Camping et cyclotourisme

Camping et cyclotourisme : avec la crise, le vélo gagne en popularité

Au cours du mois d’août, la fédération française de cyclotourisme s’est félicitée de l’engouement qui règne actuellement autour du vélo. Le cyclotourisme ne réclame pas d’être particulièrement sportif. Sa popularité grimpe depuis dix ans maintenant, mais la crise du coronavirus a accéléré le processus. Cette année, les Français sont très nombreux à avoir choisi cette solution.

Un tourisme confortable en temps de crise

Si le cyclotourisme gagne en popularité depuis de nombreuses années, c’est parce qu’il est écologique et économe. Il permet de parcourir de longues distances sans dépenser d’argent, sans polluer et en profitant pleinement des paysages. La crise sanitaire récente et l’incertitude économique expliquent donc partiellement ce gain de popularité cet été.

Cette année, de nombreux cyclotouristes sont même partis en famille. Plutôt que de foncer en voiture à leur destination, beaucoup de familles ont décidé de voyager plus lentement pour mieux sortir du quotidien. Le cyclotourisme rime souvent avec camping, mais rien n’empêche de profiter de l’occasion pour découvrir un camping 5 étoiles en France et s’offrir des vacances confortables après de nombreux kilomètres à pédaler.

Un rajeunissement important des cyclotouristes

Ce que la fédération française du cyclotourisme constate également, c’est que l’âge des cyclistes parcourant la France a beaucoup diminué. Pendant longtemps, le cyclotouriste typique était un homme entre 55 et 60 ans voyageant seul. Cet été, ce sont plutôt des familles avec de jeunes enfants et de jeunes parents qui ont été observées sur les routes.

La population des moins de trente ans voyageant seuls ou entre amis a également connu une augmentation importante. Cependant, ils sont plus difficiles à recenser, car ils voyagent généralement en dehors des structures développées par la fédération. Moins soucieux, ils optent pour des itinéraires moins balisés.

Un changement culturel qui s’installe

Selon la fédération française de cyclotourisme, c’est un véritable changement culturel qui s’installe. Plutôt, un retour d’une norme culturelle. En 1920, la culture du vélo était très importante. Ce moyen de transport était devenu un loisir bourgeois très prisé. Avec l’arrivée de l’automobile et des transports en commun, le vélo a perdu en popularité.

Cependant, la tendance s’inverse depuis un peu plus de dix ans. Cette année a été un accélérateur formidable. Les grèves des transports en commun, les décisions des grandes métropoles de limiter l’accès aux voitures et la crise du coronavirus ont à nouveau fait du vélo un moyen de transport pratique et économique qui intéresse à nouveau la bourgeoisie. Ce changement d’habitude rend alors envisageable le cyclotourisme pour beaucoup de Français qui n’y pensaient pas avant.

Autres articles

Un bon été malgré la Covid-19 pour le tourisme en Aquitaine

adrien

le Train des Mouettes se met aux couleurs du Tour de France

adrien

Reprise des locations de vacances au 11 mai : comment les professionnels du tourisme girondins se préparent

adrien

Déconfinement : à la veille de la réouverture des restaurants, les derniers préparatifs à Strasbourg

adrien

Puy-de-Dôme : le volcan de Lemptégy rouvre le 30 mai

adrien

Meuse : réouverture partielle du lac de Madine et du lac vert

adrien