Image default
Tourisme

l’équipe de France de ski alpin reprend le chemin de l’entraînement aux Deux-Alpes


Les skieurs de l’équipe de France avaient rendez-vous sur le glacier des Deux-Alpes, ce vendredi. Tessa Worley, Clément Noël ou encore Julien Lizeroux : tous se préparent à une saison incertaine.

Retourner à l’entraînement et retrouver les mouvements dans des conditions un peu inhabituelles. Après trois mois de pause, l’équipe de France de ski alpin renoue avec l’or blanc sur le glacier des Deux-Alpes (Isère), à 3 200 mètres d’altitude. L’entraînement a d’abord repris en ordre dispersé à Val-d’Isère, le 6 juin, et maintenant dans la station de l’Oisans, traditionnel camp de base du ski français en juin.

« Le travail, il faut le reprendre maintenant. On travaille tout ce qui est équilibration dans toutes les disciplines que les filles pratiquent, on travaille aussi sur le matériel, on a tout un tas de choses à faire », explique Lionel Pellicier, responsable du groupe technique femmes de la Coupe du monde. Et les championnes étaient impatientes de chausser à nouveau…

Julien Lizeroux et Tessa Worley à l'échauffement aux Deux-Alpes.

Julien Lizeroux et Tessa Worley à l’échauffement aux Deux-Alpes.

© Grégory Lespinasse / France 3 Alpes

« Trois mois sans ski, ça fait long par rapport à d’habitude, note la skieuse de l’équipe de France Coralie Frasse Sombet. C’est toujours un plaisir de venir aux Deux-Alpes, surtout qu’il y a des conditions de neige qui sont vraiment top cette année. Et là, le soleil est avec nous par rapport à la semaine dernière donc ça fait plaisir.

Après un hiver marqué par une opération du genou, Tessa Worley est maintenant prête à mener les filles de l’équipe de France en 2021. Une saison où les championnats du monde de février en Italie s’écrivent pour l’heure en pointillés. « On n’a pas de pouvoir là-dessus, je pense qu’il faut réussir à être très détendus par rapport à ça, faire son maximum sur les entraînements (…) voir ce que nous réserve l’avenir et être prêts au moment où il faut donner le maximum », estime-t-elle.

Tessa Worley lors d'un entraînement de Super-G aux Deux-Alpes.

Tessa Worley lors d’un entraînement de Super-G aux Deux-Alpes.

© Grégory Lespinasse / France 3 Alpes

 

« Légère frustration »

Lui aussi aura le statut de leader : Clément Noël, le funambule des piquets, espère porter les Bleus vers les sommets, en essayant d’oublier un calendrier incertain. « C’est compliqué pour tout le monde parce que la coupure a été complètement différente de d’habitude. On n’a pas l’impression d’avoir vraiment terminé la saison pour repartir sur une nouvelle. Tout s’est un peu mélangé », estime le Vosgien.

Classé 2e en fin de saison dernière, Clément Noël se dit « pas du tout déçu » de sa performance. « Pour moi, ce n’est pas un échec d’avoir fait 2e, on n’a juste pas pu batailler donc c’est surtout une légère frustration de ne pas avoir eu ces courses finales avec le Globe dans un coin de la tête », ajoute le champion.

Les Bleus retrouvent la neige aux Deux-Alpes après trois mois de coupure.

Les Bleus retrouvent la neige aux Deux-Alpes après trois mois de coupure.

© Grégory Lespinasse / France 3 Alpes

Et dans cet océan d’incertitudes, quelques repères malgré tout. Des visages habituels au moral indéfectible, comme celui du Savoyard Julien Lizeroux. « J’ai fait un mois de janvier où je me suis vraiment éclaté et ça m’a donné envie de repartir pour une saison, annonce-t-il. Après, ça fait 7 ans que je dis que je repars pour une saison mais avec cette fin de saison prématurée, j’ai eu le temps de réfléchir et j’avais encore envie d’en profiter. »

Les différentes équipes de France vont se succéder sur le glacier des Deux-Alpes jusqu’à la mi-juillet. Puis viendra le temps de la préparation physique. Et quant à leur habituel camp de base en Amérique du Sud, la crise sanitaire incite pour l’instant à la prudence.

Depuis le début des années 2000, l’équipe de France de ski organise ainsi ses stages de préparation estivaux dans l’hémisphère Sud. Les skieurs de l’élite profitent de l’hiver austral à Ushuaia, en Terre de Feu, ou au Chili pour le ski de vitesse. Et ils y croisent souvent d’autres équipes européennes.

 


© Grégory Lespinasse / France 3 Alpes

 



Source France 3

Related posts

Tourisme patrimonial et jardins en Touraine : une réouverture compliquée avec les gestes barrières

adrien

le Mont Gargan et le lac de Vassivière

adrien

la célèbre place Ducale devient piétonne le temps d’un été, et ça change tout !

adrien