Image default

les stations de ski alsaciennes pourront rouvrir cet hiver, « c’est une très bonne nouvelle »


Les amoureux de la poudre blanche sont fixés. Le secrétaire d’Etat au tourisme l’a annoncé le 30 septembre, « cet hiver, nous skierons ». Après deux saisons marquées par le faible enneigement et la crise sanitaire, les stations de ski alsaciennes attendaient ce feu vert avec impatience.

C’était une annonce très attendue. Celle du secrétatire d’Etat au tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne ce jeudi 30 septembre qui affirme : « cet hiver, nous skierons ».  Une déclaration qui ne pouvait pas mieux tomber. A deux mois et demi de la reprise et surtout après deux saisons catastrophiques pour les stations du massif vosgien, « c’est une très bonne nouvelle! Ca donne beaucoup d’espoirs », confie Christophe Bergamini, directeur de l’Office de tourisme de la vallée de Kaysersberg, pour la station du Lac Blanc.

Même enthousiasme du côté du Markstein. « Cette annonce nous permet de sortir la tête de l’eau. Après une saison 2019/2020 difficile avec un très faible enneigement sur le massif et puis en 2020/2021, avec la fermeture des remontées mécaniques, nous pouvons enfin nous projeter », explique Thomas Cron, directeur d’exploitation de la station du Markstein.

 

D’ici à décembre tout peut évoluer

Si les responsables des domaines skiables sont unanimes sur l’aspect positif de l’annonce ministérielle, certains n’en demeurent pas moins inquiets « Nous sommes à deux mois et demi de la réouverture des stations, qui a lieu dans les Vosges autour du 15 décembre, d’ici là tout peut évoluer, la situation sanitaire peut se dégrader. C’était pareil l’année dernière. Nous avions tout préparé et le couperet est tombé »,  craint Henri Morel, exploitant et propriétaire de la station du Champ du feu.

Durant la saison passée, les férus de neige se sont réfugiés dans le ski de fond, les randonnées à raquettes ou encore la luge.

© ENGEL GENEVIEVE / BELPRESS/MAXPPP

En effet, souvenez-vous! En début d’année 2021, alors que nous entrions dans la troisième vague de Covid, les remontées mécaniques ont dûes être fermées. Un coup de massue pour les stations du massif. « C’est vrai que les skieurs habituels se sont réfugiés dans les activités telles que la randonnée en raquettes, la luge ou le ski de fond, » raconte Christophe Bergamini. Mais cela ne suffit pas à faire vivre un domaine skiable. Le ski alpin est au coeur de l’économie de la station, avec les remontées, les locations de ski, les restaurants et les hébergements…

Alors être assurés de pouvoir revivre une saison de ski presque normale est un véritable soulagement pour les professionnels. « Nous pouvons enfin nous préparer sereinement. Communiquer auprès des touristes, embaucher les saisonniers » poursuit le directeur de l’Office du tourisme de la vallée de Kaysersberg.  Au Markstein, les équipes techniques vont s’atteler à la mise en route des machines « cela fait plus de 17 mois qu’elles n’ont pas tourné à plein régime. On espère beaucoup de cette saison, tout doit être prêt pour accueillier les skieurs » précise Thomas Cron.

Pas de pass sanitaire pour les remontées?

Mais la pandémie rôde toujours et le gouvernement entend par conséquent préserver « la possibilité de recourir » au pass sanitaire jusqu’à l’été 2022. C’est le sens du projet de loi qui doit être présenté le 13 octobre en Conseil des ministres. De quoi réagir au plus vite en cas de besoin a expliqué le secrétaire d’Etat. Mais si la situation sanitaire continue de s’améliorer, aucun pass sanitaire ne sera exigé notamment pour les remontées méncaniques.  » Même s’il doit être imposé pour les remontées, on fera avec. Cela prendra plus de temps, demandera une certaine organisation. Mais ce n’est pas un problème. Si les stades, les cinémas, les restaurants l’ont fait, nous pouvons le faire également. Il faut qu’on puisse faire tourner le domaine. Le pass sanitaire, c’est un moindre mal », précise Thomas Cron du Markstein.

Et la saison de ski s’annonce exceptionnelle, « les réservations commencent déjà à affluer. Les skieurs ont attendu trop longtemps et n’ont qu’une hâte : retrouver les pistes » explique Christophe Bergamini. Mais le regard des professionnels se tourne maintenant vers le ciel. « Le massif des Vosges est sans doute l’un des plus tributaires de la météo, et pour une bonne saison il faut des remontées mécaniques qui tournent et de la neige qui tombe ! » conclue-t-il.

 

 





Source France 3

Autres articles

PHOTOS. Vos plus beaux coins de nature de la région Paca

adrien

Sarlat rend le port du masque obligatoire dans le centre historique

adrien

5 voies vertes à explorer à vélo

adrien

Coronavirus : un hôtel de Perpignan transforme des chambres en bureaux

adrien

Hôtels, restaurants, transports : en Corse, les professionnels du tourisme désabusés face à l’instauration du couvre-feu

adrien

Motos nuisibles dans le Vercors ? « on ne veut pas faire des boucs émissaires mais rappeler au respect de la nature »

adrien