“Les gens ont envie de glisse”, comment faire de la luge cet hiver en toute sécurité ?



Privés de remontées mécaniques, les amoureux de la neige se rabattent sur le nordique et les joies de la luge. Une pratique qui a fait un mort dans le Haut-Rhin. La luge, un plaisir qui mal négocié ou préparé peut s’avérer dangereux. Voici quelques conseils. 

Elina avait 17 ans. Cette élève de terminale de Belfort a trouvé la mort le dimanche 10 janvier sur les petites pistes de Dolleren dans le Haut-Rhin. La luge où se trouvait la jeune fille et sa soeur a percuté un chalet situé sur l’aire de départ d’une piste rouge. Une enquête de gendarmerie a été ouverte.

Les gens ont envie de pratiquer, de glisser et parfois, ils perdent leur bon sens

Sylvain Philippe, directeur de la station de Métabief

Cet accident, rarissime, heureusement, endeuille une famille et va marquer les esprits. Alors que la neige est tombée en abondance sur les massifs des Alpes, Vosges ou Jura, c’est la ruée chaque week-end ver l’or blanc. “C’est une saison à neige, à froid, les gens ont envie de venir dans les stations” explique Sylvain Philippe, directeur de la station de Métabief dans le Haut-Doubs. Les parkings affichent complet, même si les remontées mécaniques sont fermées. “Les gens ont envie de pratiquer, de glisser et parfois, ils perdent leur bon sens” estime Sylvain Philippe qui assiste régulièrement à des comportements inadaptés en matière de sécurité des pratiquants de luge. “Quand on a du bon sens, on réfléchit, à la pente, à l’embarcation, à qui on met dessus. Faire de la luge, c’est autant de choses à penser que quand on conduit une voiture, il faut réfléchir au sens, à sa trajectoire, sa vitesse, sa capacité de freinage…” dit-il. Première question à se poser : suis-je dans un espace en sécurité ?“Les conseils pour pratiquer la luge, c’est de rester dans les espaces luges, balisés, sécurisés, organisés. Ils existent, on les balise tous les jours, il y a des sens de circulation, des zones de décélération » rapporte Sylvain Philippe. 


La luge est interdite sur les pistes de ski (même fermées)

À Métabief, en cette saison hors norme pour cause de covid, les pistes de ski sont fermées. Les remontées mécaniques à l’arrêt. Un arrêté municipal interdit tous les hivers, toute autre pratique que le ski sur les pistes. Pas question d’y faire de la luge, même si quelques-uns sont tentés. 

Quand la station est ouverte, le flux de skieurs occupe l’espace, là, les espaces sont occupés de manière anarchique, on essaie de faire de la prévention”

Sylvain Philippe, directeur de la station de Métabief

Les signalétiques ont été renforcées pour diriger les vacanciers ou touristes d’un jour vers les espaces de luges “officiels”. Les jours de grande affluence, tout le monde cohabite sur le bas des pistes, lugeurs, skieurs de randonnées, personnes en raquettes. Au risque d’une possible collision en cas de perte de contrôle

“Les gens oublient qu’il y a des panneaux mentionnant l’interdiction de faire de la luge, la neige est là, c’est tellement tentant, mais ça peut se finir dramatiquement” rappelle-t-il. Le directeur de station explique que cette problématique de densité a été signalée en début de saison aux autorités, ministères qui ont maintenu la fermeture des remontées mécaniques au moins jusqu’au 29 janvier.

Si vous pratiquez la luge dans un champ près de chez vous ou de votre résidence de vacances, les règles de bon sens s’appliquent aussi ainsi que le choix d’un bon matériel.

via GIPHY

Casque recommandé, même pour faire de la luge

En Suisse, où des pistes entières réservées aux luges existent dans certaines stations comme aux Diablerets, luger est un sport national. Les recommandations vont avec : 

  • Portez un casque
  • Enfilez des chaussures montantes robustes à semelles profilées et équipées de crampons en cas de glace
  • N’empruntez que des pistes de luge officielles ainsi que des chemins et des pentes sans obstacles
  • Préférez les luges de randonnée
  • Ne laissez pas les enfants de moins de 8 ans luger sans surveillance
  • Familiarisez-vous avec la technique de pilotage et de freinage de votre engin
  • Renoncez à l’alcool avant de faire de la luge et pendant la descente
  • N’emmenez pas votre chien sur les pistes de luge
  • En cas d’accident : sécurisez le lieu, donnez les premiers soins et avertissez les secours (112)

Les conseils pour faire de la luge en toute sécurité, avec l’accent suisse !


Bien choisir sa luge

Sur les pentes damées et verglacées, seule la luge de randonnée permet un pilotage correct. La bonne vieille luge en bois familial est certes superbe, mais autant la garder en déco dans votre salon, car elle est difficile à diriger à cause de ses patins plats. Le bob rouge (ou bleu) en plastique, convient aux neiges molles et mouillées, attention, il devient dangereux et trop rapide sur sol dur ou glacé. La luge de randonnée est donc préférable. (Voir document ci-dessous). Elle est plus chère à l’achat, mais, ne dérape pas sur les pistes verglacées et dans les virages. Son pilotage s’apprend.

Les accidents de luge sont souvent graves

En Suisse, malgré ces consignes, on déplore 6.500 accidents de luge chaque hiver selon Le BPA le centre suisse de compétences pour la prévention des accidents.

En France, l’hiver 2019-2020, on a comptabilisé 110 791 blessés selon l’association Médecins de Montagne. Seulement 30% des accidents de luge impliquent des enfants. Ils représentent 1% de l’accidentologie des sports d’hiver. Les accidents de la luge sont souvent graves : les diagnostics à la tête et tronc concernent plus du tiers des blessés.



Source France 3

Autres articles

Idées de balades à vélo, à cheval, sur l’eau, dans les airs… Découvrez notre sélection en Bourgogne

adrien

les thermes de Bourbon-Lancy se préparent à rouvrir avec des mesures de sécurité renforcées

adrien

« On ne sent pas que Noël approche », en Isère, les stations entre tristesse et dépit

adrien

du foin et des jeux pour les animaux de l’Arche de Noé privés de visiteurs à Eteignières

adrien

sans espoir d’une réouverture des remontées mécaniques le 7 janvier, les professionnels veulent une date fixe

adrien

Coronavirus : un plan Marshall pour venir au secours du tourisme

adrien