Image default
Tourisme

Plages dynamiques : bilan positif au Pays Basque


Depuis le 16 mai, les plages sont ouvertes au public jusqu’à 19 heures pour la promenade, le jogging ou les sports nautiques mais pas question d’y faire bronzette sur sa serviette, il faut bouger ! Ce fonctionnement des plages en mode « dynamique » vise à éviter la promiscuité sur le sable.

Le préfet des Pyrénées-Atlantiques, Eric Spitz, a estimé que l’opération était une réussite et qu’environ 95 % des usagers avaient joué le jeu.

« Aujourd’hui, comme pendant le confinement, j’ai le plaisir de constater que les Béarnais et les Basques respectent très bien les consignes », a-t-il affirmé.
 

Le préfet Eric Spitz a reçu les maires des communes du littoral basque / © Rémi Poissonnier - France 3 Euskal Herri
Le préfet Eric Spitz a reçu les maires des communes du littoral basque / © Rémi Poissonnier – France 3 Euskal Herri

Il a bien été constaté des regroupements pour des apéros après 19h ou quelques rassemblements nocturnes mais ceux-ci se tenaient aux abords des plages et non sur le sable. Le préfet n’a pas annoncé de mesures particulières à leur encontre, reconnaissant une petite faille dans le dispositif puisque les interdictions ne concernent que les plages et non les alentours.

Pour ce week-end de Pentecôte, le dispositif plage dynamique est donc maintenu mais pourrait évoluer en fonction des annonces gouvernementales de ce jeudi. Les maires doivent faire de nouvelles proposition au préfet le 2 juin, et il semble que l’on s’achemine vers un assouplissement du mode dynamique.

Il deviendrait alors possible de se poser sur le sable ce qui permettrait par exemple aux parents de rester plus proches et de mieux surveiller les jeunes enfants. Toutefois, la distanciation sociale sera toujours de rigueur sur le sable et la surveillance sera maintenue, le préfet ayant toujours le pouvoir de fermer une plage en cas de débordement.
 

Le dispositif "plage dynamique" sera probablement assoupli après le 2 juin / © Stéphanie Deschamps - France 3 Euskal Herri
Le dispositif « plage dynamique » sera probablement assoupli après le 2 juin / © Stéphanie Deschamps – France 3 Euskal Herri

Parmi les nouvelles mesures de déconfinement annoncées ce jeudi, le probable élargissement de la règle des 100 Km pourrait faire craindre un afflux de monde sur les plages mais les maires ne semblent pas inquiets, comme le confirme Emmanuel Alzuri, le maire de Bidart :

Jusqu’à maintenant, il y a eu un grand esprit de responsabilité de la part des gens et des élus, tout le monde s’est mobilisé.
Emmanuel Alzuri – le maire de Bidart –

Et à partir de mardi, une grande partie de la population sera de nouveau au travail, seule la jeunesse restera disponible pour fréquenter les plages, en fonction de la reprise ou pas des collèges et des lycées. Pas de grosse affluence en perspective donc.

Contrairement à la Côte d’Azur, l’éventualité de plages ouvertes sur réservation avec périmètre délimité pour chaque personne, n’est pas envisagé.

« Ce ne serait pas compatible avec l’esprit des plages de la côte basque ou landaise. De plus, des études montrent que la plage est l’un des endroits les moins risqué en terme de contamination », ajoute le maire de Bidart.
 

Eric Spitz est très satisfait du dispositif "plages dynamiques" / © Rémi Poissonnier - France 3 Euskal Herri
Eric Spitz est très satisfait du dispositif « plages dynamiques » / © Rémi Poissonnier – France 3 Euskal Herri

En conclusion, le préfet a rappelé que le déconfinement n’a pas relancé l’épidémie au Pays basque car depuis hier mercredi 27 mai, il n’y a plus aucun malade Covid-19 en réanimation à l’hôpital de Bayonne, ce qui est une première depuis le début de la crise sanitaire.
 



Source France 3

Related posts

Les saisonniers touristiques, victimes collatérales du Covid-19 en Bretagne

adrien

Déconfinement : les professionnels du tourisme de Haute-Vienne entre inquiétudes et espérances

adrien

Déconfinement – Mulhouse : comment les professionnels du tourisme s’organisent pour attirer les visiteurs cet été

adrien