un mois de juillet mitigé pour les professionnels du tourisme à La Grande-Motte


A La Grande-Motte, la saison touristique a été bouleversée par la crise sanitaire. En cette fin de mois de juillet 2020, les allées du port de la station balnéaire, pourtant noires de monde habituellement, sont désertées. Les touristes sont bien là, mais avec un programme adapté au Covid-19. 

La saison touristique 2020 n’a pas fini de surprendre les professionnels du secteur. Alors qu’un été catastrophique était annoncé à la fin de la crise sanitaire, en plein chassé croisé des juilletistes et aoûtiens, le bilan du premier mois écoulé est en demi-teinte.

Perte importante pour les restaurateurs

C’est du côté des restaurateurs que le constat est le plus difficile à encaisser. Capacité réduite, port du masque obligatoire à l’intérieur : avec les contraintes imposées par les gestes sanitaires, les restaurants attirent moins. 

Nous allons avoir une chute entre 15 et 25%. Après le confinement, tout le monde a voulu respirer, de la liberté mais depuis nous sommes en chute. 

Jacques Mestre, président départemental de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (UMIH) Languedoc-Roussillon

L’annulation des animations nocturnes a également fortement impacté ce secteur. Festival pyrotechnique, marchés nocturnes… avec le coronavirus, l’objectif est de limiter les attroupements.
 

Sur le port de la Grande-Motte, les terrasses des restaurants sont très calmes - 30.07.20

Sur le port de la Grande-Motte, les terrasses des restaurants sont très calmes – 30.07.20

© FTV – I.Bris

85% de remplissage pour les locations saisonnières

Pourtant, les touristes ont répondu présent cette année. Selon le directeur de la station, Jérôme Arnaud, les locations saisonnières elles, subissent peu la crise, avec un taux de remplissage en moyenne de 85% par rapport à l’an dernier. Un chiffre finalement plutôt bon par rapport à ce qui était prévu. « Les résidences secondaires sont également prises d’assaut par les propriétaires qui ne louent pas cette année« , précise Jérôme Arnaud. 

85% d’occupation, derrière ce chiffre, il n’y a rien de normal. Tous les paramètres ont été modifiés.

Jérôme Arnaud, directeur de la station de la Grande-Motte

Cette année, en effet, la clientèle internationale a déserté les villes de France, pour laisser place à une clientèle franco-française. Une clientèle qui ne boude pas son plaisir de découvrir des plages peu remplies cet été. 

Prendre le large

Sur les plages donc, pas de bataille pour trouver un coin pour poser sa serviette. C’est en revanche du côté des activités en plein air que le challenge se complique. Celles-ci sont prises d’assaut par des touristes qui ont visiblement besoin de prendre le large, après plus de deux mois de confinement. 

On a une entreprise assez solide, des aides de l’Etat, des aides de la ville qui nous permettent aujourd’hui de tenir bon et de limiter la casse et peut être même de faire quelque chose d’intéressant à la fin de la saison, mais c’est encore un peu tôt pour le dire. 

Alexis Lasserand, gérant d’une entreprise de location de catamarans

Difficile donc pour les professionnels d’avoir une vraie visibilité sur la saison touristique. Le directeur de la station, nous a en revanche confié que le mois d’août s’annonce plutôt bon, par rapport aux prévisions annoncées. En revanche, pour le mois de septembre, c’est l’incertitude totale. Il faudra ainsi attendre la fin de saison pour dresser un bilan complet de cet été si particulier. 
 



Source France 3

Autres articles

Présentation du “plan Marshall” : l’horizon se dégage pour l’hôtellerie restauration en Centre-Val de Loire

adrien

Charente-Maritime : feu vert pour les locations touristiques !

adrien

une déambulation très street art avec Christian Mahé

adrien

Après le confinement, faites du tourisme solidaire en Bourgogne Franche-Comté !

adrien

Hôtellerie-restauration : dans le Puy-de-Dôme, pourquoi la saison estivale sera décisive

adrien

la station de ski des 2 Alpes s’apprête à rouvrir ses portes à la Toussaint, une première depuis 2016

adrien