Image default
Tourisme

les balades de Martine Rio à La Gacilly


La Bretagne regorge de trésors, de sites à découvrir et qui mieux que ceux qui y vivent toute l’année pourrait vous servir de guide ? Ainsi à La Gacilly, Martine Rio est devenue greeter. Bénévolement, elle accompagne les visiteurs pour leur faire découvrir sa petite cité.

 

Située dans la vallée de l’Aff, rivière qui prend sa source en forêt de Brocéliande, à mi-chemin entre Rennes et Vannes, La Gacilly est une petite cité aux multiples attraits. Connue aussi grâce à la réussite d’un enfant du pays : Yves Rocher, c’est là que le créateur de la célèbre marque de cosmétique a installé ses premiers sites de production. Puis, au fil des ans, un jardin botanique, un Eco-Hôtel Spa écologique et un musée, la Maison Yves Rocher, inauguré fin 2017. 


La Gacilly, c’est aussi une pléiade d’artisans d’art, ainsi qu’un festival de la photo qui, chaque été, transforme la cité en musée à ciel ouvert. Autant d’invitations à flâner au gré des rues, ruelles et venelles colorées… Greeter depuis 10 ans, c’est à dire guide bénévole pour le compte de l’office du tourisme et originaire du pays, c’est ce La Gacilly que Martine Rio aime faire découvrir aux visiteurs de passage. 

 

La rue Saint-Vincent et ses artisans d’art

Au n° 20 de la rue Saint-Vincent : Le Boudoir

Au n° 20 de la rue Saint-Vincent : Le Boudoir

© Martine Rio

 

« C’est par cette rue que je commence mon circuit. C’est un endroit que j’aime bien avec ses maisons anciennes et ses artisans. C’est là aussi que se trouve la maison natale Yves Rocher, juste à l’angle, au début de la rue. Et puis, il y a plein de petites choses à découvrir qu’on ne voit pas forcément si on ne vous les montre pas. Un cadran solaire, une vigne qui traverse la route, mais en hauteur, parce qu’habituellement, cette rue est ouverte aux voitures. » 


Venelle des fours

Ça grimpe à La Gacilly.

Ça grimpe à La Gacilly.

© Martine Rio

 

« C’est une petite ruelle qui part de la rue Saint-Vincent. Avec aussi des artisans. Elle est un peu atypique grâce à son escalier avec des marches d’un côté, et sans marche de l’autre. En haut, il y a le quartier de la bergerie. On pouvait ainsi remonter  la ruelle avec une brouette. »


La rue Lafayette et ses escaliers en espalier

L'ancienne rue principale.

L’ancienne rue principale.

© Martine Rio

 

« Cette rue mène vers la partie où se trouve l’ancien village. À l’époque, il n’y avait pas d’escaliers, et c’était une des rues principales de La Gacilly. On peut y découvrir  plusieurs ateliers d’artisans. »


La Gacilly et ses venelles fleuries

La Gacilly, village fleuri.

La Gacilly, village fleuri.

© Martine Rio

 

« Quand on ne connaît pas, on n’ose pas y aller. On pense que c’est privé. »

 

" D’en haut, la vue est belle à La Gacilly." 

 » D’en haut, la vue est belle à La Gacilly. » 

© Martine Rio

« Moi, j’aime bien faire découvrir ces petits passages joliment embellis par ses habitants » .


La passerelle qui traverse l’Aff

 

« On est au bas de La Gacilly. Cette passerelle mène au moulin qui est devenu le musée Yves Rocher. Mais ici, on l’appelle toujours le moulin. » 

 

Le passage des libellules


© Martine Rio

 

« Derrière la passerelle, il y a ce qu’on appelle le Chemin des libellules où beaucoup de photos sont exposées pendant le festival. C’est un endroit très vert, un peu marécageux, et de ce chemin, on peut emprunter une venelle qui permet de retourner au centre-ville. Souvent, les gens n’osent pas, parce qu’il y fait sombre parfois, et on se demande où on va atterrir. Mais la surprise est belle quand on arrive en haut du village. »

Ainsi, « la boucle est bouclée », conclut Martine Rio. En attendant de nouveaux visiteurs. 

 

 



Source France 3

Related posts

Tourisme en Limousin : une lueur d’espoir dans un brouillard d’incertitudes

adrien

15 lieux accessibles aux personnes à mobilité réduite en Franche-Comté

adrien

face à la règlementation anti-cluster de plus en plus sévère, les mairies annulent les fêtes votives

adrien