visites familiales historiques de la cité balnéaire du Grau-du-Roi


Un grand bol (masqué) d’air marin pour toute la famille. Au Grau-du-Roi, des visites en groupes réduits invitent les vacanciers à mieux connaître la cité balnéaire. Pour les enfants et les plus grands, un balade ludique avec un jeu de questions réponses pour (re)découvrir l’histoire du port gardois.

Pour les enfants, comme pour les adultes, une visite du Grau-du-Roi, ça commence par une question fondamentale : de quel roi parle-t-on ? 
C’est par cette devinette que Soizic Michel, la guide conférencière, attise la curiosité de son public. 

Pourquoi « Le Grau-du-Roi »?

Le roi en question, c’est Henri IV.  D’ailleurs, le Grau s’est d’abord appelé le Grau-Henri car c’est ce monarque français, plus connu pour sa poule-au-pot, qui va impulser au 16ème siècle les travaux pour que le bras de mer soit définitivement ouvert afin de permettre aux bâteaux d’aller jusqu’au port de commerce d’Aigues-Mortes.

Deux-mâts à l’entrée du Grau-du-Roi dans les années 1900

© Carte postale ancienne

Et l’histoire du nom va varier avec les régimes politiques : rebaptisé le Grau-du-Roi en 1640, il devient le Grau-Pelletier sous la révolution contre la monachie de 1789 avant que Bonaparte en fasse le Grau-Napoléon en 1791. Enfin le port reprendra son nom d’origine après la chute de l’Empire.

Une visite guidée sans chasse au trésor mais avec des pépites

Pour accrocher l’attention des enfants, la guide conférencière a imaginé tout un jeu de questions réponses.

J’avais envie d’intéger les enfants dans ces visites guidées, de les faire participer de manière ludique mais pas à la manière « chasse au trésor »!

Soizic Michel, guide conférencière au Grau-du-Roi

Masque pour la conférencière comme pour les enfants durant la visite.

Masque pour la conférencière comme pour les enfants durant la visite.

© F3LR

Et ça marche! A en croire les yeux écarquillés et les efforts des enfants pour remplir la petite brochure support de la visite, les trésors architecturaux et culturels de la cité balnéaire resteront gravés dans leur mémoire.

« Je ne savais pas comment s’appelaient ces gros bâteaux… ni cette statue en front de mer » avoue Giorgio, 12 ans, qui participe à la visite.

Les bâteaux, ce sont des chalutiers. Quant à ces deux silhouettes féminines, la mer et la fille, face à la Méditerranée, c’est la statue de l’Espérance. Un hommage aux femmes de Camargue créé récemment, en 2014, par le sculpteur Ali Salem.

L'Espérance, statue contemporaine d'une femme et sa fille scrutant la mer en attendant le retour de pêche, à l'entrée du Grau-du-Roi.

L’Espérance, statue contemporaine d’une femme et sa fille scrutant la mer en attendant le retour de pêche, à l’entrée du Grau-du-Roi.

© O.T Grau-du-Roi

Plus loin, c’est une autre curiosité, un petit Jacquemart, que la guide-conférencière fait découvrir aux visiteurs, personnage martelant à l’origine la cloche toutes les heures. Une pépite insolite que peu de touristes remarquent d’habitude.

Les jacquemarts comme celui du Grau-du-Roi sont rares sur le littoral.

Les jacquemarts comme celui du Grau-du-Roi sont rares sur le littoral.

© F3LR

Les incontournables du Grau-du-Roi

Le vieux phare, le pont tournant, le canal. Autant d’étapes imposées pour mieux connaître la ville que le groupe arpente. Les enfants sont conquis. Les parents aussi.
« J’ai appris ce que signifiait le Grau-du-Roi mais aussi l’histoire du phare et de la cité » se réjouit Charlène, 14 ans.

C’est un bon moyen pour les enfants de découvrir la ville, avec des petits jeux et des questions. C’est attractif et ludique »

Jonathan Pallud, vacancier savoyard

Le canal, étape incontournable d'une balade au Grau-du-Roi.

Le canal, étape incontournable d’une balade au Grau-du-Roi.

© F3LR

Ces visites familiales se déroulent pendant les vacances scolaires. Le groupe peut dépasser 6 personnes grâce à une autorisation par décret ministériel pour les guides conférenciers agréés. Des visites sous l’égide de l’office de tourisme du Grau-du-Roi.

Daniel De Barros et Yannick Le Teurnier ont fait la visite pour France 3 Languedoc-Roussillon.

Le Grau-du-Roi en quelques dates

  • Le Grau a servi de connexion entre Aigues-Mortes et la mer durant les siècles de monarchie et dès 1806, quelques cabanes de pêcheurs s’installent sur le rivage.
  • Le lieu-dit devient village vers 1830 avec une dizaine de constructions en dur, et dès 1850, on compte environs 500 habitants, des pêcheurs pour la plupart.
  • En 1879, le Grau-du-Roi devient indépendant d’Aigues-Mortes et dès 1909, l’arrivée du chemin de fer amorce son développement touristique et économique.
  • Dans les années 20, la ville est classée station climatique, un succès qui se confirme dans les années 30 avec l’ouverture du sanatorium et les congés payés.
L'afflux populaire au Grau-du-Roi avec les congés payés.

L’afflux populaire au Grau-du-Roi avec les congés payés.

© Carte postale ancienne

  • Après 1945 les constructions s’étendent sur la rive droite et sur la rive gauche du canal et en 1969, c’est la création du port, le quartier de Port-Camargue

Cliquez sur le lien suivant pour aller plus loin dans l’histoire du Grau-du-Roi avec un site très documenté.

 



Source France 3

Autres articles

Le rapatriement complexe d’une touriste poitevine agressée au Maroc enfin résolu !

adrien

on fait le point dans les Alpes-Maritimes

adrien

les touristes ne sont pas encore revenus dans le Marais Poitevin

adrien

5 lieux idylliques pour pêcher

adrien

la Côte d’Azur a subi en juillet-août « la crise la plus grave » de son histoire

adrien

grimpez le plus haut possible pour découvrir le Grand Site Solutré Pouilly Vergisson

adrien