Motos nuisibles dans le Vercors ? « on ne veut pas faire des boucs émissaires mais rappeler au respect de la nature »



La problématique ne date pas d’hier : chaque été c’est « une guerre des nerfs » qui s’engage entre habitants et motards particulièrement, qui sillonnent les routes du Vercors. A l’arrivée des beaux jours, le Parc tient à les mettre en garde.

« Les beaux jours reviennent et, avec l’allègement des mesures sanitaires, un redémarrage de la saison touristique est espéré. Certes la beauté des routes du Vercors incite à les parcourir en tous sens à vélo, en voiture et en moto », reconnaît en préambule dans un communiqué le Parc du Vercors, « mais force est de constater ces dernières années, notamment par les élus des communes du Parc du Vercors, qu’une partie de la population se trouve de plus en plus « à cran » par le passage répété de motos bruyantes qui traversent le Vercors en ses courbes et lacets ».

 

Anticiper avant l’allègement des mesures sanitaires

A l’heure où l’été se profile, et surtout au moment où l’on pressent plus ou moins que l’étau des mesures sanitaires strictes liées à la pandémie est sur le point de s’alléger, le Parc Régional préfère, disons, prendre les devants.

C’est qu’ il a déjà été un peu échaudé par le problème, pris d’assaut au moment du premier déconfinement par des randonneurs assoiffés de nature et de verdure, et qui ont parfois fait fi des réserves protégées sensibles.

Ce fut par exemple le cas, cet hiver, avec la prolifération de randonneurs peu respectueux de la période de reproduction des précieux tétra-lyres.

Liberté doit rimer avec respect »

La levée de la restriction de circulation des 10 kms autour de chez soi, a déjà fait effet, et à au bureau du Parc, on reçoit déjà les griefs des habitants. Comme celui de cet agriculteur, agacé par le comportement de ces pique-niqueurs sans gène. C’était il y a deux jours, ce 26 avril 2020.

 

Les nuisances sonores et les comportements en ligne de mire 

Ce à quoi on s’attend dans la Réserve naturelle des Hauts-Plateaux du Vercors , la plus grande réserve métropolitaine de France, et que l’on redoute un peu, c’est l’assaut des motards, des quads et engins motorisés.

En août 2019, des habitants, excédés par les nuisances causées par la fréquentation croissante de « motards », avaient déjà dénoncé « des incivilités inacceptables et l’inaction des pouvoirs publics ».

« Bien sûr, les vallées encaissées du Vercors ont tendance à faire caisse de résonance, mais il semblerait qu’il y ait une recrudescence de comportements abusifs qui mènent parfois jusqu’à des altercations », constatent les élus des communes du Parc qui dénoncent cette situation : « cette pollution sonore pose problème aux habitants, affecte leur tranquillité et leur santé. Elle perturbe également la quiétude de la faune ».

Et de renvoyer aux conclusions « avisées » du  Conseil national du Bruit qui donne un aperçu des effet des nuisances sonores sur la santé.

 

Pas de « stigmatisation » mais des règles à respecter

Elle est par ailleurs susceptible de nuire à l’expérience que viennent vivre les visiteurs sur cette terre de ressourcements qu’est le Vercors.

« Il ne s’agit pas aujourd’hui de limiter la venue des motards dans le Vercors ou d’en faire des boucs émissaires, mais de rappeler quelques règles de bien vivre ensemble pour éviter que la situation ne dégénère dans l’exaspération et l’incompréhension ».

Quelques recommandations : 

  • Respecter les limitations de vitesse, bannir les conduites dangereuses, les accélérations brutales et les courses,
  • Traverser les villages et les bourgs à vitesse réduite,
  • Respecter la réglementation sur les niveaux sonores des deux-roues et utiliser des équipements homologués,
  • Ne pas oublier que « le bruit n’a en réalité rien de valorisant, mais constitue au contraire une forme d’agression notamment pour ceux dont c’est le cadre de vie au quotidien et que, par une exposition répétée, il peut en résulter des effets notoires sur la santé« .

Le Parc naturel régional du Vercors , qui a été créé il y a 50 ans, est un espace labellisé par l’État en raison de son patrimoine naturel et paysager exceptionnel, à cheval sur l’Isère et la Drôme. C’est un espace ouvert à tous, mais qui nécessite d’être respecté, d’autant que des circuits et des itinéraires sont proposés aux visiteurs qui souhaitent sillonner tranquillement les routes.

Lors du premier déconfinement, les gardes de la réserve naturelle avaient développé les patrouilles pour sensibiliser les visiteurs, et compte bien réitérer cette mesure.

 





Source France 3

Autres articles

face à l’incertitude du coronavirus, le marché de Noël 2020 joue la carte locale

adrien

Déconfinement – Nos idées de balades dans le Nord Pas-de-Calais (3) : les moulins de Flandre autour de Steenvoorde

adrien

Coronavirus : les thermes fermés, la station de Royat dans le Puy-de-Dôme attend le déconfinement

adrien

Déconfinement : sur le littoral héraultais la reprise du tourisme se fait de manière très progressive

adrien

les Américains seront-ils de retour en Normandie avant l’été ?

adrien

l’emblématique Hôtel Napoléon de l’île d’Aix retrouve une nouvelle jeunesse

adrien