Image default

quel avenir pour le lac de Clairvaux dans le Jura ?


Le lac de Clairvaux est au centre d’un débat environnemental. Quelles méthodes faut-il employer pour lui assurer un bon état de santé ? Des études et la fédération de pêche du Jura préconisent l’augmentation de son niveau d’eau. La maire du village envisage d’autres solutions.

Vu du ciel, le lac de Clairvaux est bleu turquoise. Sur place l’eau est suffisamment claire pour y apercevoir à l’œil nu des poissons. Mais en profondeur, l’eau est verdâtre. La carte postale de ce lieu touristique, très apprécié pour la baignade, la pêche et autres loisirs, est de moins en moins belle. La raison ? Un manque d’oxygène de l’eau selon la maire de Clairvaux. Un point de vue contesté par l’Association Agréée pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique « Ain-pays des lacs ».

« Ce sont des plongeurs venus vérifier la structure de la jetée du lac de Clairvaux qui m’ont donné l’alerte. L’eau du lac, n’est plus aussi claire qu’elle ne devrait. L’eau ressemble plus à celle d’un étang qu’à celle d’un lac » détaille la maire de Clairvaux, Hélène Morel-Bailly.

Pour Hélène Morel-Bailly, la maire de Clairvaux-les-lacs, élue en mars 2020, il faudrait faire nettoyer la Raillette pour régler ce « problème d’oxygénation de l’eau en raison de l’absence de courant de la Raillette ». Sur place, des troncs d’arbres sont immergés dans l’eau et des branchages en nombre forment de petits barrages. « À l’automne 2020, j’ai demandé à l’Office Français de la Biodiversité de pouvoir nettoyer la Raillette et couper les arbres morts le long de la rivière, mais ils me l’ont interdit car pour eux, ça servirait de frayères aux poissons » explique la maire.

C’est l’Office Français de la Biodiversité qui délivre les autorisations d’intervention sur les cours d’eau. La volonté de la maire s’oppose à l’OFB qui souhaite maintenir la Raillette dans son état. Contacté par téléphone, il confirme « ne pas être favorable à un curage stricte de la Raillette afin de maintenir le bon fonctionnement de l’éco-système ». 

 


© Hugues Perret – France Télévisions

 

Faut-il nettoyer la Raillette ?

Claude Martin, ingénieur des ponts et chaussées à la retraite et habitant de Clairvaux-les-Lacs, a voulu intervenir dans ce dossier : « Pour oxygéner le lac, il faut que la Raillette fonctionne, qu’elle se déverse naturellement et à une certaine vitesse dans le lac, ce qui n’est pas le cas actuellement ».

Autrefois, cette rivière, qui fait tant causer aujourd’hui, était curée deux fois par an, mais plus guère à présent. « Nos anciens nettoyaient le lit de la Raillette et relevaient la vase pour faire fonctionner la vanne et le moulin et ainsi oxygéner le lac. Faisons comme eux » conseille Claude Martin. Depuis, les connaissances des écosystèmes se sont améliorées. 

Ces propos sont totalement contestés par les spécialistes des milieux aquatiques. « Des conseils absurdes » selon Serge David, le président de la première association de pêche du département, « Ain pays des lacs ». Il précise qu »‘il ne s’agit cependant pas d’un lac en voie d’eutrophisation. le plancton est peu abondant, ainsi que les mollusques et des larves d’insectes, en relation avec la faible oxygénation des fonds en été. Mais la faiblesse du peuplement piscicole s’explique également par les nombreuses atteintes qu’a subies le lac depuis des siècles. »


© google maps

Depuis 2011, des études sont menées pour améliorer le bon fonctionnement du lac. Pour les pêcheurs et les scientifiques de l’université de Franche-Comté,  il faut redonner au lac sa morphologie naturelle pour qu’il puisse être en bonne santé et donc relever son niveau d’eau. « L’abaissement du niveau du plan d’eau avec l’installation d’une vanne et la destruction de la totalité ou presque de la berge orientale par les aménagements touristiques » expliquent la dégradation de ce milieu naturel selon Serge David . « Ces aménagements, poursuit-il,  se sont révélés très préjudiciables en diminuant fortement la superficie des zones humides de bordure et en réduisant les zones d’abri, de reproduction et de croissance des différentes espèces animales (poissons, batraciens, reptiles, insectes). Les variations incessantes du niveau du plan d’eau ont joué également un rôle très négatif. »

Retour au naturel

Un point de vue partagé par les services de l’OFB. La précédente municipalité avait commencé un travail en collaboration avec le département du Jura pour permettre le réhaussement du niveau du lac. Cela nécessite de l’aquisition de terrains et une modification des pratiques touristiques. Perdre de la surface de terre au profit des milieux aquatiques est toujours un problème délicat à gérer, car il y a souvent une forte pression foncière. 

Ce retour au naturel concerne d’autres lacs du Jura. Serge David précise le lac de l’Assencière à Châtel-de-Joux a pu être retrouver son niveau. Les travaux du lac de Bonlieu seraient en cours pour maintenir aussi le bon fonctionnement des cascades du Hérisson. Une réflexion est également engagée pour le lac de Chalain. 

Pour Serge David, « élever le niveau du lac permet d’augmenter la réserve d’eau dans un contexte de réchauffement climatique et de baisse des précipitations. Ce projet d’élévation du niveau du plan d’eau fait l’unanimité des scientifiques. Il est l’objet d’un large consensus dans les services de l’Etat et reçoit le soutien du Ministère de la Culture. Il s’agit d’une très bonne opération pour la biodiversité, pour la patrimoine, mais aussi pour l’image de la commune et même pour son attrait touristique. Le lac agrandi (plus de 20 ha pourraient être gagnés) peut en effet être aménagé par des passerelles et des points d’observation, comme on le voit sur d’autres sites aujourd’hui ». 

Ce débat autour de l’avenir du lac de Clairvaux devrait se poursuivre dans les mois qui viennent et symbolise l’évolution de notre société. En ces temps de réchauffement climatique, de sécheresses intenses et de graves inondations, les hommes et les femmes du XXIe siècle sont en train de prendre conscience de l’importance du fonctionnement naturel des écosystèmes aquatiques, ils corrigent les erreurs du siècle dernier. 

 





Source France 3

Autres articles

Clermont-Ferrand : les réservations FlixBus explosent

adrien

“J’ai une centaine de demandes par jour”, un engouement encore plus fort pour les balades en chiens de traîneau

adrien

Bilan en demi-teinte pour le tourisme à Paris et en Île-de-France

adrien

La station balnéaire Stella-Plage près du Touquet, dans le regard d’Anne-Charlotte Moulard

adrien

Une fermeture à Noël serait un « désastre » pour les stations de ski italiennes

adrien

Envie d’évasion à 100 kilomètres autour de Pontivy ? Des idées pour goûter à la liberté !

adrien