notre patrimoine dans son ensemble, mais aussi de développer davantage de synergies entre les différentes formes de tourisme et donc, entre les différents métiers« , a poursuivi M. Castex.

    

Selon lui, la pandémie a « cristallisé, peut-être même accéléré un certain nombrede tendances de fond »: « la transition écologique » – avec « les aspirations à un tourisme responsable de plus en plus fortes » de la part de la clientèle – et « la

transition numérique qui n’a pas attendu la crise sanitaire pour s’exprimer, mais qui est à la fois l’une des principales clés d’amélioration de l’expérience des clients ». 


Le plan « Destination France », qui a fait l’objet d’une consultation avec les professionnels du secteur et les collectivités, sera doté d’une enveloppe de 1,9 milliard d’euros constitué en majorité de prêts, a indiqué le Premier ministre. Avec pour objectif: faire de la France la première destination de tourisme durable d’ici 2030.

Plan destination France


Formations et prêts tourisme

Outre la montée en gamme de l’offre, la plan compte améliorer la formation et l’attractivité des métiers du secteur, notamment en structurant un « réseau d’excellence » de formations spécialisées dans le tourisme et en organisant des campagnes de communication.

Dans le détail, 750 millions d’euros prendront la forme de prêts tourisme, un outil de la banque publique Bpifrance, dédié aux PME et TPE du secteur touristique qui ont besoin d’investir pour se moderniser.

    

Le gouvernement va également proposer 500 millions d’euros de prêt relance tourisme, des prêts de longue durée de la Banque des territoires, destinés à accompagner des investissements importants d’entreprises ou de collectivités. Ce dispositif, qui existait déjà, a été revu car il n’était pas utilisé jusqu’à présent en raison de difficultés techniques.

Environ 650 millions d’euros prendront la forme de nouveaux crédits, avec pêle-mêle: des aides pour que les plus démunis partent en vacances; d’autres pour faire revenir les exposants dans les salons et foires; ou encore, des aides pour développer un tourisme responsable.    

Poursuivre votre lecture sur ces sujets





Source France 3

Autres articles

Indre-et-Loire : à Amboise, la levée de la règle des 100 kilomètres redonne espoir au secteur du tourisme

adrien

Montpellier : en plein déconfinement, le blues des discothèques

adrien

Malgré le coronavirus, les parcs animaliers et d’attractions d’Auvergne-Rhône-Alpes préparent la saison d’été

adrien

Drachenbronn tutoie la cime des arbres

adrien

les discothèques ont rouvert avec pass sanitaire obligatoire

adrien

dans les Pyrénées-orientales, les professionnels enregistrent des records de réservation

adrien