Image default
Tourisme

les touristes ne sont pas encore revenus dans le Marais Poitevin


Dans le Marais Poitevin, les quais sont toujours vides et les barques restent à quai. Les visiteurs sont très peu nombreux et les réservations sont au point mort. Bateliers et restaurateurs sont très inquiets et des entreprises pourraient bien fermer définitivement, si la situation perdure. 

La situation est inédite dans le Marais Poitevin, où les professionnels du tourisme disent n’avoir jamais vu ça auparavant. Malgré le déconfinement, les visiteurs ne sont toujours pas revenus. Pas de promenades en barque sur les canaux, pas de repas au restaurant et peu de locations de vélo, l’activité ne redémarre pas alors que normalement le Marais Poitevin et Niort représentent un tiers des revenus du tourisme dans le département des Deux-Sèvres.

Des terrasses de restaurant désertées

Un coup dur alors que le mois de juin est d’habitude ici parmi les mois les plus chargés de l’année. Cette année, la crise sanitaire due à la pandémie de Covid-19 a plongé toute l’économie touristique du Marais Poitevin dans le marasme. A cette époque, les terrasses des restaurants devraient être bondées, aujourd’hui elles restent vides. Un manque à gagner qui pourrait être fatal pour certains restaurateurs, même pour ceux qui sont parmi les mieux placés, au bord de l’eau.

S’il n’y a personne cet été, c’est la clé sous la porte, c’est garanti. »

-Dora Morini, gérante du restaurant La Passerelle à Coulon 

Pour la gérante de ce restaurant, les chiffres parlent d’eux-même. L’an dernier, son entreprise avait réalisé un chiffre d’affaires total de 96. 000 euros, cette année il ne dépasse pas les 10.000 euros à la date d’aujourd’hui.

Très peu de locations de bateaux ou de visites guidées en barques en ce moment dans le Marais Poitevin.

Très peu de locations de bateaux ou de visites guidées en barques en ce moment dans le Marais Poitevin.

© Romain Burot/ France Télévisions

Même constat chez les bateliers qui se disent très inquiets et dont le chiffre d’affaire a plongé de façon vertigineuse. Les locations de bateaux, avec ou sans guide, se font au compte goutte.

Moins de saisonniers embauchés

Les premiers à souffrir de cette situation, ce sont les saisonniers qui d’ordinaire sont très nombreux en cette saison. Dans le Marais, l’ensemble des entreprises de la batellerie embauche chaque année environ 300 saisonniers. En 2020, seul un quart d’entre eux a été recruté.

Ce qui est vrai pour les restaurants et les bateliers, l’est aussi pour toutes les autres activités.Par exemple, le Musée du Marais Mouillé, à Coulon, n’a recruter qu’un seul des cinq saisonniers qu’il emploie d’habitude.

 

Et encore, au lieu de faire les visites, cette personne va surtout faire le gendarme pour bien s’assurer que tout le monde respecte les consignes sanitaires.

-Alexa Bonnardeau, responsable du musée du Marais Mouillé à Coulon

Toutes les visites de groupes, prévues pour ce mois de juin, ont été annulées et en juillet, les annulations commencent à être de plus en plus nombreuses. Les rares visiteurs enregistrés jusqu’alors viennent en exclusivité de la région et du Grand Ouest, comme Nantes ou Angers.

Du jamais vu pour tous ces professionnels qui n’espèrent qu’une seule chose : que le retour du soleil et l’arrivée de l’été incitent les visiteurs à revenir dans le Marais poitevin pour découvrir ses paysages paisibles et goûter à toutes les activités qui sont proposées. Une promenade sur l’eau ou à vélo et un déjeuner en terrasse, ça vous tente ?

 

 

 



Source France 3

Related posts

à Reims, les touristes étrangers reviennent mais timidement

adrien

COVID-19 : Les loueurs de bateaux vont-ils réussir à éviter le naufrage cet été ?

adrien

Déconfinement: Les Vosges, 100 kilomètres de nature autour d’Epinal

adrien