Image default
Tourisme

Les parcours d’accrobranche accrochent la clientèle


L’appel de la forêt, l’un des premiers parcours d’accrobranche en Dordogne, ne désemplit pas cet été. Entre tyroliennes et toiles d’araignées, tous les âges et tous les niveaux s’y retrouvent. Une activité bien ancrée dans les loisirs de plein air.

 

Devant les portes du parc, un groupe d’une quinzaine d’enfants trépigne d’impatience. C’est l’anniversaire de Léo, 10 ans, et il faut le dire, dans leur groupe de copains, à chaque anniversaire, c’est accrobranche. Même les parents jouent le jeu de bon cœur :

Ce n’est pas la première fois qu’on vient. On avait un peu peur au début mais là ça va, c’est sympa. L’équipe est bien sécurisante.

Olivier, un papa à qui un employé du parc harnache un baudrier.

Et voilà le joyeux groupe parti s’essayer au parcour d’initiation, avant le grand bain à 5 mètres de haut dans les arbres, pour commencer. Tout est sécurisé : deux mousquetons permettent de rester accrochés en toutes circonstances, un un mot code, « Grenouille », doit être crié pour signifier au suivant qu’il peut se lancer.

 

Les enfants peuvent grimper aux arbres dès 4 ans, à condition de mesurer au moins un mètre

Les enfants peuvent grimper aux arbres dès 4 ans, à condition de mesurer au moins un mètre

© Marc Lasbarrères

18 années d’expérience

L’appel de la forêt est un des premiers parcs à s’être installé en Dordogne il y a 18 ans. Il s’est agrandi petit à petit pour atteindre une superficie de 7 hectares en forêt, avec 150 ateliers différents. De la même façon qu’au ski, les activités vont du vert, pour les grands débutants, au noir, pour les sportifs confirmés.

C’est vraiment la force des parcs accrobranche. Au début, ils s’adressaient à une clientèle déjà fan de sports à sensation ou d’escalade, avec des parcours relevant du défi sportif. Aujourd’hui, nous essayons de proposer des activités plus ludiques, pour tout le monde. D’autant qu’en Dordogne, nous avons affaire à un tourisme très familial

Dominique Vitiello, Co-Gérant de L’Appel de la Forêt

Les enfants peuvent enfiler un baudrier dès 4 ans, et se lancer sur les tyroliennes, à condition de mesurer au moins un mètre.

Une tendance bien ancrée

Lorsqu’ils se sont lancés, les frères Vitiello ont eu le nez : il existe aujourd’hui une quinzaine de parcs aventure en Dordogne. Popularisée dans les zones de montagne dans les années 90 pour offrir aux vacanciers des activités d’été, les accrobranches ont poussé comme des champignons a partir des années 2000. Il y en a près de 500 dans toute la France, majoritairement dans des zones touristiques, mais aussi parfois en plein cœur des villes comme à Lyon, ou à Anglet jusqu’à récemment (il a été détruit lors de l’incendie du 30 juillet 2020 en forêt de Chiberta).
Plusieurs raisons à ce succès : aucune condition physique particulière n’est requise (quelques courbatures le lendemain restent à prévoir), et les tyroliennes, attraction phare des différents parcours, procurent des poussées d’adrénaline dignes de sauts dans le vide. Attention toutefois aux personnes sujettes au vertige : être perché à parfois plus de 10 mètres du sol, accroché à un mousqueton pourrait ne pas suffire à rassurer les moins téméraires.
 
 



Source France 3

Related posts

l’oenotourisme a-t-il survécu au Covid ?

adrien

le peintre Franck Gervaise aime les lumières du Golfe du Morbihan

adrien

Le village de Belvédère entrera bientôt dans l’ère de la 4G

adrien