Strasbourg : Batorama reprend du service après plus de deux mois de “tempête”


Au grand étonnement des canards et de quelques strasbourgeois en mal de quiétude, « les touristes : restez chez vous » peut-on entendre d’une fenêtre ouverte. Ce samedi 30 mai 2020, c’est sous un ciel bleu et avec un thermomètre « déconfiné », lui aussi, que les navires de Batorama ont à nouveau sillonné l’Ill à la découverte de Strasbourg. A leur bord, quelques 140 passagers au total. C’est peu, mais mieux qu’hier, vendredi 29 mai, jour de reprise, où ils n’étaient que 4.  Parmi eux, un couple de colmariens venu fêter son anniversaire de mariage, dès la réouverture. Une belle histoire, qui redonne un peu de baume au cœur à l’entreprise et à son directeur, ému de reprendre la navigation, éprouvé par deux mois et demi d’arrêt forcé.

« Ça fait vraiment plaisir à toute l’équipe de repartir« , s’enthousiasme Reynald Schaich.

En temps normal, ce sont entre 3.000 et 4.000 personnes qui se pressent quotidiennement sur une flotte de huit bateaux. Jusqu’à 5.000 au plus fort de la saison. Un taux de remplissage que l’entreprise ne connaîtra pas cette année. Crise du coronavirus oblige, les équipes commerciales ont dû procéder à l’annulation de plus de 90.000 réservations.

Un quart de la clientèle habituelle attendue en 2020

« Ça s’annonçait comme une super année avec une croissance à deux chiffres, pas loin des 20%, et d’un seul coup il a fallu tout arrêter ». Un coup d’arrêt brutal qui a fait plonger la trésorerie. « Nous allons perdre plusieurs centaines de milliers d’euros », confirme Reynald Schaich qui espère, malgré tout, attirer le quart de sa clientèle habituelle, « pour arriver à 200.000 passagers en fin d’année au lieu des 800.000 habituellement embarqués ». Pour y parvenir, il a fallu s’adapter et mettre en place une série de mesures destinées à respecter les recommandations sanitaires. Port du masque obligatoire des passagers et des membres d’équipage, désinfection des équipements après chaque promenade, réduction du nombre de passagers par bateau, délivrance d’oreillettes à usage unique, rien n’est laissé au hasard « pour donner confiance aux visiteurs ».

Le port du masque est désormais obligatoire sur les bateaux. / © Claire Peyrot/France Télévisions
Le port du masque est désormais obligatoire sur les bateaux. / © Claire Peyrot/France Télévisions

La « tempête Covid » a de quoi faire tanguer l’entreprise alsacienne créée en 1947, aujourd’hui placée au premier rang des attractions touristiques payantes du Grand Est, sans pour autant la faire couler. « On n’a pas eu peur parce qu’on a beaucoup travaillé sur les cinq dernières années pour faire de Batorama une structure solide et parce que nous nous apprêtons à réaliser des investissements majeurs », ajoute le directeur.

25 millions d’euros d’investissement

A l’horizon des cinq prochaines années, Batorama entrevoit 25 millions d’euros d’investissement pour réaménager ses pontons, acquérir des bateaux électriques plus modernes truffés de technologie, ou encore équiper ses clients de tablettes numériques à consulter lors des croisières. « Ces investissements, nous les avions anticipés bien avant la crise. C’est notamment ce qui nous permettra de nous en sortir ».
 
Reste qu’en attendant, il va falloir tenir et croiser les doigts pour que les touristes reprennent goût aux excursions. « Paradoxalement, le plus gros de la perturbation est devant nous. Maintenant on va voir à quelle vitesse on va retrouver notre rythme normal de fonctionnement », ajoute Reynald Schaich qui attend avec impatience la réouverture des cafés et restaurants, mardi 2 juin, ainsi que le retour de la libre circulation aux frontières qui devrait permettre à la clientèle allemande, 35% des visiteurs annuels, de revenir. « Nous sommes interdépendants. Pour que les gens viennent il faut qu’il y ait des choses à faire mais aussi des terrasses ouvertes ».

Un retour à la normale bienvenu pour l’écosystème touristique en mal de redémarrage. Et vogue la galère.
 



Source France 3

Autres articles

Circuit d’été à Hédé-Bazouges : Hugues Jardin aime son village et peut-être plus encore au lever du jour

adrien

l’Ardèche n’est pas en zone rouge, alors que la fréquentation touristique a explosé cet été

adrien

Les petits paradis du Limousin : Collonges-la-Rouge et Beaulieu-sur-Dordogne

adrien

Du Bergeracois au Bordelais, les vignobles proposent de profiter des premiers week-ends de déconfinement

adrien

Municipales 2020 : un casino et 1 milliard d’investissement pour Laurent Hénart à Nancy

adrien

les touristes ne sont pas encore revenus dans le Marais Poitevin

adrien