Image default
Tourisme

les guides-conférenciers indépendants subissent durement la crise sanitaire


Les guides-conférenciers indépendants sont en grande difficulté. Ils n’ont presque plus de clients. Les visites organisées et commentées n’attirent plus grand-monde.

La région Bourgogne Franche-Comté, compte un peu moins de 150 guides-conférenciers indépendants. Après le confinement, leur reprise d’activité n’a jamais vraiment redémarré. Les touristes qui affluent des quatre coins du monde pendant la haute saison estivale, ne sont pas au rendez-vous cette année. Mais l’absence de touristes étrangers n’est pas seule en cause. 
 

Les visites guidées en groupe font un peu peur

Guide-conférencière indépendante dans l’Yonne, Charlotte Fromont, parle d’une saison catastrophique. Elle travaille habituellement avec des touristes asiatiques, américains, australiens, et espérait pouvoir se rattraper avec des touristes français. Mais « la notion de visite en groupe fait un petit peu peur« , dit-elle. Toutes les visites en groupe qui étaient prévues de longue date jusqu’en octobre, ont été annulées. 

Face à cette désertion, comme l’ont fait d’autres guides-conférenciers, Charlotte Fromont a tenté de proposer autre chose : des visites individuelles ou encore la découverte de lieux qui méritent le détour comme la jolie ville d’Avallon, le village de Vézelay, peu connu, ou celui de Montréal.

« On s’attendait à avoir un petit de monde pour découvrir ces petites perles cachées. Mais cela a été sans succès », dit Charlotte Fromont.

La basilique de Vézelay et habituellement le lieu le plus fréquenté par les touristes en Bourgogne.

La basilique de Vézelay et habituellement le lieu le plus fréquenté par les touristes en Bourgogne.

© France 3 Bourgogne

Une concurrence inattendue

Les guides-conférenciers ont parfois été désarçonnés par une concurrence inattendue : certains organismes ont proposé des visites gratuites (ou à prix défiant toute concurrence). « Cela n’a pas forcément été intentionnel, il y a eu un bouillonnement d’idées après le déconfinement« , précise Marie Fromont. 

« On avait envoyé des courriers à tout le monde, dès fin avril, pour faire des propositions et travailler ensemble, mais le message n’est pas passé. Les guide professionnels ont été oubliés« .


Les guides-conférenciers réinventent leur métier 

Comme Charlotte Fromont et ses autres collègues, Nathalie Fromheim a cherché de nouveaux moyens pour assurer son existence. Cette guide-conférencière indépendante exerce à Beaune, sur la côte viticole, et à Auxonne.

« Je me suis mise à mon compte l’an passé, c’était une année un peu charnière pour moi, et là d’un seul coup au mois de mars, il n’y a plus rienOn a commencé par les vidéos confinées, on a aussi occupé les réseaux sociaux pour qu’on ne nous oublie pas« .

Nathalie Fromhein explique que les guides-conférenciers dépendent à la fois du ministère du Tourisme et du ministère de la Culture « et au bout du compte, dit-elle, on a ni l’un, ni l’autre« . 

Les guides-conférenciers se créent des spécialités : Nathalie Fromheim propose un circuit « de couvent en couvent » à Beaune, sur les ordres religieux. L’une de ses collègues propose une visite de  » Beaune au féminin ».

 

Les guides-conférenciers libéraux peuvent compter jusqu’à la fin de l’année, sur un Fonds de solidarité accordé par l’Etat dans le cadre du plan d’aide au tourisme. Mais tous n’y ont pas droit, notamment ceux qui travaillent en Contrat à Durée Déterminée d’Usage (CDDU), embauchés pour seulement quelques heures. 

Reportage : M. Bessard – D.  Rabeisen

Montage : C. Zappala

Avec

Nathalie Fromheim : Guide-conférencière indépendante

Charlotte Fromont : Guide-conférencière indépendante


 

  

 

 

 





Source France 3

Related posts

qui sont les gagnants et les perdants de cet été 2020 ?

adrien

Jobs d’été : les jeunes corses sont inquiets

adrien

Quatorzaine pour les touristes britanniques en France : “un désastre économique” pour le Domaine des Ormes

adrien