L’essence absolue des parfums de Grasse obtient une indication géographique homologuée


L’Institut National de la Propriété Industrielle INPI a homologué une nouvelle indication géographique ce vendredi 6 novembre : « l’absolue pays de Grasse ». Le savoir-faire artisanal du pays grassois est donc officiellement reconnu.

Au même titre qu’on parle de la porcelaine de Limoges, on pourra désormais parler de « l’absolue pays de Grasse ». L’Institut National de la Propriété Industrielle a homologué cette nouvelle indication géographique ce vendredi 6 novembre.

La flore présente sur le pays de Grasse a permis à ce territoire de devenir « le berceau historique de la parfumerie française depuis le XVIIIe siècle », indique un communiqué de l’INPI. Pour obtenir la fragrance, un concentré, appelé essence absolue ou « absolue » est extrait des fleurs. C’est cet élément de la transformation des fleurs en parfum qui a obtenu l’homologation de l’INPI.

 

La tubéreuse est une des fleurs récoltées dans le pays grassois.

© Véronique Varin / FTV

 
Cette indication géographique est une « illustration du savoir-faire français qu’est la parfumerie », d’après Pascal Faure, directeur général de l’INPI.
 

Capacité de mobilisation, ambition et qualité unique constituent des atouts remarquables, qui ont permis l’obtention de cette indication géographique.

Pascal Faure


Sept entreprises concernées 

Cette homologation de l’indication géographique signifie que les étapes de cueillettes, production et trasnformation devront se faire dans les Alpes-Maritimes, le Var et les Alpes-de-Haute-Provence.

Sept entreprises, qui représentent 90% des transformateurs de plantes sur cette zone, sont concernées par cette homologation. Ces sept entreprises sont la société Firmenich (Grasse), Jean Gazignaire SAS (Pégomas), IFF-LMR (Grasse), Mane (Bar-sur-Loup), Payan Bertrand SA (Grasse), Robertet (Grasse) et Sotraflor (La Roquette-sur-Siagne).

« L’intérêt est de protéger notre savoir-faire unique, présent à Grasse depuis des générations », explique Julien Maubert, directeur division Matières premières de la société Robertet à Grasse. Ce savoir-faire avait déjà été reconnu en 2018, lorsque l’Unesco l’avait intégré au patrimoine immatériel de l’Humanité.

 

Déchargement de matière végétale épuisée

Déchargement de matière végétale épuisée

© Firmenich

Reconnaissance du travail des agriculteurs et des industriels

L’association Fleurs d’Exception du pays de Grasse, à l’initiative du projet de reconnaissance de cette indication géographique, s’occupera de gérer et défendre cette nouvelle homologation. « Notre dossier avait cette particularité de reconnaître à la fois le travail des agriculteurs et celui des industriels qui transforment les fleurs », précise Armelle Janody, la présidente de l’association.

Nous souhaitons que cette indication géographique valorise nos fleurs sur le marché international et permette à la demande d’augmenter. Si la demande augmente, on espère bien que les surfaces de fleurs augmenteront avec.

Armelle Janody, présidente de l’association Fleurs d’Exception du pays de Grasse

10 indications géographiques en France

Une indication géographique officielle de l’INPI permet de protéger des produits provenant d’une zone géographique déterminée et disposant d’une qualité et d’une notoriété liées à ce lieu. En France, il existe neuf autres indications géographiques homologuées par l’INPI.
Parmi elles, on retrouve la porcelaine de Limoges, la charentaise de Charente-Périgord ou encore le granit de Bretagne.
 

Il existe 10 indications géographiques homologuées par l'INPI en France.

Il existe 10 indications géographiques homologuées par l’INPI en France.

© INPI

L’absolue pays de Grasse est la première indication géographique de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Le savon de Marseille est toujours en attente de ce statut depuis 2015.

L’indication géographique homologuée par l’INPI ne doit pas être confondue avec l’IGP (Indication Géographique Protégée). L’IGP est un label attribué par l’Union Européenne à des produits agricoles, des denrées alimentaires, des vins et des spiritueux dont l’origine géographique est spécifique et la réputation est liée à ce lieu.

Ce label permet de protéger la dénomination de ces produits. L’huile d’olive de Provence, le sel de Camargue, le thym de Provence, le citron de Menton ou encore le miel de Provence sont des produits régionaux dotés du label IGP. Le melon de Cavaillon cherche a obtenir son IGP depuis plusieurs années.

 



Source France 3

Autres articles

« On va se battre pour ouvrir nos stations de ski à Noël », le président du département des Alpes-Maritimes veut y croire

adrien

le financement public pour des vols commerciaux fait débat, l’avenir de l’aéroport menacé ?

adrien

L’Abbaye de Cluny et les sites Clunisiens bientôt classés au patrimoine mondial de l’Unesco

adrien

mais où sont donc passés les touristes français ?

adrien

VIDEO. À Boulogne-sur-Mer, on a visité la vieille ville en compagnie du « professeur perdu »

adrien

Ouverture des plages en Charente-Maritime : les dossiers seront examinés au cas par cas par le préfet

adrien