reconfinement : les hôtels restent ouverts mais tournent au ralenti dans le Gard



Dans le Gard, l’intersaison a pris fin avec le reconfinement. Les hôtels pourtant ouverts voient leurs réservations annulées à cause de la baisse brutale d’activité. Tous sont obligés de s’adapter, en attendant une éventuelle réévaluation des fermetures des commerces d’ici 15 jours. 

À Gallargues, dans le Gard, l’intersaison semble désormais pliée pour l’hôtel-restaurant O’banel, contraint à l’hivernage précoce suite au reconfinement. Les hôtels ont le droit de rester ouverts, mais le restaurant est fermé, et les réservations dégringolent.

Nous, on a 4 salles de restaurant différentes dans l’hôtel, où on pouvait répartir les gens de manière équitable, et on nous impose un système qui ne correspond pas à la réalité. C’est ça qui est dommage.

Freddy Cerda, propriétaire de l’hôtel restaurant

Plus de 50 nuits annulées en 1 jour et demi

Les entreprises locales représentent 50 % de la clientèle de l’établissement, qui vient pour de courts séjours, à l’occasion de séminaires. Avec le ralentissement généralisé des activités, plus de 50 nuits d’hôtel ont été annulées en l’espace d’un jour et demi. Un chiffre « colossal » pour Stéphane Laurençon, responsable d’exploitation. L’entreprise n’a pas le choix, elle doit s’adapter.
 

Faire des plateaux repas, je pense que c’est ce qu’on va faire. On va proposer des soirées « étape », avec le petit-déjeuner, le repas du soir et la chambre, et on les servira en chambre, pour qu’on puisse respecter les normes, et qu’ils puissent se loger et se restaurer.

Stéphane Laurençon, responsable d’exploitation

Des milliers de professionnels du secteur du tourisme sont en souffrance, un tiers de l’économie locale serait stoppée. Beaucoup d’entre eux ne comprennent pas ces mesures. « Pourquoi les restaurants, malgré tout ce qu’on a mis en place pour éviter les contacts? » se demande Stéphane Laurençon. « Je trouve que c’est un lieu d’utilité publique, au niveau social, ça permet aux gens de sortir tout en respectant les distances », avance-t-il.
 
À la CCI du Gard, un dispositif de soutien en lien avec l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (UMIH) du Gard a été réactivé. « L’objectif c’est de personnaliser le plus possible l’aide apportée », explique Eric Giraudier, président de la CCI du Gard. 
 

Parmi les restaurateurs, vous avez plusieurs cas de figure, selon la taille de l’entreprise, son ancienneté, son statut juridique… Donc on va les appeler un par un, travailler avec eux pour trouver des solutions à court, moyen et long terme pour chacun. Passer cette période très difficile, coûte que coûte, et dans un second temps, permettre à l’entreprise de redémarrer le mieux possible.

Eric Giraudier, président de la CCI du Gard

Une aide professionnelle et personnelle pour les commerçants

L’objectif du président de la CCI 30 est de pousser à la réouverture, d’ici 15 jours, des commerces de proximité et des restaurants, car pour lui, les solutions proposées, notamment du « click and collect » ou de la livraison, ne suffisent pas pour maintenir à flots tout le monde. 
 

On entend beaucoup parler de la livraison, et je suis ravi pour ceux qui arrivent à la mettre en place, mais si ça représente 5 à 10%, voire 20% de leur chiffre d’affaires précédent, ça ne va jamais réussir à couvrir toutes leurs charges. On espère que ce sera réévalué, on va se mobiliser pour faire bouger ça. Ça ne rime à rien : pourquoi une grande surface avec 300 personnes peut-elle fonctionner, et pourquoi un libraire avec 4 personnes ne peut-elle pas fonctionner ?

Dans le Gard, ce sont plus de 4000 entreprises qui sont concernées, dont certaines en « réelle situation de détresse », selon Eric Giraudier. « Le moral n’est pas bon du tout. Il n’y a plus de trésorerie », déplore-t-il. Au-delà du dispositif classique pour accompagner l’entreprise, la CCI propose aussi d’accompagner d’un point de vue personnel les commerçants et entrepreneurs. Tous attendent des annonces concernant la période des fêtes de fin d’année, qui sera cruciale.



Source France 3

Autres articles

après un mois de juillet morose, les stations des Alpes s’attendent à une hausse de fréquentation en août

adrien

Amsterdam veut limiter le tourisme de masse

adrien

Malgré le coronavirus, la fréquentation touristique en Haute-Garonne tire son épingle du jeu

adrien

Fermeture des bars et restaurants à Nice à 22h : « ça va être dramatique »

adrien

Tout savoir sur la réouverture des thalassos

adrien

Les îles du Frioul à Marseille, un archipel au paysage sauvage et préservé

adrien