Image default

« L’Enduropale du Touquet paraissait si près, c’est devenu si loin », les conséquences sportives et financières du report de l’épreuve



Initialement prévue fin janvier, la mythique course de motos sur sable du Touquet est reportée fin février en raison du Covid-19. Un coût financier supplémentaire pour les pilotes, des programmes d’entraînement annulés, et la crainte d’une annulation définitive.

Après l’annulation de l’épreuve en 2021, la crise sanitaire joue à nouveau les trouble-fête. L’Euduropale du Touquet 2022, qui devait se tenir fin janvier, a été reporté d’un mois. Cette 46e édition devrait se tenir du 25 au 27 février. Si la situation épidémique le permet…

« L’Enduro paraissait si près, il est devenu si loin », souffle le Dunkerquois Milko Potisek, double champion en titre. Un report d’un mois qui n’est pas sans conséquence, d’un point de vue économique mais aussi sportif.

Côté financier, le nerf de la guerre dans une discipline très coûteuse, ce report signifie davantage de frais déboursés par les pilotes. « Un mois d’entraînement en plus, c’est un coût supplémentaire qui peut aller de 1.000 euros jusqu’à 10.000 euros pour certains pilotes », explique Arnaud Demeester, recordman de victoires sur l’épreuve, aujourd’hui consultant pour France 3 Hauts-de-France.

Côté sportif, ce décalage de quatre semaines bouleverse les programmes d’entraînement des pilotes. « Tout était fait pour avoir un pic de forme au Touquet, raconte le Dunkerquois Milko Potisek, double champion en titre. Là, il faut revoir le planning et tout réagencer. »

Le pilote nordiste a débuté son championnat au mois de septembre dernier et s’alignera dimanche prochain sur la 5e épreuve à Grayan, dans le sud de la France. Mais il tient à le rappeler : « mon but ultime : c’est l’Enduropale ». Au total, près de 1.800 pilotes participent habituellement à l’ensemble des courses.

Ce report va-t-il dissuader certains participants, notamment chez les amateurs, de participer à l’épreuve ? « C’est possible, répond Arnaud Demeester. Ça peut en freiner certains. » L’organisation a tenu a rassurer ceux qui ne pourraient pas être disponible à ces nouvelles dates : « vous pouvez vous faire rembourser à 100% jusqu’au 26 janvier 23h59 sur la plateforme Engage sport. »

Ce report est celui de la dernière chance, au vu des horaires de marées et des événements sportifs déjà inscrits dans le calendrier. « Personnellement, j’entame la saison de moto-cross une semaine après l’Enduropale », signale Milko Potisek. Tout cela pris en compte, il semble donc impossible de décaler à nouveau l’épreuve.

La crainte ultime qui plane chez l’ensemble des acteurs de cet événement, c’est l’annulation pure et simple. « L’Enduropale est une fête sportive et populaire, rappelle Philippe Flament, coordinateur de la course. Il faut tout faire pour maintenir cette manifestation qui a un impact économique sur la station. » Milko Potisek d’ajouter : « la seule chose qui me fait peur, c’est de m’entraîner un mois de plus et que ce soit annulé. »

« Si c’est le cas, ça sera compliqué à organiser l’année prochaine », avance Arnaud Demeester. En effet, le manque à gagner serait tellement important chez les partenaires, sponsors, concessionnaires et pilotes, qu’il pourrait en dissuader certains de poursuivre.

L’événement brasse environ 350.000 personnes. Ce qui en fait, avec la braderie de Lille et le carnaval de Dunkerque, un des rendez-vous incontournables de la région. Depuis sa création, il y a 46 ans, l’Enduropale n’a été annulé que deux fois, à cause de la guerre du Golfe, en 1991, en de la pandémie de Covid-19, en 2021.





Source France 3

Autres articles

A la découverte du métier de garde forestier dans le massif de l’Estérel

adrien

plusieurs incendies en cours dans le secteur de Bizanet, les pompiers appellent à la vigilance

adrien

En Charente-Maritime, dancings et boîtes de nuit reprennent vie… non sans mal

adrien

Des visites spirituelles avec un smartphone à la prieurale de Souvigny

adrien

mauvaise série ou nouvelle tendance ?

adrien

des unités mobiles pour détecter la Covid-19 sur le littoral

adrien